Soleil chaud, soleil tardif à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Du 21 avril au 28 octobre 2018, la Fondation Vincent van Gogh Arles propose « Soleil Chaud, soleil tardif. Les modernes indomptés », qui réunit des prêts exceptionnels de tableaux de Vincent van Gogh, des œuvres tardives de Pablo Picasso et d’Alexander Calder, mais aussi d’Etel Adnan, Giorgio De Chirico, Adolphe Monticelli, Sigmar Polke, Germaine Richier, Joan Mitchell et le musicien Sun Ra.

Avec cette exposition thématique, Bice Curiger, directrice de la fondation et commissaire, affirmait l’ambition de présenter un projet qui « s’engage dans une libre exploration du soleil entendu comme une métaphore questionnant le rapport des artistes d’une part à la Méditerranée – aire d’expérimentation – et d’autre part au modernisme et au postmodernisme ».

Bice Curiger -  Soleil Chaud, soleil tardif à la Fondation Vincent van Gogh Arles
Bice Curiger –  Soleil Chaud, soleil tardif à la Fondation Vincent van Gogh Arles

On attendait avec intérêt de découvrir «  Soleil Chaud, Soleil Tardif » qui s’annonçait comme un des projets les plus originaux et les plus captivants parmi les multiples expositions qui émailleront le midi de la France dans le cadre de « Picasso-Méditerranée », initié par le Musée national Picasso-Paris. On l’espérait moins conventionnelle et moins académique que certaines propositions déjà visibles…

Bice Curiger -  Soleil Chaud, soleil tardif - Polke à la Fondation Vincent van Gogh Arles
Bice Curiger –  Soleil Chaud, soleil tardif – Polke à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Assurément, nos espoirs ne sont pas déçus. « Soleil Chaud, Soleil Tardif » est une superbe réussite. L’accrochage très cohérent joue magistralement dialogues et opposition, d’abord entre Monticelli et Van Gogh, puis en rapprochant les tableaux de Vincent et des œuvres tardives de Pablo Picasso.

Une remarquable salle construit de subtils contrepoints entre les sculptures de Germaine Richier et les toiles de Picasso, sous le regard des soleils d’Alexander Calder.

Pablo Picasso et Germaine Richier -  Soleil Chaud, soleil tardif à la Fondation Vincent van Gogh Arles
Pablo Picasso et Germaine Richier –  Soleil Chaud, soleil tardif à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Les espaces suivants sont consacrés successivement à Sigmar Polke, Giorgio De Chirico, Joan Mitchell et Etel Adnan. Ils servent avec pertinence le propos de la commissaire, multipliant les échos « postmodernes » à la Méditerranée, à la lumière, au soleil, à Van Gogh ou Picasso…

Deux salles sont consacrées au légendaire et délirant « intergalactique » Sun Ra et à son Arkestra. Elles rassemblent plusieurs documents (vidéos, films, photos, pochettes de vinyls…) qui retracent l’itinéraire de ce musicien inclassable. Certaines de ces archives évoquent les intenses et inoubliables des Nuits de la Fondation Maeght, à l’été 1970 avec des moments d’exception filmés par Jean-Michel Meurice, ainsi qu’un concert enregistré par l’ORTF en 1972 pour le programme Jazz Session…

Un compte-rendu de visite complétera prochainement cette chronique.

À lire, le texte de présentation de « Soleil chaud, soleil tardif. Les modernes indomptés » par Bice Curiger sur le site de la Fondation Vincent van Gogh Arles

En savoir plus :
Sur le site de la Fondation Vincent van Gogh Arles
Suivre l’actualité de la Fondation Vincent van Gogh Arles sur Facebook et Twitter
À écouter : Bice Curiger Jean de Loisy dans L’art et la matière sur France Culture à propos de l’exposition

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.