Carmelo Zagari – Carnaval des yeux au MIAM

Du 14 octobre 2017 au 11 mars 2018, le MIAM (Musée international des Arts Modestes) accueille à Sète «  Carnaval des yeux » une exposition de Carmelo Zagari.
Norbert Duffort, commissaire de l’exposition présente ainsi ce projet :

« Rencontre de la culture savante – la grande histoire de la peinture – et des cultures populaires -les tarots, la Commedia dell’Arte -, Carnaval des yeux questionne aussi la notion de collection, inhérente à l’Art Modeste : collection de motifs et de signes mêlant réel et symbolique; rapport de chaque œuvre à la collection.
Enfin, Carnaval des yeux fait directement référence à l’Italie du Sud, terre d’origine de Carmelo Zagari mais aussi part essentielle de l’ADN sétois ».

On attend avec une certaine curiosité ce « Carnaval des yeux » de Carmelo Zagari. On garde le souvenir de son exposition en deux actes, « Beauté noire », montrée par à la galerie chantiersBoîteNoire, en 2015.

On revient dès que possible sur cette exposition qui est accomapgné par la publication d’un ouvrage aux éditions Fage.

Vernissage de l’exposition vendredi 13 octobre à 19h

À lire, ci-dessous, le texte de présentation de « Carnaval des yeux » de Carmelo Zagari par Norbert Duffort, ainsi que quelques éléments biographiques extraits du dossier de presse.

En savoir plus :
Sur le site du MIAM
Suivre l’actualité du MIAM sur Facebook et Twitter
Écouter l’entretien de Lise Ott avec Christian Gaussen à propos de l’expo de Carmelo Zagari chez chantiersBoîteNoire, en 2015.
Carmelo Zagari sur le site de la galerie chantiersBoîteNoire.

Présentation de « Carnaval des yeux » de Carmelo Zagari par Norbert Duffort

En trois décennies, Carmelo Zagari a bâti une oeuvre féconde, fondée sur les laissés-pour-compte de la modernité : figure et narration. Conscient de l’impossibilité à percer le mystère du temps qui passe, il pratique la peinture comme une «performance autobiographique».

Carnaval des yeux

Au milieu des années 2000, Carmelo Zagari se replie dans son atelier où il peint, jour après jour, un ensemble impressionnant de grandes toiles : douze années d’une solitude peuplée de ses proches et de ses amis, dont il nous livre aujourd’hui les portraits.
Il nous propose cette centaine de toiles libres au format unique comme un jeu de tarot, pour l’usage duquel chacun est invité à concevoir ses propres règles, à battre et rebattre les cartes.
Masques d’où surgissent tous les regards, de la compassion à l’effroi, figures posées dans des décors surchargés de végétaux, d’oiseaux, d’animaux fantastiques.
Prenant «l’autre» comme sujet, Carmelo Zagari construit ici le chemin «modeste» de son rapport au monde. De ce morceau d’humanité reste l’impression d’un destin tragicomique; sans doute celui de l’artiste lui-mme, et de ses origines perdues.

Carnaval des yeux au MIAM

Rencontre de la culture savante – la grande histoire de la peinture – et des cultures populaires -les tarots, la Commedia dell’Arte -, Carnaval des yeux questionne aussi la notion de collection, inhérente à l’Art Modeste : collection de motifs et de signes mlant réel et symbolique; rapport de chaque oeuvre à la collection.
Enfin, Carnaval des yeux fait directement référence à l’Italie du Sud, terre d’origine de Carmelo Zagari mais aussi part essentielle de l’ADN sétois.

Norbert Duffort
Commissaire de l’exposition

Carmelo Zagari - Carnaval des yeux. Photo © Pierre Schwartz
Carmelo Zagari – Carnaval des yeux. Photo © Pierre Schwartz

Carmelo Zagari

Né en 1957 à Firminy (Loire) de parents calabrais, Carmelo Zagari étudie à l’Ecole des beaux-arts de Saint-Etienne.
Dès les années 80, il est invité par Bernard Ceysson à exposer au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne. Depuis il participe à de nombreuses expositions individuelles et collectives dans les musées et galeries, en France et à l’étranger, en particulier au Musée d’art contemporain (MAC) de Lyon, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris Dans l’oeil du critique, Bernard Lamarche-Vadel et les artistes, et, à l’invitation de Jan Hoet, au MarTa Herford Museum (Allemagne) et au SMAK de Gand (Belgique).

Carmelo Zagari a réalisé d’importantes commandes publiques, dont l’ensemble des vitraux de la Chapelle des mineurs de Faymoreau (Vendée) et Le jardin métaphysique au CHRU St Eloi de Montpellier. Il a créé les images de plusieurs ouvrages dont Ouroboros de Louis Calaferte et Madame Deshoulières livre en écho au CD d’Isabelle Huppert et Jean-Louis Murat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here