FAV 2017 – Festival des Architectures Vives à Montpellier

Du 13 au 18 juin 2016, l’association Champ Libre, présidée par Elodie Nourrigat et Jacques Brion organise la 12ème édition du Festival des Architectures Vives (FAV 2017) à Montpellier.

Depuis 2006, on retrouve avec plaisir et intérêt de jeunes équipes d’architectes qui investissent les cours d’hôtels particuliers du centre-ville. Les projets originaux et créatif qu’ils y présentent invitent les visiteurs à échanger autour d’un dialogue entre leurs installations éphémères contemporaines et une architecture patrimoniale.

Cette année les candidats devaient concevoir leurs propositions autour du thème de l’Émotion.

Cette édition du FAV 2017 nous a semblé être un peu plus inégale que les précédentes. À quelques exceptions, les conversations des installations avec l’architecture des hôtels montpellierains paraissent plus timides. Par contre, les propositions respectent parfois avec originalité le thème de l’Émotion.

Les installations suivantes ont particulièrement retenu notre intérêt :

Le projet de l’École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian à l’Hôtel des Trésoriers de la Bourse pour la sensation vertigineuse de « tomber dans le ciel » dès que l’on franchit l’étrange porte rouge qui « ferme » la cour de l’hôtel. Attention : ne pas commettre l’erreur de contourner l’obstacle… attendez votre tour pour ouvrir la porte !

FAV 2017 -Université du Pays Basque, École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian
FAV 2017 -Université du Pays Basque, École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian

Forme Sauvage à l’Hôtel d’Aures (conservatoire de musique) pour la poésie des « formes indicibles, sans contour » qui flottent dans la cour, la brume qui rafraîchit le visiteur et le parfum qui embaume discrètement l’atmosphère.

Souvenir Particulier à l’Hôtel de Rozel pour sa générosité et les « dialogues » très réussis avec les souvenirs et l’imaginaire des enfants…

Eldorado à l’Hôtel de Baudon de Mauny pour son humour, son choix des matériaux, son caractère ludique. L’enthousiasme et la fascination des enfants que nous y avons rencontrés témoignent de la réussite de cette installation !

À lire ci-dessous les projets des différentes équipes (extrait du dossier de presse)

En savoir plus :
Sur le site du Festival des Architectures Vives (FAV)
Suivre le FAV 2017 et partager vos impressions et photos sur Facebook, Twitter, Intagram et Flickr avec le hashtag #FAVMTP2017

La thématique du FAV 2017 : Émotion

À la lecture du dossier de presse, cette thématique semble inspirée par une citation extraite d’un échange de Le Corbusier avec des étudiants en architecture :

« L’ARCHITECTURE est un fait d’art, un phénomène d’émotion, en dehors des questions de construction, au-delà. La Construction, C’EST POUR FAIRE TENIR, l’Architecture, C’EST POUR EMOUVOIR. »

FAV 2017 Slide

L’équipe du Festival des Architectures Vives (FAV) précise ainsi son propos :

« Ainsi l’architecture ne pourrait se résumer à une simple question technique, programmatique, normative, même si cela en est depuis toujours, la condition minimum requise. L’architecture et la capacité des d’architectes est d’apporter une couche complémentaire grâce à la manipulation de l’espace, de la matière, de la lumière, qui ainsi, créer des émotions. L’architecture grâce à l’intervention de l’architecte, met en relation non seulement un environnement physique, mais aussi un espace mental construisant les conditions du bien-être.
Ainsi l’architecture est en capacité de créer des émotions et c’est ce champ que nous allons explorer lors de cette nouvelle édition du Festival des Architectures Vives ».

FAV 2017 – Les projets sélectionnés :
(Informations extraites du dossier de presse)

Les projets sont présentés dans l’ordre du plan mis à la disposition des visiteurs.

