Giorgio Griffa à la Fondation Vincent Van Gogh Arles

Mis à jour le 4 avril 2016

Giorgio Griffa, « Canone Aureo 705 (VVG) », 2015 Acrylique sur toile 140 x 237 cm
Giorgio Griffa, « Canone Aureo 705 (VVG) », 2015 Acrylique sur toile 140 x 237 cm

La prochaine rencontre entre Giorgio Griffa et Claude Viallat organisée par la Fondation Vincent Van Gogh Arles est l’occasion de revenir sur la très intéressante exposition consacrée à l’artiste italien par la Fondation, jusqu’au 24 avril 2016.

Giorgio Griffa devant Canone aureo 705 (VVG), 2015
Giorgio Griffa devant Canone aureo 705 (VVG), 2015

Giorgio Griffa : « Je ne suis qu’un moyen parmi les autres »

Au début de sa carrière, Griffa a été associé aux représentants de l’Arte povera avec lesquels il a plusieurs fois exposé. En France, sa peinture a souvent été rapprochée du groupe Supports/Surfaces.
Toutefois, comme le souligne Bice Curiger, commissaire de l’exposition : « L’art de l’artiste italien Giorgio Griffa s’est développé sans bruit, avec une remarquable cohérence, en marge des mouvements artistiques majeurs animant communément les discussions ».

Sans apprêt et non tendues, les toiles de Giorgio Griffa sont couvertes de lignes, de signes parfois de nombres ; La peinture acrylique aux tons pastel est posée « par le pinceau, par ma main, la peinture, ma concentration, etc. »
L’artiste italien accorde une importance capitale à « l’intelligence du matériau » et affirme « Je ne suis qu’un moyen parmi les autres »…

S’il a proclamé dans les années 70 « Je ne représente pas, je peins », dans le texte qu’il signe pour le catalogue, il se définit aujourd’hui comme « figuratif, abstrait et informel à la fois. Figuratif, parce que les signes qui se suivent les uns les autres sur la toile et qui racontent leur devenir sont des figures, et parce que la représentation de la nature persiste par la métaphore, le rythme, le mélange spatiotemporel, l’intelligence de  la matière. Et évidemment, je me considère comme un enfant de l’abstrait et de l’informel, car mes signes ,ne passent jamais le seuil de la figuration. »
Cependant, Giorgio Griffa affirme que son travail se différencie de celui des abstraits et des informels. Chez ces derniers, écrit-il « la peinture est au service de l’artiste, la matière première à laquelle l’artiste doit donner vie ». Dans sa peinture, «  la relation est bilatérale, la main de l’artiste au service de la peinture, de son intelligence et de la mémoire plurimillénaire dont l’homme a été doté ».

Giorgio Griffa à la Fondation Vincent Van Gogh Arles

Signes, couleurs et nombres

Le parcours commence dans les anciens appartements du directeur de la Banque de France.  Dans l’enfilade des pièces paquetées et lambrissées, l’artiste et la commissaire ont choisi d’installer une sélection de toiles réalisées entre les années 1970 et la fin des années  1990.

Giorgio Griffa, Obliquo, 1970, Verticale orizzontale, 1978 et Cinque segni, 1981 - Fondation Vincent Van Gogh Arles
Giorgio Griffa, Obliquo, 1970, Verticale orizzontale, 1978 et Cinque segni, 1981 – Fondation Vincent Van Gogh Arles

Aucune préoccupation chronologique n’a déterminé l’accrochage. Ce choix  respecte la logique de production de l’artiste. Dans le catalogue, il souligne que de son processus de création « dérivent divers cycles d’œuvres, qui continue à coexister, qui ne marquent pas de passage d’un stade de la mort à un stade de la naissance ; Ils ne manifestent pas de progrès, mais sont simplement différents aspects du devenir ».

Giorgio Griffa, Verticale orizzontale, 1978 - Fondation Vincent Van Gogh Arles
Giorgio Griffa, Verticale orizzontale, 1978 – Fondation Vincent Van Gogh Arles

Le premier salon rassemble trois œuvres où la présence de signes est dominante. L’accrochage joue habilement avec le reflet dans le miroir qui surmonte la cheminée de Verticale orizzontale, 1978. La toile vient ainsi s’intercaler entre Obliquo, 1970 et Cinque segni, 1981.

