Ostkreuz fête ses 25 ans à la Friche la Belle de Mai

Heinrich Völkel, The terrible city, Children's room in the house of Mahmoud Dardona family, Gaza, March 2009, Palestine © Heinrich Völkel / Ostkreuz
Heinrich Völkel, The terrible city, Children's room in the house of Mahmoud Dardona family, Gaza, March 2009, Palestine © Heinrich Völkel / Ostkreuz

Après une rétrospective pour fêter les 25 ans de l’agence de photographes allemands à Paris en 2015, le Goethe-Institut présente l’exposition 25 ans Ostkreuz à la Friche la Belle de Mai du 6 février au 10 avril 2016.

Heinrich Völkel, The terrible city, Children's room in the house of Mahmoud Dardona family, Gaza, March 2009, Palestine © Heinrich Völkel / Ostkreuz
Heinrich Völkel, The terrible city, Children’s room in the house of Mahmoud Dardona family, Gaza, March 2009, Palestine
© Heinrich Völkel / Ostkreuz

Ostkreuz, la croix de l’est en français, est le nom d’une gare du RER berlinois.  C’est aussi, le nom d’une agence photographique allemande, créée en 1990 par des photographes est-allemands, lors d’un voyage à Paris. Ostkreuz, c’est un peu l’équivalent de Magnum en France. Aujourd’hui, c’est sans doute l’un des collectifs de photographes d’Allemagne les plus renommés.

L’exposition annonce «  le meilleur des 25 ans de l’agence, à travers 250 tirages, qui laissent deviner une large palette artistique et thématique ».

Annette Hauschild, La famille Anca © Annette Hauschild / Ostkreuz
Annette Hauschild, La famille Anca © Annette Hauschild / Ostkreuz

Ci-dessous des extraits du communiqué de presse.

Vernissage le 5 février 2016 à 18h – en présence des photographes.
Projection au Gyptis du documentaire « Ostkreuz, l’agence des photographes » et rencontre avec 7 photographes de l’agence, samedi 6 février à 17h
Le Goethe-Institut dispose d’un Bureau de liaison à Marseille depuis 2012. Il est installé à la Friche depuis 2014.

En savoir plus :
Sur le site de la Friche la Belle de Mai
Sur la page Facebook de la Friche la Belle de Mai
Sur le site du Goethe-Institut
Sur le site de l’agence Ostkreuz (allemand / anglais)

Thomas Meyer, Examination room, Stasi prison Hohenschoenhausen, memorial Berlin-Hohenschoenhausen, former Soviet special camp and remand prison of the Ministry of State Security, August 2007, Germany © Thomas Meyer / Ostkreuz
Thomas Meyer, Examination room, Stasi prison Hohenschoenhausen, memorial Berlin-Hohenschoenhausen, former Soviet special camp and remand prison of the Ministry of State Security, August 2007, Germany © Thomas Meyer / Ostkreuz

Ostkreuz : Extraits du communiqué de presse :

(…) Au printemps 1990, sept photographes est-allemands étaient attablés dans un bistro parisien du quartier des Halles. Ils avaient répondu à une invitation du président François Mitterrand réunissant les artistes les plus en vue de la RDA pour une exposition. C’était une époque transitoire : le Mur était déjà tombé, mais l’Allemagne était encore coupée en deux. Les photographes s’étaient liés d’amitié depuis quelques années avec certains membres de l’agence Magnum Photos. Se retrouvant pour la première fois à Paris, ils décidèrent de créer leur propre agence. Ils se prépareraient ensemble à l’avenir : un nouveau système, une autre esthétique et un flux d’images ininterrompu. Ils se nommèrent Ostkreuz , en référence à une station de métro qui relie l’Est de Berlin au reste de la ville.

Dawin Meckel, Patrick B. Mitchell in his apartment in Leland Hotel. Detroit Down towndawin © Dawin Meckel / Ostkreuz
Dawin Meckel, Patrick B. Mitchell in his apartment in Leland Hotel. Detroit Down towndawin © Dawin Meckel / Ostkreuz

(…) Un quart de siècle plus tard, l’agence est devenue l’un des collectifs de photographes d’Allemagne les plus renommés. Ses membres, âgés de trente à soixante ans, sont d’éminents auteurs-photographes, avec chacun leur griffe unique.

En 25 ans d’histoire de l’agence, les photos ont été montrées dans des expositions et des ma­gazines du monde entier. En même temps, Ostkreuz  est devenu un important forum pour la photographie, impulsant des expositions thématiques sur des sujets de société explosifs, et des débats animés sur l’avenir de la photographie.

La rétrospective offre une vision détaillée de la manière dont Ostkreuz aborde et comprend la photographie. D’un côté, il y a la confrontation avec sa ville, Berlin, dont elle observe depuis le début les changements et les contradictions. C’est ainsi que des clichés pris immédiatement après la chute du Mur et présentant l’évacuation violente d’immeubles squattés à Berlin-Est font pendant à de récentes vues d’intérieur d’appartements cossus de l’Ouest. Des polaroids d’un temps où la ville changeait presque tous les jours de visage se trouvent à côté de photographies de lieux où l’esprit de la Stasi semble planer aujourd’hui encore. Mais l’exposition met également en valeur le regard spécifique que portent les photographes sur le mon­de et ce qui les réunit. Cela peut être un reportage sur la culture « heavy metal » des jeunes, le portrait de la Cour internationale de Justice ou une étude sur les commémorations – du Printemps de Prague jusqu’à la révolution égyptienne. Rassemblés, les travaux forment une mosaïque colorée de différents styles et approches caractéristiques de l‘époque où ils ont été réalisés. De cette façon, l’exposition reflète le développement de la photogra­phie de ces 25 dernières années. À Berlin, en Allemagne et au-delà.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.