Pavillon 2017- Émotion verticale

CCI – Hôtel St Côme
Grand’rue Jean Moulin
34 000 Montpellier

FAV 2017 -Pavillon - Émotion verticale ØNA Architecture Maxime Agred, Quentin Giraud, Jean-Baptiste Blondel et Julien Gueganou
FAV 2017 -Pavillon – Émotion verticale ØNA Architecture Maxime Agred, Quentin Giraud, Jean-Baptiste Blondel et Julien Gueganou

ØNA Architecture
Maxime Agred, Quentin Giraud, Jean-Baptiste Blondel et Julien Gueganou

Le pavillon d’accueil du Festival des Architectures Vives 2017 expérimente la relation spatiale créée par un élément architectural simple, le poteau blanc. Sa répétition permet de créer une forêt de poteaux générant une nouvelle spatialité et un dialogue avec les colonnes existantes en pierre. La volonté du pavillon est de rendre hommage à ces éléments porteurs qui structurent la place entraînant différentes séquences et perceptions. Thématique de cette édition, l’émotion résulte du déplacement et du parcours au sein du pavillon. La répétition, le positionnement et les hauteurs des éléments verticaux permettent de générer différentes sensations spatiales comme le resserrement, l’ouverture ou encore l’exiguïté. Œuvre verticale et élancée, le pavillon vise à rendre hommage à la composition spatiale de la cour historique par la performance du matériau acier.

Université du Pays Basque

Hôtel des Trésoriers de la Bourse
4 rue des Trésoriers de la Bourse
34 000 Montpellier

FAV 2017 -Université du Pays Basque, École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian
FAV 2017 -Université du Pays Basque, École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian

École Technique Supérieure d’Architecture de San Sébastian

En jouant avec la perception du visiteur, le projet transforme les limites afin de suggérer qu’entrer dans la cour signifie entrer dans une autre dimension. Le concept est souligné par l’idée de seuil et d’intrusion dans un limite. Ceci est matérialisé par le symbole le plus évident qu’est la porte, afin que les visiteurs prennent conscience d’entrer dans un espace privé et intime, les caractéristiques intrinsèques d’une cour. Lorsque vous regardez dans le miroir, vous voyez une perspective déformée de la cour qui vous rend encore plus attentif, ce qui vous oblige à découvrir l’espace d’une autre manière, en regardant les façades, vous rendant conscient des environs. L’émotion est associée, dans notre proposition, à l’effet du vertige qui apporte la sensation de risque de tomber dans le ciel. En outre, l’effet du miroir accentue les proportions étroites du patio et le sentiment d’être dans un espace vide.

I Heart Montpellier

Hôtel de Lunas
10 rue de la Valfère
34 000 Montpellier

FAV 2017 - I Heart Montpellier, Pistachoffice Daniel Martín-De Ríos et Francisco Vilar Navarro
FAV 2017 – I Heart Montpellier, Pistachoffice Daniel Martín-De Ríos et Francisco Vilar Navarro

Pistachoffice
Daniel Martín-De Ríos et Francisco Vilar Navarro
Rotterdam – Pays-Bas

I HEART MNTP est un projet qui évoque le sentiment d’amour et d’affection, de passion et de contact. Comme une émotion dont nous aimons tous faire l’expérience, l’amour est le point de départ de la vie. À cause de lui nous pouvons faire les choses les plus folles et les plus étonnantes auxquelles nous n’aurions jamais pu penser. Il ya eu beaucoup de symboles d’amour et de désir à travers l’histoire. De Venise à Paris, de Playboy à Marilyn, tous ont changé notre perception de la façon dont nous le vivons et l’expérimentons. L’objectif du projet est de faire de Montpellier et de notre projet, l’instant d’une semaine, la capitale mondiale de l’amour. La proposition est faite par deux éléments qui travaillent ensemble. Le banc circulaire don’t l’ergonomie suit les positions du baiser, de flirt ou du mensonge. Au-dessus de celui-là, un coeur flottant s’émancipera de la cour, donnant au projet une dimension à l’échelle de la ville, servant de point d’attraction et illuminant Montpellier dans sa semaine d’amour.

