Art-cade x 25 ans. La Galerie des grands bains douches de la plaine fête ses 25 ans

À l’occasion de ses 25 ans, Art-cade réunit de nombreux artistes qui ont participé à son histoire pour deux expositions successives. L’événement est accompagné par l’édition d’un catalogue rétrospectif de l’esprit d’Art-cade.

Le commissariat est assuré par François Bazzoli et Anne-Marie Pécheur, acteurs de la galerie depuis son ouverture.

Du 10 novembre au 2 décembre 2017, François Bazzoli rassemble des œuvres de Maya Andersson, Gérard Fabre, Dominique Gauthier, Caroline Le Méhauté, Généviève Martin, Stéphanie Nava, Edouard Nono, Eric Pasquiou, Bertrand Rigaux, Rémy Rivoire, Patrick Sainton, Gérard Traquandi, Jean Louis Vila et Yassine Zaiat.

Dans le catalogue qui accompagne « Art-cade x 25 ans », François Bazzoli, ancien président de l’association, présente ainsi cette rétrospective :

« Après le temps de la peinture et du dessin et des expositions essentiellement monographiques, est venu celui des collections, des installations et du sonore et des monstrations collectives et du bruissement insistant de la nouveauté. Celui de la photographie, de la vidéo et du multimédia. Celui des commissariats proposés à des professionnels porteurs de visions spécifiques. […]. Arrivé à l’âge de vingt ans tout pile, il s’est tourné vers le paysage et l’architecture, sur fond de création méditerranéenne et de commissaires d’expositions toujours renouvelés. Le pari de le laisser à d’autres mains afin que le propos plastique et théorique ne s’enkyste pas dans le ressassement et le c’était mieux avant semble gagné.

À vingt-cinq ans aujourd’hui, toujours fringant, Art-Cade garde bon pied bon oeil, toutes ses dents pour mordre dans l’actualité et toutes ses illusions pour persister dans ses efforts. Il a tissé de nombreux contacts avec les quartiers Nord, avec l’Afrique, avec les autres associations, avec le mécénat et avec tous les systèmes de création. Quoi qu’il arrive demain, il ne fait aucun doute qu’il saura, avec la maturité qui vient, se concentrer sur d’autres domaines et d’autres buts car le monde de l’art est infiniment remodelable. Même à Marseille ? »

Anne-Marie Pécheur propose le second volet du 8 décembre 2017 au 6 janvier 2018 avec : Marc Boucherot, Dominique Angel, Cécile Beau, Dominique Cerf, Dominique De Beir, Alexandre Delay, Marie Ducaté, Diane Guyot, Guy Limone, Luce Moreau, Mountaincutters, Jean-Paul Thibeau et Philippe Turc.

Actuelle présidente d’Art-cade, elle présente ainsi le projet « Art-cade x 25 ans » :

« C’est un beau roman, c’est une belle histoire
Que signifie pour deux artistes la création d’une association ? cela fait-il oeuvre ? sur vingt-cinq ans, on peut sans doute commencer à voir poindre une sorte de forme abstraite de la chose.

Une forme que les sentiments habitent, que la mémoire peint de mille facettes, une peinture byzantine, un vitrail, un aplat, une boîte peut-être. Cette question, aucun des artistes invités ne nous l’a posée, et j’en déduis donc que tout coule de source et que tout est orchestré dans un ordre exceptionnel et qu’on a donc tous en choeur édifié une utopie que l’histoire retiendra peut-être.

En 1974, nos cinq amis et nous, fondions l’association ADDA, à peine sortis de l’école de Luminy, tout juste prêts à prendre en main notre vie d’artistes.
C’est ainsi que nous avons entamé cette longue aventure d’artistes, avec un rêve et un idéal qui perdurent encore, malgré le temps perdu, malgré les avatars et les retours de manivelle, occupés que nous sommes à penser au partage des savoirs, des cultures, dans une innocence frisant folie et irréalisme. »

On attend avec beaucoup d’intérêt de découvrir ces deux propositions dont les vernissages respectifs sont prévus le 9 novembre et le 7 décembre à 18h30.

Si les chroniques dans « En revenant de l’expo ! » ont été jusqu’à présent assez rares, néanmoins on a souvent apprécié la qualité des expositions visitées lors de séjours marseillais, à l’occasion du Printemps de l’Art contemporain ou des vernissages qui accompagnent la rentrée autour d’Art-O-Rama et de Pareidolie.

