lundi 30 mars 2020

Mecarõ – L’Amazonie dans la collection Petitgas au MO.CO. Hôtel des collections


Du 6 mars au 31 mai 2020, le MO.CO. Hôtel des collections présente « Mecarõ – L’Amazonie dans la collection Petitgas ».

Avec l’actuelle exposition « Permafrost – Les formes du désastre » à la Panacée, l’équipe du MO.CO. paraît confirmer sa préoccupation à propos de la catastrophe écologique en cours. Le projet Mecarõ semble montrer une certaine cohérence dans sa programmation et une constance dans les problèmes que le MO.CO. souhaite partager avec son public…

Beatriz Milhazes - Férias de Verão, 2005
Beatriz Milhazes – Férias de Verão, 2005. Acrylic on canvas 149 x 395 cm. Photo : Clément Rougelot. Collection of Catherine Petitgas, London

En effet, le texte de présentation souligne :

« En partie détruite par les incendies durant l’été 2019, l’Amazonie couvre 6,7 millions de km2. Il s’agit d’une région naturelle s’étendant sur neuf pays (Brésil, Bolivie, Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou, Surinam, Guyana et Guyane française), reconnue pour son bassin hydrographique, sa forêt tropicale et la richesse de sa biodiversité. Comment les acteurs (humains et non humains) de cet écosystème atteignent-ils un équilibre nécessaire pour leur survie dans le contexte géopolitique actuel ? Comment définir un environnement artistique à partir des conditions d’existence et des comportements des êtres vivants qui l’habitent ? »

On attend donc avec curiosité de découvrir la centaine d’œuvres qui seront exposées au MO.CO. Hôtel des collections et comment « Mecarõ – L’Amazonie dans la collection Petitgas » mettra « en lumière les relations entre les artistes et leur environnement social, économique et mental »…

Nohemí Pérez - Catatumbo Project – Panorama Catatumbo (Rio), 2012-16
Nohemí Pérez – Catatumbo Project – Panorama Catatumbo (Rio), 2012-16. Charcoal on cotton cloth. 180 x 500 cm

Artistes annoncés :
Armando Andrade Tudela, Claudia Andujar, Brígida Baltar, Alberto Baraya, Milena Bonilla, Vivian Caccuri, Sol Calero, Patricia Camet, Tania Candiani, Carolina Caycedo, Chelpa Ferro, Lygia Clark, Donna Conlon, Alexandre da Cunha, José Damasceno, Elena Damiani, Tatiana Echeverri Fernandez, Sandra Gamarra, Ximena Garrido-Lecca, Gego, Anna Bella Geiger, Sonia Gomes, Beatriz Gonzáles, Claudia Jaguaribe, Lucia Laguna, Tonico Lemos Auad, Oswaldo Maciá, Teresa Margolles, Beatriz Milhazes, Paulo Nazareth, Maria Nepomuceno, Ernesto Neto, Rivane Neuenschwander, Lucia Nogueira, Hélio Oiticica, OPAVIVARÁ!, Nohemí Pérez, Solange Pessoa, Lucia Pizzani, Manuela Ribadaneira, Abel Rodríguez, Ivan Serpa, Valeska Soares, Clarissa Tossin, Erika Verzutti, Danh Vo et Luiz Zerbini.

Commissariat assuré par Vincent Honoré, Directeur des expositions, Anna Kerekes, Senior Curator et Jacqueline Kok, Curator.
La scénographie de l’exposition est confiée duo de créateurs montpelliérains Mr. & Mr.

Catalogue aux Editions Silvana avec des contributions de Kiki Mazzucchelli, Pedro de Niemeyer Cesarino et Claire Luna et deux entretiens avec Catherine Petitgas et Sol Calero.

Le texte de présentation donne la définition suivante de Mecarõ : Terme issu de la langue du peuple indigène Krahô désignant l’esprit de la forêt. Il se réfère à la pensée mehim qui considère les hommes, les animaux, les plantes, les rituels, l’esprit de la forêt (mecarõ) ou encore les défunts comme reliés les uns aux autres.

Chronique à suivre après un passage au MO.CO. Hôtel des collections

À lire, ci-dessous, un présentation du parcours de l’exposition et quelques repères biographiques à propos de Catherine Petitgas. Ces textes sont extraits du communiqué de presse.

En savoir plus :
Sur le site du MO.CO.
Suivre l’actualité du MO.CO. sur Facebook, Twitter et Instagram
Sur le site de Mr. & Mr.
À voir cet entretien avec Catherine Petitgas dans la série Meet the Collectors mis en ligne par Art Basel en juin 2019

Le parcours de l’exposition débute par une installation immersive d’Oswaldo Maciá qui plonge le visiteur dans un environnement synesthétique (olfacto-sonore et coloré en jaune) centré sur la disparition des orchidées sauvages et des abeilles qui les pollinisent.

Après cette plongée dans la nature, l’exposition se poursuit avec une contextualisation historique, notamment avec des œuvres des années 1960/1970 d’Hélio Oiticica, Ivan Serpa et Lygia Clark, parmi d’autres, qui rendent hommage aux mouvements modernes novateurs d’Amérique du Sud. Elles entrent en conversation avec celles d’artistes contemporains : Erika Verzutti, Maria Nepomuceno et Beatriz Milhazes.