Forme Sauvage

Hôtel d’Aures
14 rue Eugène Lisbonne
34 000 Montpellier

FAV 2017 - Forme Sauvage, Lilit Sarkisian
FAV 2017 – Forme Sauvage, Lilit Sarkisian

Lilit Sarkisian
Nantes – France

L’émotion est une expérience psychophysiologique complexe de l’état d’esprit d’un individu lorsqu’il réagit aux influences biochimiques et environnementales. Comment une architecture vive interagit avec le cortex cérébral du curieux? Le projet agit comme un stimulus, activant les récepteurs sensoriels de chacun. L’émotion se fait donc par l’enivrement soudain des sens. De la rue, la forme indécise appelle l’indiscret, la brume perle et rafraîchit le visiteur, le parfum embaume la cour. Une forme liquide se fige. Une succession de plaques en plastique transparent rigide est assouplie par une thermo-(dé) formaion. La forme indicible, sans contour. Une forme fini à l’interprétation infini. L’idée n’est pas de produire une architecture mais bien de générer un espace saisissant. Un dispositif discret vaporise le parfum pour que cette après-midi à Montpellier laisse un souvenir de plus. Pour une telle intervention l’intimité proposée par la cour du conservatoire de musique nous semblait propice à l’évocation de la rêverie.

La Madeleine

Hôtel du Palais des Guilhem
12 rue du Palais des Guilhem
34 000 Montpellier

Atelier MicroMega
Justine Guyard, Alexandre Lahaye, Charlie Granjon, Thomas Pourteyroux et Gauthier Martinez
Lyon – France

L’émotion est multiple. Elle structure notre rapport à l’autre, à ce(ux) qui nous entoure(nt). Activée par les cinq sens, une odeur, une vision ou un goût stimule en chacun de nous des émotions différentes. Elles sont l’expérience de ce qui est passé, ce qui est en train d’être, ce qui sera. Le pouvoir de la nostalgie est de provoquer par la vision d’un même objet des émotions complètement diverses chez chacun d’entre nous. La Madeleine de Proust est ce lien entre l’émotion passée qui nous structure, et le frisson qui nous envoi dans le futur. L’installation repose sur l’architecture, l’espace et la matière pour jouer avec notre nostalgie. Elle invite le visiteur à s’émouvoir en la parcourant, en interagissant avec elle, en faisant écho à ses souvenirs enfantins. Le cube lisse et parfait renvoie à l’âge adulte. Le monde qu’il renferme: évolutif, créatif et malléable fait appel à l’enfant, faisant de l’espace de la grotte, sa cabane.

Souvenir Particulier

Hôtel de Rozel
2 ter rue Saint Pierre
34 000 Montpellier

FAV 2017 - Souvenir Particulier, Collectif Commun, Sophia Villepinte et Jeanne Bénony
FAV 2017 – Souvenir Particulier, Collectif Commun, Sophia Villepinte et Jeanne Bénony

Collectif Commun
Sophia Villepinte et Jeanne Bénony
Paris – France

Certains lieux ont le génie d’éveiller des émotions ressenties de notre passé. L’installation dans l’hôtel Rozel a pour but de stimuler ces émotions: celles qui sommeillent en chacun de nous comme le miroir de notre propre histoire. Lien entre art et architecture, l’installation vient interroger les sentiments que provoque un espace, ainsi que l’expérience sensible de son parcours. Au centre, elle dévoile des objets qui sont l’interprétation par l’architecte, des souhaits et émotions exprimées par son commanditaire. Au coeur de la cour, le visiteur se glisse dans l’étroitesse d’un passage entre les épais murs du patio et le long d’un mur blanc ou au détour d’une courbe, et il est invité à observer la mise en scène de l’image métaphorique de ses propres émotions nostalgiques. Là flottent des objets, symboles de lieux vécus, provoquant en chacun de nous un retour sur sa propre histoire, son enfance et ses premiers dessins.

TR 24

Hôtel Audessan
9 rue de la Vieille Intendance
34 000 Montpellier

TR 24, BEN-DAO Sélim Bennis et Mehdi Daoudi Nejm - FAV 2017
TR 24, BEN-DAO Sélim Bennis et Mehdi Daoudi Nejm – FAV 2017

BEN-DAO
Sélim Bennis et Mehdi Daoudi Nejm
Paris – France

Osez entrer dans ce jeu de tourniquets !