En dehors du captivant et récent dialogue « Gannier Modenne », on garde le souvenir de la très belle exposition qui s’inscrivait dans le projet « Jean-Louis Delbès – Une autre histoire » au printemps.

Vues de l'exposition Jean-Louis Delbès, une autre histoire, Galerie des grands bains douches de la Plaine, Marseille, 2017. Photo © Documents d'artistes
Vues de l’exposition Jean-Louis Delbès, une autre histoire, Galerie des grands bains douches de la Plaine, Marseille, 2017. Photo © Documents d’artistes

On n’oublie pas aussi que Diane Guyot de Saint Michel qui avait mis le « cul du camion » aux portes de la galerie pour son « Donut Forget », dans le cadre de la saison du dessin initiée par Paréidolie, en 2016.

Avec le 7e Printemps de l’art contemporain (2015), on avait retrouvé avec émotion le travail de Dominique De Beir, vu peu avant à Montpellier, parmi les 8 artistes choisies dans la collection de Camille Pontailler « Identité de Genre 22+1 »… Quelques rocailles d’Anita Molinero occupaient ici le jardin alors que son lance-flamme avait « habillé » un des murs de la Friche pour le Zenith de « FOMO ».

On se souvient également de « Décalage », le projet de Karine Maussière qui avait inauguré La Vitrine… ou encore des « Heures-reliefs » de Mountaincutters à la rentrée 2014.

La Galerie est un lieu atypique dont les espaces d’exposition s’organisent autour d’un curieux jardin triangulaire.

Une visite s’impose à ceux qui n’ont jamais poussé la porte des anciens « Grands Bains Douches de la Plaine »… « Art-cade x 25 ans » pourrait certainement en être une belle occasion !

Une lecture performée de Jean-Paul Thibeau, « Adresse aux pommes de terre en parler marteau », est annoncée pour le jeudi 14 décembre 2017 à 18h30. Elle sera suivie d’une rencontre « Coopérations, culture de la pomme de terre et démocratie » avec Joelle Zask, Thierry et Céline Ailloud-Perraud dans le cadre des rencontres agriculturelles «23 Habitants au km2».

Jean-Paul Thibeau, Potatoes cult / méta-activité et ses je-ne-sais-quoi (Marseille) Installation : cantine métallique, pommes de terre, tabouret, dessins sur papiers, baladeuse, massette et divers matériaux, etc. 2017.
Jean-Paul Thibeau, Potatoes cult / méta-activité et ses je-ne-sais-quoi (Marseille) Installation : cantine métallique, pommes de terre, tabouret, dessins sur papiers, baladeuse, massette et divers matériaux, etc. 2017.

À lire, ci-dessous, une présentation de Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine extraite du dossier de presse.

En savoir plus :
Sur le site Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine
Suivre l’actualité de Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine sur Facebook et Twitter

Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine. Photo Art-cade
Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine. Photo Art-cade

Présentation de Art-cade, Galerie des grands bains douches de la plaine

Depuis sa création, la galerie des Grands Bains Douches de la Plaine, a accueilli des centaines d’artistes ; les commissariats ont été multiples et très riches de diversité.

Pour la 200ème exposition, l’association a confié à François Bazzoli et Anne-Marie Pécheur le commissariat. L’un comme l’autre furent dès l’ouverture du lieu des acteurs de cette longue histoire. Ils proposent deux volets d’exposition avec le souhait de mettre en scène le travail de l’association.
La mémoire, l’histoire, l’amitié, c’est ce qu’ils nous disent avoir désirer montrer dans les deux listes d’artistes proposés.

La galerie est aujourd’hui à un tournant. En plus d’un espace d’exposition, elle devient un espace de coworking, un espace partagé pour mutualiser les moyens entre plusieurs associations qui investissent aussi le lieu par des propositions artistiques.

Art-cade accompagne les jeunes artistes dans leur démarche de production en partenariat avec l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille.

L’association renforce également ses actions envers le jeune public en développant une plateforme pédagogique d’art contemporain qui sera lancée à la rentrée de septembre 2018 en partenariat avec MP18.

Art-cade a su résister au temps en renouvelant ses missions, en se questionnant sans cesse et souhaite remercier ses nombreux soutiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here