Drawing Room 016 : Premières impressions

Un premier passage dans les salles de La Panacée laisse l’impression d’une plus grande fluidité, d’espaces plus larges et moins contraints que lors de l’édition précédente de Drawing Room.
La disparition des cimaises dans plusieurs salles, des accrochages moins denses, une meilleure connaissance des lieux et de leurs contraintes en sont les probables explications.

drawing-room-016-premieres-impressions-08

On regrette comme toujours les reflets insupportables sur les œuvres et particulier celles de grand format. Si les contraintes économiques sont compréhensibles pour de jeunes artistes et pour des galeries à l’équilibre financier fragile, il n’en reste pas moins que cela demeure très désagréable de se voir comme dans un miroir et d’apprécier avec difficulté le travail des artistes. On remercie les galeristes qui ont fait l’effort de monter les dessins qu’elles présentent avec tout le soin nécessaire, en utilisant du verre anti-reflets…

drawing-room-016-premieres-impressions-02

Parmi les propositions qui ont retenu notre attention, citons rapidement :

Le très beau projet « Outiller le dessin » de Johana Carrier et Joana Neves (Plateforme Roven), qui signent un  accrochage réussi, sur les deux faces d’une longue cimaise.

On a retrouvé avec plaisir le travail de Jimmy Richer chez ChantiersBoîte-Noire qui sera également présent au FRAC LR, avec un important dessin mural, à partir de ce samedi.

La remarquable présentation du travail de Pascal Navarro par PA | Plateforme de création contemporaine est le projet qui nous semble marquer cette édition de Drawing Room.

On a également apprécié un très bel ensemble de dessins de David Wolle, montés avec soin et présenté avec simplicité et efficacité par Jean-Paul Guarino pour la Galerie Vasistas.

Des accrochages équilibrés et dynamiques animent l’espace partagé par les galeries Anne-Sarah Bénichou et Claire Gastaud.

Chez AL/MA, un superbe Drawing Wall de Nicolas Daubanes présente une autre vue du même escalier de la maison centrale d’Ensisheim que celle exposée à Paréidolie. On retrouve aussi des dessins de Daniel Dezeuze qui renvoient au souvenir de la très belle exposition présentée l’an dernier au Frac. On pouvait crainte la cohabitation délicate entre les deux univers, mais une utilisation pertinente de l’espace permet à la galerie de faire un accrochage où les deux mondes voisinent sans heurts.

On reviendra plus en détail sur le salon dans un prochain billet sur les expositions proposées à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (Douglas Gordon, « From god to nothing »), à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier (« Les nominés ») et au FRAC Languedoc-Roussillon (FRAC à quatre (répliques) ).

À ne pas manquer, jusqu’au 18 septembre 2016 à La Panacée.

En savoir plus :
Sur le site de Drawing Room
Sur la page Facebook de Drawing Room 016

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.