mercredi 19 février 2020

En toute modestie / Archipel Di Rosa au MIAM – Sète


Du 4 février au 17 septembre 2017, le MIAM (Musée International des Arts Modestes) propose « En toute modestie / Archipel Di Rosa ».

En toute modestie / Archipel Di Rosa - MIAM 2017

Faut-il y voir une suite ou un contrepoint à « Plus jamais seul, Hervé Di Rosa et les arts modeste » que La maison rouge a présenté, fin 2016, à Paris ? Norbert Duffort, vice-président de l’association de l’Art modeste et commissaire de plusieurs expositions récentes au MIAM semble le suggérer… Toutefois, dans son texte de présentation, il précise :

« Ne venez pas chercher ici une exposition personnelle de l’artiste, plus ou moins rétrospective.
Comme aime à le rappeler Di Rosa, il n’y a pas d’artiste modeste, mais des collections, des regards modestes.
Et c’est donc « En toute modestie », qu’il nous propose, avec le concours précieux de Julie Crenn, Commissaire de l’exposition, ses « collections pensées», faites à la fois, dans le désordre et hors de toute hiérarchie, d’artistes dont il se revendique, de compagnons de route et de plus jeunes qui prolongent et réactivent sa posture.
« En toute modestie / Archipel Di Rosa » est une occasion unique pour chacun de réécrire son histoire de l’art au gré d’une déambulation libre et joyeuse sur les pas d’Hervé Di Rosa ».

On attend avec intérêt de découvrir cette exposition qui rassemblera des œuvres de :
ACM – Kwame Akoto / Almighty God – Pilar Albarracin – Elodie Antoine – Pierre Ardouvin – Marion Auburtin & Benjamin L. Aman – Omar Ba – Enrico Baj – Rina Banerjee – Raphael Barontini – Zoulikha Bouabdellah – Thérèse Bonnelalbay – Anne Brégeaut – Bernard Buffet – Marcos Carrasquer – Henri Darger – Hélène Delprat – Mathilde Denize – Dewar & Gicquel – Hervé Di Rosa – Jean Dubuffet – Christelle Familiari – Richard Fauguet – Harald Fernagu – Aurélie Ferruel & Florentine Guédon – Charles Fréger – Vidya Gastaldon – Romuald Hazoumé – Hessie – Hippolyte Hentgen – David Hockney – Benoit Huot – Lydie Jean-Dit-Pannel – Milan Kunc – Yayoi Kusama – Carlos Kusnir – Charles Lapicque – Francisco Larios – Léa Le Bricomte – Mélanie Lecointe – Fernand Léger – Eugène Leroy – Natacha Lesueur – Aurélie William Levaux – Pascal Lièvre – Myriam Mechita – Elena Moaty – Pierre Molinier – Lucien Murat – Hassan Musa – Otobong Nkanga – ORLAN – Régis Perray – Guillaume Pinard – Agathe Pitié – Raphaëlle Ricol – Athi Patra Ruga – Lionel Sabatté – Peter Saul – Judith Scott – Sarah Tschann – Sarah Tritz – Willem Van Genk – Alan Vega – Erwan Venn – Marion Verboom – Adrien Vermont – Jean-Luc Verna – Gretel Weyer – Maria Jeona Zoleta – Unica Zurn.

Chronique à suivre après un passage à Sète.

À lire, ci-dessous, le texte d’intention de Julie Crenn, commissaire de l’exposition et la présentation par Norbert Duffort.

En savoir plus :
Sur le site du MIAM
Suivre l’actualité du MIAM sur Facebook et Twitter
Sur le site d’Hervé Di Rosa
Sur le blog de Julie Crenn


Interview / Hervé Di Rosa par lamaisonrouge

Interview d’Hervé Di Rosa à propos de son exposition «Plus jamais seul, Hervé Di Rosa et les arts modeste » à La maison rouge.