Dans le petit cabinet au centre l’enfilade, une toile de la série ​Campo (Campo rosa, 1984) est accompagnée de  Discesa, 1995 et Cinque segni, 1999. On retrouve d’autres œuvres de la série Campo dans le salon suivant (​Campo rosso, 1999), dans couloir qui rejoint les parties rénovées de l’hôtel Léautaud de Donines (​Campo rosso, 2008) et dans la dernière salle du parcours (​Campo verde, 2008). Si les signes et les couleurs diffèrent, la composition de ces œuvres reste assez semblable, à l’exception peut être de celle de 1999.

Giorgio Griffa, Numerazione, 2000 et Tre linee con arabesco n.19, 1970 - Fondation Vincent Van Gogh Arles
Giorgio Griffa, Numerazione, 2000 et Tre linee con arabesco n.19, 1970 – Fondation Vincent Van Gogh Arles

Le dernier salon montre des toiles où les nombres apparaissent. Dans Tre linee con arabesco n.19, 1970, le nombre « 19 » indique la place de cette pièce dans la série. Pour les œuvres du cycle Numerazione, les nombres indiquent cette fois-ci l’ordre dans lesquels les signes ou les couleurs ont été posés sur la toile. L’accrochage utilise une nouvelle fois avec la présence du miroir pour multiplier les perspectives et les correspondances entre les œuvres.

Giorgio Griffa, Campo rosso, 1999, Tre linee con arabesco n.19, 1970 ( reflet ) et Numerazione, 1998 - Fondation Vincent Van Gogh Arles
Giorgio Griffa, Campo rosso, 1999, Tre linee con arabesco n.19, 1970 ( reflet ) et Numerazione, 1998 – Fondation Vincent Van Gogh Arles

Dans ces trois salles, l’éclairage joue adroitement avec la lumière artificielle et naturelle et offre des conditions idéales pour valoriser les œuvres en  leur assurant d’excellentes conditions  de conservation préventive.

Canone aureo

La deuxième partie de l’exposition est consacrée à une importante sélection du cycle Canone aureo.

Cette série est inspirée par le nombre d’or auquel Giorgio Griffa accorde une grande importance. Défini par Euclide, désigné par la lettre φ (phi),  ce nombre irrationnel et « in – fini » est aussi connu sous le nom de proportion divine ou de rectangle d’or.
Pour Griffa, le nombre d’or « possède une signification symbolique et cognitive extraordinaire en terme de savoir collectif… C’est une manière d’entrevoir l’infini… »

Dans ce cycle, Giorgio Griffa réalise des toiles où le nombre d’or lui dicte des règles qui offrent d’infinies combinaisons de chiffres, de signes, de couleurs ou de lettres …

Sans chronologie, l’accrochage très réussi mêle dans les deux premières salles une dizaine d’œuvres réalisées entre 2013 et 2015. L’éclairage est parfait.  Les rapprochements entre les œuvres sont sobres, sans bavardages bruyants, sans jamais nuire au plaisir et à la contemplation du regardeur.

Bien entendu , une place particulière est faite à Canone aureo 705 (VVG), 2015, œuvre réalisée pour l’exposition en hommage à La Nuit étoilée de Vincent van Gogh (1889).

Giorgio Griffa, « Canone Aureo 705 (VVG) », 2015 Acrylique sur toile 140 x 237 cm
Giorgio Griffa, « Canone Aureo 705 (VVG) », 2015 Acrylique sur toile 140 x 237 cm

Dans la dernière salle, on retrouve trois autres toiles de la série dont Canone aure​o ​628​​, 201​3, utilisée pour la couverture du catalogue.  L’accrochage est complété par deux œuvres de 2008 (Campo ​verde et Violetto Obliquo).

Cette proposition accompagne Très traits, une exposition collective où le trait s’impose comme fil conducteur et de la présentation d’un film de Saskia Olde Wolbers sur la maison londonienne où séjourna Van Gogh en 1873.

Rencontre Giorgio Griffa / Claude Viallat ,le 19 avril 2016 à 19H30 (Entrée libre dans la limite des places disponibles).

Rencontre Giorgio Griffa - Claude Viallat - Fondation Vincent Van Gogh Arles

Catalogue (FR/ENG) coédition Analogues et  Fondation Vincent van Gogh Arles. Textes de Bice Curiger, Giorgio Griffa et Francesco Manacorda. Biographie et bibliographie très complète. Liste des œuvres exposées. Reproductions de très bonne qualité.

Bice Curiger devant Canone aureo 988, 2015
Bice Curiger devant Canone aureo 988, 2015

Commissaire d’exposition : Bice Curiger, directrice artistique de la Fondation.

En savoir plus :
Sur le site de la Fondation Vincent Van Gogh Arles
Sur la page Facebook de la Fondation Vincent Van Gogh Arles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.