Luiz Zerbini - Serrote, 2013
Luiz Zerbini – Serrote, 2013. Acrylic on canvas 300 x 400 x 5 cm. Collection of Catherine Petitgas, London

Le premier plateau évoque ensuite l’habitat urbain, à travers la notion de « gambiarra » (bricolage en portugais) : la peinture de Luiz Zerbini juxtapose styles et techniques, motifs géométriques et organiques, tandis que les œuvres d’Alexandre da Cunha et Patricia Camet tentent d’ordonner le chaos issu des activités humaines.

Patricia Camet Huacamets
Patricia Camet Huacamets

Le second plateau présente les problèmes actuels du bassin amazonien, notamment la déforestation et les effets du colonialisme. Les doigts en bronze de Manuela Ribadeneira semblent d’ailleurs accuser le visiteur. Claudia Andujar, Anna Bella Geiger, Ernesto Neto ou Rivane Neuenschwander contribuent à ce panorama éco-politique de la forêt.

Claudia Andujar - Garota sendo iniciada, 1974-2019
Claudia Andujar – Garota sendo iniciada, 1974-2019. Photograph 58 x 81.5 cm

Dans le dernier plateau, une installation sous forme de salon de coiffure et de bar à ongles de Sol Calero cohabite entre autres avec Teresa Margolles et Sandra Gamarra — dans une salle dédiée aux « féministes tropicales ».

Sol Calero - Frutas friestail 8, 2018
Sol Calero – Frutas friestail 8, 2018. Acrylic and oil stick on canvas 150 x 120 cm. Photo : Aurélien Mole. Collection of Catherine Petitgas, London

Basée à Londres, Catherine Petitgas est une collectionneuse et historienne d’art spécialiste de l’art moderne et contemporain, particulièrement d’Amérique latine.

Après une carrière de dix années dans la finance, elle commence à collectionner. Elle est diplômée de l’Institut Courtauld de Londres, avec un Master en Histoire de l’art moderne. Elle a été rédactrice en chef de trois ouvrages sur l’art en Amérique latine : Contemporary Art Brazil (2012), Contemporary Art Mexico (2014), et Contemporary Art Colombia (2016), tous publiés par Thames & Hudson et TransGlobe.

Elle siège au conseil d’administration de plusieurs grandes institutions. Présidente du Tate International Council, elle est membre du Tate Latin American Acquisitions Committee depuis 2004, ainsi que du Conseil d’Administration des Amis du Centre Pompidou et du Pompidou Latin Circle à Paris. Elle est également membre du Latin Circle et du Collectors Circle of the Guggenheim à New York.
Elle participe à l’International Council of the Fundação Bienal de São Paulo au Brésil et du MuseoTamayo à Mexico.
Elle préside par ailleurs deux organisations : Gasworks Triangle Network, qui propose des expositions, des ateliers d’artistes et des résidences internationales à Londres et supervise un réseau d’espaces gérés par des artistes dans le monde entier ; et Fluxus Art Projects, une initiative franco-britannique dédiée à soutenir des expositions d’artistes français émergents en Angleterre et d’artistes anglais en France.
Elle est décorée de l’Ordre des Arts et des Lettres en France et de l’Ordre de Rio Branco au Brésil

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Signal Espace(s) réciproque(s) à la Friche la Belle de Mai

Jusqu'au 10 mai 2020, le Centre Wallonie-Bruxelles/Paris devait présenter « Signal Espace(s) réciproque(s) » au Panorama à la Friche la Belle de Mai.

Street Trash – L’effet spécial de la sculpture à la Friche La Belle de Mai, Marseille

Jusqu’au 10 mai 2020, TANK art space devait présenter « Street Trash : L’effet spécial de la sculpture » une exposition imaginée par...

Le Grand Dépotoir de Julien Blaine à la Friche La Belle de Mai

Du 14 mars au 10 mai 2020, la Friche La Belle de Mai reçoit Julien Blaine pour « Le Grand Dépotoir »...

Selphish – L’exposition de soi chez Mécènes du sud Montpellier-Sète

Du 12 mars au 7 juin 2020, Mécènes du sud Montpellier-Sète présente « Selphish - L’exposition de soi », un projet imaginé par...

Des marches, démarches au Frac PACA – Marseille

Jusqu’au 10 mai 2020, le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille sur tous ses plateaux « Des marches, démarches », une exposition imaginée avec Guillaume...

Art & Anatomie – Dessins croisés, Musée Fabre / Musée Atger à Montpellier

À l’occasion des 800 ans de la Faculté de médecine de Montpellier, le musée Fabre et le musée Atger présentent jusqu’au...

Bientôt : Ernest Pignon-Ernest – Extases, les Mystiques à l’église des Célestins, Avignon

« Ecce Homo » s’achève à la Grande chapelle du Palais des Papes après avoir attiré près de 400 000 visiteurs. Le 13 février...

Qalqalah قلقلة : plus d’une langue au CRAC Occitanie

Du 7 mars au 24 mai 2020, le CRAC Occitanie à Sète propose « Qalqalah قلقلة : plus d’une langue », un projet qui...

Simon Bérard et Elvia Teotski – Informités à Vidéochroniques

Jusqu’au 28 mars 2020, Vidéochroniques présente avec « Informités » un duo show très réussi avec Simon Bérard et Elvia Teotski. Si les deux artistes ne se...

Mecarõ – L’Amazonie dans la collection Petitgas au MO.CO. Hôtel des collections

Du 6 mars au 31 mai 2020, le MO.CO. Hôtel des collections présente « Mecarõ - L’Amazonie dans la collection Petitgas ». Avec l’actuelle exposition « Permafrost -...

Partagez
Tweetez
Enregistrer
%d blogueurs aiment cette page :