Le but est de traverser l’installation, guidé par votre choix, au fil des “portes” que vous poussez. La sobriété et la pureté de l’installation se veulent refléter un certain respect du bâtiment qui l’encadre. Le but est de venir de manière légèrement neutre mais visiblement massive, remplir le vide propre à une cours. Le dispositif interroge la fonction même d’une cour d’hôtel particulier. Son caractère de point de passage est exacerbé, poussé à l’extrême. Il s’agit de rendre compte, de façon expérimentale, que la répétition d’un module simple en architecture permet d’aboutir à une émotion vive. Notre idée est en effet d’attirer la curiosité du visiteur, de l’inciter à s’immiscer dans un espace répétitif et anxiogène. L’installation devient comme un labyrinthe sans entrée et sans sortie créant chez le visiteur un allongement de la sensation du temps, il aura l’impression de se perdre, ou qu’il n’en sortira jamais.

Paper Cloud

Hôtel de Mirman
7 place du Marché aux fleurs
34 000 Montpellier

Studio 3A
Kazuya Katagiri, Luis Lopez Resendez et Marco Budéus
Tokyo – Japon / Hambourg – Allemagne / Monterrey – Mexique

Paper Cloud élabore un espace d’illusion et de désillusion. Cet environnement phénoménal est ponctué d’ombre et de lumière, reflétant des couleurs différentes dans des temps différent. Les visiteurs réagissent à ces changements séquentiels au travers du sens tactile, et leurs corps sont liés à l’espace comme une partie intégrante de celui-ci. Paper Cloud est composé d’environ 2 000 cylindres en papier plastifiés, assemblés sans fixations ni colles, mais simplement emboîtés l’un dans l’autre. Cette structure de papier monochrome, simplement assemblée, contraste avec la masse de la chaussée en pierre et les murs de la cour. Cependant, une fois entré à l’intérieur, ce nuage fusionne avec la lumière et disparaît, se dissout telles les bulles. L’expérience immatérielle exposera l’illusion de l’expression et éveillera in facto leurs émotions.

Eldorado

Hôtel de Baudon de Mauny
1 rue de la Carbonnerie
34 000 Montpellier

FAV 2017 - Eldorado, Collectif Pourquoi Pas Etienne Fressonet, Amandine Riou, Pauline Sémon, Benjamin Poignon et Benoît Bret
FAV 2017 – Eldorado, Collectif Pourquoi Pas Etienne Fressonet, Amandine Riou, Pauline Sémon, Benjamin Poignon et Benoît Bret

Collectif Pourquoi Pas
Etienne Fressonet, Amandine Riou, Pauline Sémon, Benjamin Poignon et Benoît Bret
Rilleux-la-pape – France

Il existe tout un mythe autour de la quête du trésor qui fait basculer le rapport à la fortune vers des considérations plus poétiques que matérielles. Dans tous les récits d’aventure, le héros passe par des phases de doute, voire de résignation, avant de finalement toucher au but. Un émerveillement qui suspend le temps à l’instant de la précieuse découverte. L’installation est une mise en scène sensorielle qui fait appel à l’imaginaire des contes et légendes. Il s’agit de recréer le petit évènement enchanteur qui nous fait sentir que l’instant est unique. Le dispositif convoque ainsi autant la vue que l’ouïe, hypnotisant le spectateur accroché au mouvement en action pour une poignée de secondes. Au croisement de la nuée de papillons s’envolant à notre approche, ou du bref souffe de vent faisant virevolter tous les disamares «hélicoptères» d’un érable ; l’installation rejoue la fameuse image qui fixe l’expérience à jamais. Et si tous les légendaires trésors n’existaient en fait qu’à travers ces instants volatiles qui les révèlent.

AAA

Hôtel de Griffy
26 rue de l’Aiguillerie
34 000 Montpellier

AAA, ODD Mairi Ogilvie , Caroline Diaz et Lauriane Dupont - FAV 2017
AAA, ODD Mairi Ogilvie , Caroline Diaz et Lauriane Dupont – FAV 2017

ODD
Mairi Ogilvie , Caroline Diaz et Lauriane Dupont
Montpellier – France / Londres – Grande-Bretagne

La cour de l’Hôtel de Griffy offre un coin de tranquillité, en opposition directe avec la frénésie de la rue de l’Aiguillerie. Pareillement, l’installation proposée accentue la transition entre deux espaces permettant, ensuite, un moment de réfléchir et de se ressaisir. En entrant dans la cour, le visiteur se retrouve confronté à un mur noir. Lors d’une inspection plus approfondie du lieu, il aperçoit une entrée. Une émotion peut facilement se transformer en une autre. L’intérêt se transforme en anticipation. Il franchit le seuil et il est confronté cette fois ci à un passage sombre et tordu, à peine éclairé par un fin rayon de lumière à son terme. L’anticipation se transforme ainsi en appréhension et même, en angoisse. Une série d’émotions se succèdent lors de ce passage d’un espace à l’autre; Anticipation, Appréhension et Angoisse. Laquelle laisserons-nous prendre le dessus ?