« En toute modestie / Archipel Di Rosa »
Texte d’intention de Julie Crenn, commissaire de l’exposition (extrait de son blog)

« Hervé Di Rosa m’a confié l’espace du MIAM (Musée International des Arts Modestes) pour y déployer ce qu’il nommait au départ son « musée imaginaire ». Une appellation trop pompeuse et trop arrogante à ses yeux. Un concept fermé, peu en phase avec son bouillonnement, qui m’a peu à peu amenée vers l’écriture d’une exposition-portrait : ouverte, plurielle et engagée.

Le projet s’est alors construit en établissant des frottements et des magnétismes qui résultent de la conjugaison non seulement des œuvres des artistes qui l’ont influencé et l’influencent encore aujourd’hui, mais aussi de celles et ceux avec qui il a collaboré en France et à travers le monde. J’ai souhaité y ajouter les œuvres d’artistes qui, selon moi, poursuivent, imaginent et renouvellent l’art modeste.

Qu’est-ce que l’art modeste ? Un courant d’images, d’objets, de formes et de pensées initié par Hervé Di Rosa à la fin des années 1980. « Le terme d’art modeste a été créé pour nommer ce qui est oublié, marginal (commercial ou sauvage), occulté, périphérique de la création. Ces objets et ces pratiques forment un territoire sans centre, aux frontières élastiques. On peut étendre le terme d’art modeste au théâtre (marionnette, burlesque), au cinéma (amateur, underground, pornographique), à la littérature (romans de gare, de science-fiction), à chacun d’inventer son art modeste.« [1]

Il affirme également qu’il « n’y a pas d’artistes de l’art modeste, il n’y a que des collectionneurs. L’art modeste rassemble les sensibilités de gens très différents (artistes contemporains, artistes amateurs, artisans…).« [2]

Il s’agit alors d’explorer un territoire sans frontière qui s’étend de l’art contemporain jusqu’aux figurines publicitaires, en passant par l’art brut, l’art sacré, l’artisanat, la musique punk et toutes les pratiques issues de l’underground et des contre-cultures.
Un territoire qui a perdu son centre et qui réunit ses marges pour en finir avec l’exclusion, l’oubli ou l’indifférence engendrés par un récit unilatéral de l’histoire de l’art.

En tant qu’historienne de l’art, critique d’art et commissaire d’exposition, il s’agissait alors pour moi de non seulement surprendre Hervé Di Rosa, insatiable curieux et découvreur, mais aussi de m’immiscer dans son projet de mise en lumière et de déploiement du vaste courant que constitue l’art modeste ».

Julie Crenn, juillet 2016

[1] DI ROSA, Hervé. L’art modeste. Paris : Éditions Jannink, 2011, p.9-10.
[2] Conversation entre Hervé Di Rosa, Frédéric Roux et Jacques Soulillou. Fondation Ricard, Paris, 2000. En ligne : http://www.fondation-entreprise-ricard.com/Conferences/view/137-herve-di-rosa-art-modeste-art-des-marges-contre-art-du-centre

En toute modestie / Archipel Di Rosa - Affiche - MIAM 2017

« En toute modestie / Archipel Di Rosa »
Présentation par Norbert Duffort (Extrait du dossier de presse)

« Comme suite et contrepoint à l’exposition « Hervé Di Rosa et les arts modestes » à la maison rouge, le MIAM présente « En toute modestie / Archipel Di Rosa »
Le verbe haut et fleuri de l’homme du sud qui assume tant ses origines modestes que ses convic­tions, toujours entre un ici et des ailleurs, artiste connu et/ou artiste reconnu, mais qui est donc Hervé Di Rosa ?

Vigilant contre toute forme d’enfermement et de classification, à commencer par ce grand mou­vement artistique français de retour à la figure dans l’art contemporain dont il fut l’un des leaders, Hervé Di Rosa crée le Musée International des Arts Modestes en 2000. Proposition alors incomprise de ses confrères artistes comme des professionnels de l’art et des musées, qui, pour la plupart, ignorent que cela fait déjà une décennie qu’il court le monde à la recherche de la différence, à la rencontre de l’autre ; et que le MIAM, fruit de cette quête, est d’abord un projet d’artiste.

