mercredi 28 juillet 2021

Pascale Hugonet et Patrice Barthès – Traces à la N5 Galerie – Montpellier


Jusqu’au 27 mars 2021, la N5 Galerie propose « Traces » une exposition avec Pascale Hugonet et Patrice Barthès.

Le galeriste présente ainsi ce qui, à ses yeux, réunit ces deux artistes :

« Pascale Hugonet et Patrice Barthès (…) entretiennent une méticuleuse évocation du temps passé, transformée en signes pour mettre à distance le réel. Le temps se fait trace, l’écrit acte graphique à part entière et communique ainsi la pensée de la main aux yeux. De l’influence d’un événement surgit alors une empreinte contemporaine qui change notre perception des choses ».

Pascale Hugonet et Patrice Barthès - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet et Patrice Barthès – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

On a plusieurs fois chroniqué le travail de Pascale Hugonet et notamment à l’occasion de Épigraphies, une exposition personnelle présentée par la Galerie Bartoli l’an dernier à Marseille.

Dans sa pratique artistique, qu’elle s’exprime sur papier, torchon ou comme ici sur cire, la question du temps comme celle de l’écriture sont prédominantes. Elle l’explique avec évidence sur son site internet :

« À l’origine de mon travail, une double question.
D’abord, le temps. Non pas le temps qui se mesure, mais celui plus poétique, plus existentiel, qui se perçoit ; Ce temps-là ne peut se penser sans la question de la disparition.
Et puis l’écriture ; celle qui pourrait être un au-delà du langage, une volonté de signifier autrement, contre la norme du lisible.
L’écriture illisible pour évoquer le non-dit, l’interdit, ce qui fait écart ou lien entre le dicible et l’indicible.

J’ai dès lors engagé un travail sur le signe, la trace, l’écriture spéculaire, la répétition du geste comme engagement physique du temps “en mouvement”.
Le récit rédigé est la matière première de l’œuvre ; quelque soit le geste, le texte est rendu illisible et je n’en garde pas copie. Il appartient au passé et ne laisse qu’une trace à peine visible de son existence. Il est là pourtant, qui structure l’œuvre.
Ainsi, je cherche à questionner le lien entre l’histoire (le récit) et la mémoire (sa trace subjective) ».

Pascale Hugonet dans son atelier - Photo (c)Pascale Hugonet
Pascale Hugonet dans son atelier – Photo (c)Pascale Hugonet

Les œuvres présentées par la N5 Galerie, dont plusieurs étaient exposées à Marseille, appartiennent à ses séries Épigraphie et Stratigraphie. Lors d’échanges qui faisaient suite à une rencontre à la galerie de Patrick Bartoli, Pascale Hugonet nous avait confié ce qui distingue ces deux séries :

« Si Épigraphie fait référence à l’archéologie, Stratigraphie est construite sur l’idée de la géologie. Dans la première série, j’incise une œuvre plane et porteuse du texte, cette incision étant à la fois pour moi le vocabulaire de la gravure et celui d’une recherche en creux.
Dans la deuxième série, j’ajoute de la matière sur mon texte (des sédiments ?) et dans un deuxième temps j’enlève la couche supérieure (au fer à repasser et à la lame de rasoir) pour retrouver des strates inférieures. L’écrasement dû à l’utilisation du fer, redessine une nouvelle graphie.
Dans les deux cas, il pourrait s’agir d’une recherche d’un récit ancien ou d’une langue universelle.
Je pense qu’il s’agit du même travail, avec des gestes différents… »

Pascale Hugonet et Patrice Barthès - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Pour la présentation des œuvres de Pascale Hugonet, Ludovic Allabert a construit son accrochage en privilégiant majoritairement les «Stratigraphie» sur la droite de la N5 Galerie et les «Épigraphie» sur la gauche. On suppose que l’incidence de lumière naturelle a déterminé au moins en partie ce choix.

Pascale Hugonet et Patrice Barthès - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Parmi les pièces qui n’étaient pas exposées à Marseille, on peut voir un remarquable polyptyque (Épigraphie 1, 2015) composé de 12 panneaux sur bois de cèdre au format de la collection Blanche de chez Gallimard. L’œuvre qui initiait la série est accompagnée par 12 estampages et 12 gaufrages sur papier de même format.

