Chiharu Shiota, After the Dream 2013 au Carré Sainte Anne, Montpellier

Affiche_1

Le Carré Sainte Anne présente du 4 octobre au 17 novembre 2013 After the Dream 2013, une exposition – installation de l’artiste japonaise Chiharu Shiota.

Ce projet est le fruit d’un partenariat avec les Amis du Musée Fabre. On se souvient de l’exposition Vladimir Skoda proposé par la commission d’Art contemporain des Amis du musée Fabre en 2011.

Cette installation a déjà été présentée en 2011 à la Maison Rouge à Paris dans le cadre de l’exposition Home of Memory, à la Sucrière de Lyon pour son exposition inaugurale Labyrinth of Memory et au Birmingham Museum and Art Gallery dans l’exposition Lost in Lace.

Au Carré Sainte-Anne de Montpellier, After the dream 2013 est une installation spécifiquement conçue pour exploiter avec pertinence les caractères particuliers à l’architecture du lieu. Le plafond et les piliers de l’église désacralisée sont utilisés comme structures d’un environnement immersif dans lequel le visiteur pénètre.
Quatre très longues robes blanches, suspendues au plafond, flottent au cœur de la nef. Un immense et complexe réseau de fils noirs les emprisonne.
Sont-elles  protégées comme dans un cocon ou sont-elles au contraire prises au piège,comme des insectes dans une toile d’araignée ?

Le titre de l’installation, After the dream, évoque une vision onirique, l’empreinte éphémère laissée par un rêve au réveil. Inaccessibles derrière le réseau de fils dont la densité fait écran, les robes sont certainement  une métaphore de la mémoire et du souvenir… Mais de quoi ces robes gardent-elles la trace ?

Voici ce qu’écrivait Chiharu Shiota, en octobre 2011 :

« La robe est une seconde peau. Il arrive parfois que cette seconde peau nous décrive mieux que notre peau elle-même. La robe « seconde peau » est en nous. Je pense que tout est à l’intérieur du  corps, famille, peuple, nation et religion… Cette relation est intrinsèque, parfois  confortable, mais aussi contraignante et paralysante. À l’aide de fils qui entourent la  robe « seconde peau », je fais un environnement qui décrit ces relations. Le tissage  obscurcit la vue du spectateur, et les robes deviennent plus difficiles à voir. Les  visiteurs sont complètement immergés dans l’installation, ils naviguent à l’intérieur  de la relation entre la robe et les tissages et ils marchent dans un labyrinthe. Cette  expérience vise à démontrer la complexité d’être, en confrontant les visiteurs à eux- mêmes et au travail mené dans cette installation. Espace, temps, gravité et pensée  humaine forment une relation. Toutes ces relations sont représentées dans mon exposition ». (Extrait du dossier de presse de l’exposition Labyrinth of Memory à La Sucrière, Lyon)

Il se dégage de cette installation une certaine mélancolie, une sensation délicate et brumeuse,  mais aussi une inquiétude sourde qui fait parfois passer du rêve au cauchemar…

À ne manquer sous aucun prétexte !

Soulignons la collaboration d’élèves de l’École National des Beaux-Arts de Montpellier pour la mise en place particulièrement complexe de cette installation monumentale (voir à ce propos le reportage photographie sur le site de Fabien Pio).

À propos de Chiharu Shiota :
Chiharu-ShiotaChiharu Shiota est née en 1972 à Osaka, au Japon. Elle vit et travaille à Berlin depuis 1996.
Elle est arrivée en Allemagne en 1994, après des études à l’Université et à l’École des Beaux-Arts de Kyoto. Elle s’inscrit à l’Université d’Art Braunschweig à Hambourg dans l’atelier de Marina Abramovic. Elle a également travaillé dans l’atelier berlinois de Rebecca Horn.
Dans ses  premières années, Chiaru Shiota revendique l’influence d’artistes comme Eva Hesse, Louise Bourgeois ou Ana Mendieta. Son travail est lié aux productions de l’inconscient et aux œuvres et performances féminines des années 1970. Dans les années 1990, elle s’intéresse à l’art corporel et à la performance, en parallèle à ses installations.
Chiharu Shiota a exposé dans de nombreux pays. Plusieurs de ses œuvres sont dans des collections publiques au Japon et en Europe.

En savoir plus :
Sur la page Facebook du Carré Sainte Anne
Sur le site de Chiharu Shiota
Sur le site de la Maison Rouge
Sur le site du Birmingham Museum and Art Gallery
Chiharu Shiota  sur le site de la galerie Christophe Gaillard
Rets et désir, valises et errance (Chiharu Shiota) par Lunettes Rouges (billet à propos de l’expo à la Maison Rouge)


Time lapsed video du montage de l’installation After the Dream dans le  Waterhall du Birmingham Museum and Art Gallery

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here