Laberinto

Hôtel de Varennes
2 place Pétrarque
34 000 Montpellier

FAV 2017 - Laberinto, Concéntrico Susana Gutiérrez, Tamara Benés et Sonia Moral
FAV 2017 – Laberinto, Concéntrico Susana Gutiérrez, Tamara Benés et Sonia Moral

Concéntrico
Susana Gutiérrez, Tamara Benés et Sonia Moral
Logroño – Espagne

Les cours des hôtels particuliers de Montpellier offrent l’opportunité de créer des espaces hors du temps, pourtant en plein coeur de ville. Ce projet tend à générer un nouveau monde dans l’imaginaire du visiteur. De proportions modérées, cette cours possède un atout majeur: le puits en pierres de taille. Il représente le souvenir d’un autre temps, celui où il accomplissait sa fonction première. La volonté de l’équipe est de redonner de l’importance au puit en le plaçant au centre de l’installation. Ainsi, un labyrinthe en bois, constitué de murs courbes, ceinture le puit et envihit la cour. Différents chemins permettent d’atteindre le coeur où le puits est situé et où la végétation semble dominer le lieu. Les lattes de bois transversales laissent passer le regard mais empêchent le visiteur de se croiser.

Immersion

10 rue de la Petite Loge
34 000 Montpellier

FAV 2017 - Immersion, Lucia Martinez Pluchino et Raquel Duran Puente
FAV 2017 – Immersion, Lucia Martinez Pluchino et Raquel Duran Puente

Lucia Martinez Pluchino et Raquel Duran Puente
Bordeaux – France

Selon la définition du mot émotion, nous savons qu’en plus d’un contexte physique un facteur interne donc personnel influe sur le ressenti des emotions: les souvenirs, le vécu, le caractère ou l’état d’esprit. Ce festival nous procure un lieu et nous propose le défi, à travers la transformation de ce cadre, d’être capables de générer une émotion. Ces espaces qui servent aujourd’hui au passage deviendront donc, pendant quelques jours, des conteneurs d’émotions. On veut pousser cette idée à sa limite en remplissant une des cours de balles. Ce contexte physique permettra une immersion totale du public dans l’expérience. Certains sentiront la paix en se retrouvant isolés, cachés, protégés. Alors que d’autres retourneront en enfance et voudront jouer jusqu’à l’épuisement. Une personne énervée pourrait se défouler et ensuite ressentir la sérénité. Plaisir, euphorie, bien-être, angoisse, jeu, désorientation… Quoiqu’il en soit, nous sommes persuadées d’une chose: personne ne sortira indifférent.

The Curtain

Hôtel de Jacquet
3 rue Saint Ravy
34 000 Montpellier

The Curtain, Maria Anton Barco, Maria Salan et Maria Ramos - FAV 2017
The Curtain, Maria Anton Barco, Maria Salan et Maria Ramos – FAV 2017

Maria Anton Barco, Maria Salan et Maria Ramos
Madrid – Espagne

L’émotion imposée par la beauté d’une nature suggérée, transforme l’installation artificielle en un réel paysage. Ce paysage évolue avec le temps, mais aussi la teinte d’une lumière changeante d’une journée d’été dans le sud de la France. D’une certaine manière, le paysage ce fait écho de l’histoire d’un lieu. Cette installation cristallise le temps et les changements lorsque la lumière, curieuse et pénétrante, se faufile au travers des cascades de feuilles qui envahissent l’intérieur de la cours. Cette installation, aussi éphémère que la nature au fil des saisons tente de reproduire toutes ces métaphores par la déconstruction d’un arbre où l’histoire urbaine de Montpellier est racontée. Les moments clés de l’histoire de cette ville médiévale se voient ainsi gravés, tels des mots couchés sur un papier ligné, entre chaque anneau de croissances de l’arbre trônant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here