Pascale HugonetÉpigraphie 1 (polyptyque), 2015 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Un peu plus loin, au début du bref couloir qui conduit à la salle voûtée, une Stratigraphie très récente, verticale et dans les tons or (Stratigraphie 28, 2021) fait face à une des premières œuvres de la série (Stratigraphie 1, 2018) dont le format panoramique offre un curieux dégradé du spectre lumineux.

À droite : Pascale HugonetStratigraphie 28, 2021 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Pascale Hugonet - Stratigraphie 1, 2018 - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Stratigraphie 1, 2018 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

À l’entrée de la galerie, un superbe diptyque de la série Épigraphie (Épigraphie 11, 2019) fait face à une Stratigraphie en tondo réalisée pendant le premier confinement (Stratigraphie 27, 2020).

Pascale Hugonet - Épigraphie 11, 2019 - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Épigraphie 11, 2019 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier
Pascale Hugonet - Stratigraphie 27, 2020 - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Stratigraphie 27, 2020 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Sous le diptyque, on note un très bel ensemble d’études sur carton entoilé de la série Croquis (2018) dans des tonalités grises.

Pascale HugonetCroquis, 2018 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Les œuvres de petits ou moyens formats appartiennent aux deux séries. La plupart étaient exposées chez Patrick Bartoli et certaines nous avaient évoqué alors les « pierres de méditation », « os de la terre » ou encore « racines de nuages » que collectionnaient les lettrés chinois…

Pascale Hugonet - Épigraphie 20 - 21 et 24, 2019 - Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Pascale Hugonet – Épigraphie 20 – 21 et 24, 2019 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Pascale HugonetÉpigraphie 16 et 14, 2019 et Stratigraphie 15, 2020 – Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Dans la grande salle voutée, Patrice Barthès expose sur des caissons lumineux six œuvres sur bâche plastique d’un ensemble intitulée « Times Série ».

Patrice Barthès - Passé composé ; Présent ; Conditionnel et Infinitif « Times Série », 2021- Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Patrice Barthès – Passé composé ; Présent ; Conditionnel et Infinitif « Times Série », 2021- Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Le texte de salle en explique l’origine et le protocole :

« Cette nouvelle proposition a pris forme en “relisant” un stock de bâches usagées qui lui permettent de protéger l’établi et/ou le sol de son atelier quand il utilise de l’encre, de l’acrylique ou de l’aérosol. Gardant comme base la bâche en l’état, l’artiste entreprend alors son travail en exploitant les matières et les couleurs qui ont servi à la mise en œuvre de ses autres projets. Il s’agit en quelque sorte d’une mise en abîme de ses processus de travail, un “palimpseste” réalisé avec des outils tels que des rouleaux de papier, des cadres, des clous, des cales,… qui seraient utilisés comme des pochoirs et apparaitraient comme autant de formes répétées. Chacune des œuvres est à appréhender en deux temps : elle possède deux vies, une “diurne” et une “nocturne” lorsqu’elle est rétro-éclairée. Une façon également pour l’artiste de réinterpréter, à sa manière, le clair-obscur… »

À l’exception de son exposition/performance au Lieu Multiple et à la galerie AL/MA, le travail plastique de Patrice Barthès n’a pas eu d’écho ici. Il est surtout connu pour son travail de chorégraphe. Dans les pièces présentées à la N5 Galerie, on perçoit assez clairement l’aspect gestuel de sa pratique et il est difficile de ne pas y ressentir quelques « traces » issues de l’expressionnisme abstrait…

Patrice Barthès - Futur ; Passé proche ; Passé composé ; et Présent « Times Série », 2021- Traces à la N5 Galerie - Montpellier
Patrice Barthès – Futur ; Passé proche ; Passé composé ; et Présent « Times Série », 2021- Traces à la N5 Galerie – Montpellier

Un passage s’impose avant de 27 mars à la N5 Galerie !

En savoir plus :
Sur le site de Pascale Hugonet
Suivre l’actualité de Pascale Hugonet sur Instagram
Sur le site de Patrice Barthès
Sur le site de la N5 Galerie
Suivre l’actualité de la N5 Galerie sur Facebook et Instagram

Articles récents

Partagez
Tweetez
Enregistrer