A de très rares exceptions près, malices de commissaires dans le dos de l’artiste, on n’a pas vu l’oeuvre d’Hervé Di Rosa au MIAM, parce que lui-même ne l’a pas voulu ; et il aura fallu tout le pou­voir de conviction de ses amis pour qu’enfin il accepte de « s’exposer » dans le musée dont il est depuis l’origine à la fois « l’âme et le corps ».

Ne venez pas chercher ici une exposition personnelle de l’artiste, plus ou moins rétrospective.
Comme aime à le rappeler Di Rosa, il n’y a pas d’artiste modeste, mais des collections, des regards modestes.
Et c’est donc « En toute modestie », qu’il nous propose, avec le concours précieux de Julie Crenn, Commissaire de l’exposition, ses « collections pensées», faites à la fois, dans le désordre et hors de toute hiérarchie, d’artistes dont il se revendique, de compagnons de route et de plus jeunes qui prolongent et réactivent sa posture.
« En toute modestie / Archipel Di Rosa » est une occasion unique pour chacun de réécrire son histoire de l’art au gré d’une déambulation libre et joyeuse sur les pas d’Hervé Di Rosa ».

Norbert Duffort
Vice-président de l’association de l’Art modeste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Dominique Figarella – La distance au soleil est d’un pied à la Galerie de le Scep – Marseille

Jusqu’au 9 avril 2020, la Galerie de la Scep accueille Dominique Figarella pour une exposition personnelle à Marseille. Huit tableaux et trois dessins produits...

Man Ray, photographe de mode au Musée Cantini – Marseille

Jusqu’au 8 mars 2020, le musée Cantini présente « Man Ray, photographe de mode », premier volet de « Man Ray et la mode », une exposition organisée...

Le Cirva à Marseille / Les résidences d’artistes (épisode 1)

Le Cirva (Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques) est la structure avec laquelle débute cette série d’articles à propos...

Bientôt : Les sources du geste / Beijing-Nîmes #2 au Colisée 1 de Nîmes Métropole

Du 20 février au 20 mars 2020, Nîmes Métropole en partenariat avec le CACN (Centre d’Art Contemporain de Nîmes) propose « Les sources du geste...

Lisa Milroy – Ensemble/Together au Frac Occitanie Montpellier

Du 15 février au 11 avril 2020, Frac Occitanie Montpellier invite l’artiste anglo-canadienne Lisa Milroy pour une première exposition monographique qui rassemble des œuvres...

Mondo Dernier Cri ! Une internationale sérigrafike au MIAM

Jusqu’au 20 septembre 2020, « Mondo Dernier Cri » envahit littéralement les espaces du MIAM (Musée International des Arts Modestes) à Sète avec une rétrospective sur...

La Relève II à Marseille

Jusqu’au 8 février 2020, dans le cadre de la 10e édition du festival international des pratiques émergentes, Parallèle s’associe à art-cade, Coco Velten et...

Amorce – Maupetit, côté galerie à Marseille

Jusqu’au 15 février 2020, Maupetit, côté galerie propose « Amorce » une intéressante exposition qui repose sur l’idée de « première fois ». Une première fois...

Jean Ranc, un Montpelliérain à la cour des rois au Musée Fabre – Montpellier

Du 25 janvier au 26 avril, le Musée Fabre présente la première exposition consacrée à Jean Ranc, peintre né à Montpellier en 1674 et...

Permafrost – Les formes du désastre à La Panacée

Jusqu'au 3 mai 2020, Le MO.CO. Montpellier Contemporain - Panacée propose « Permafrost - Les formes du désastre », une exposition collective qui « se présente comme...

Partagez
Tweetez
Enregistrer
%d blogueurs aiment cette page :