Tropisme 2015, Machine à habiter à La Panacée

Comme le rappelle le communiqué de presse, pour sa première édition, le Festival Tropisme 2014 affirmait : « Tropisme, un festival qui se pose des questions sur demain, qui décortique les mutations d’un monde en manque de repères, qui aimerait mettre un grand coup de pied dans un modèle culturel qui n’est plus adapté aux révolutions technologiques, esthétiques et sociales que l’on traverse… rien que ça ! »

Pour sa deuxième édition, du 25 février au 15 mars, Tropisme informe qu’il installe une vaste Machine à habiter à La Panacée, en coproduction avec le Centre de culture contemporaine de Montpellier.

EXYZT_dormir -®Julie Guiches
EXYZT_dormir -®Julie Guiches

Son directeur artistique,  Vincent Cavaroc,  nous propose « [d’]habiter le temps, en étendant significativement sa durée (de 5 jours, le festival passe à 3 semaines). Mais aussi et surtout habiter l’espace, en répondant à l’invitation de La Panacée à occuper ses murs à travers une programmation qui mêlera installations, concerts, créations architecturales et culinaires, rencontres, projections, jeux vidéos, boums et ateliers. Au centre de ce projet, le collectif EXYZT signera là sa dernière action avant de tirer sa révérence après 12 ans d’activités. Composé d’artistes, d’architectes, de constructeurs, de botanistes et de graphistes, EXYZT a été remarqué notamment en 2006 pour leur participation à la Biennale d’architecture de Venise. Pour Tropisme, le collectif transformera La Panacée en lieu de vie modulable, pensé comme une boite à outils permettant de multiples déploiements. Cette machine à habiter s’emparera des espaces d’expositions qui deviendront tantôt salon de conversations, ciné-club, chambres à coucher, mini-discothèque pour enfants, plateau radio, imprimerie… ».

On attend avec intérêt les architectures éphémères modulables du collectif EXYZT, Arcade ! de Nicolas Rosette et Laurent Monnier et The Giant Map, la carte interactive à piétiner de Takayuki Fukatsu & Akira Iwaya.

FA-Marseille-exposition Fenêtre augmentée, Friche Belle de Mai / Zinc, Marseille, 2013 - © Thierry Fournier et les artistes 2011-2015
Fenêtre augmentée, Friche Belle de Mai / Zinc, Marseille, 2013 – © Thierry Fournier et les artistes 2011-2015

On verra si la Fenêtre augmentée de Thierry Fournier nous séduira plus que celle qu’il avait proposée à la Friche Belle de mai, à Marseille, en 2013 ou au Centre Pompidou, en 2011…

On revient sur cette Machine à habiter dans les prochains jours.

En savoir plus :
Sur le site du Festival Tropisme
Sur la page Facebook du Festival Tropisme
Sur le site de La Panacée
Sur le site du collectif EXYZT
Sur la page Facebook du collectif EXYZT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.