Ann Ray – Les Inachevés – Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Jusqu’au 23 septembre 2018, les Rencontres de la Photographie présentent avec « Les Inachevés – Lee McQueen » de Ann Ray une des expositions les plus abouties de cette édition 2018.

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Les circonstances des premiers contacts entre Lee McQueen et Ann Ray (aka Anne Deniau) restent imprécis. Dans une conversation avec Sarah Moroz, pour i-D magazine, la photographe évoque une rencontre au Japon, en avril 1997. Selon le dossier de presse des Rencontres, c’est fin 1996 que Ann Ray fait connaissance du couturier qui venait d’être nommé directeur artistique de Givenchy.
Peu importe, l’histoire de leur relation amicale sera forte et marquera fortement la photographe :

« J’ai passé 13 ans à manquer d’air, à retenir ma respiration pour un peu d’équilibre. Plongée profonde, à bout de souffle, littéralement. Pour quelques images hors temps, hors tout. Pour inscrire la vie d’un homme et la profondeur d’une œuvre, comme une nécessité. Aujourd’hui je réalise à quel point ce fut insensé. »

Ann Ray, Inside III, Londres, 2000 (Lee McQueen)
Ann Ray, Inside III, Londres, 2000 (Lee McQueen)
Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Jusqu’à son suicide en 2010, Lee McQueen laisse Ann Ray tout photographier : son travail à l’atelier, les préparatifs backstage, les défilés, des moments d’intimités.

« Tu as ma vie en image, et c’est ce que je voulais. Parce que je te fais confiance. »

Entre 35 000 et 40 000 photographies argentiques sont issues de cette relation singulière…

En 2012, Ann Ray publie sous le nom de « Anne Deniau », un premier livre photographique « Love Looks not with the Eyes ». À son propos, elle confie à Sarah Moroz :
« C’était très brut (…), c’était comme un cri endeuillé, porté par l’envie de rendre hommage à mon ami. L’ouvrage était chronologique : un défilé après l’autre sans analyse réelle parce que je n’étais pas prête à le faire ».

Ann Ray - Archives - Capture d'écran du film Love in progress à propos de « Love Looks not with the Eyes »
Ann Ray – Archives – Capture d’écran du film Love in progress à propos de « Love Looks not with the Eyes »

Pour le projet qu’elle imagine à l’occasion des Rencontres 2018, Ann Ray s’est replongée dans ses archives où « tout est physique : des négatifs conservés avec attention dans des boîtes. Je n’ai rien digitalisé »… avec une sélection radicale et la volonté affirmée de transmettre l’essence même du travail de Lee McQueen, comme elle l’avait vu.

Pour cela, elle avoue avoir « été grandement aidée par les regards extérieurs, empathiques et sensibles, forcément salvateurs dans ce genre de démarche, de Myriam Blundell Phillips et Sam Stourdzé. »

Ann Ray, Insensé III, Londres, 1998 - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Insensé III, Londres, 1998 – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Près de 170 images sont donc magistralement exposées au rez-de-chaussée de l’Atelier des Forges, dans un projet sensible et authentique dont elle écrit-elle :

« Je partage beaucoup et très peu dans “les inachevés”. L’exposition n’est pas exhaustive, ce n’est pas l’intention, en revanche je veux croire qu’elle est sincère et juste. Elle correspond à Lee McQueen, sa personnalité, son cercle proche, son travail et son œuvre ; elle correspond aussi à ce que j’ai vu, ce que j’ai ressenti, ce que j’ai traversé, reçu et transfiguré dans mes images. »

Le parcours s’articule en treize séquences que valorise magnifiquement une scénographie sobre et adéquate. Elles s’enchaînent avec souplesse et fluidité. Avec intelligence, leurs frontières savent être indécises. Portraits, détails, gestes, vêtements, échanges de regards montrent avec beaucoup de tact et d’authenticité « un créateur qui crée, au moment où il crée ». Sans construction chronologique, « les inachevés » racontent avec émotion « une histoire brillante et vibrante qui va inexorablement vers sa fin tragique ».

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Artisanat - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Artisanat – Rencontres Arles 2018

L’accrochage précis est particulièrement bien articulé. Il est rythmé par de grandes images à taille humaine. Reproduites en « C-Print », la plupart  sont opportunément exposés sur contrecollé.

Les formats plus petits, tirés en argentique avec beaucoup de soin par Hervé Caté, représentent pour la photographe « les murmures de la chambre noire ». « Il faut garder une part de mystère », ajoute-t-elle. Ils construisent des assemblages multiples, toujours justes et captivants.

Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Artisanat – Rencontres Arles 2018

Les perspectives sont particulièrement bien architecturées. Elles savent à la fois laisser le temps au visiteur de prolonger sa lecture de telle ou telle image, tout en conduisant délicatement son regard vers la suite du récit.

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Des roses et des épines - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Des roses et des épines – Rencontres Arles 2018

 

À l’exception de rares reflets, la lumière est parfaitement maîtrisée.

Plusieurs textes accompagnent les séquences ou des associations d’images. Certains, rédigés avec un « nous » ou un « je » de complicité par Ann Ray apportent des éclairages souvent pertinents et opportuns ou évoquent plus rarement des anecdotes significatives. Les autres sont des citations de Lee McQueen, mais aussi de Baudelaire, Poe ou encore Tim Burton…

À mi-parcours, le noir et blanc (« la vérité toute nue, illuminée comme un cristal, ou sombre comme un velours noir ») laisse apparaître pour quelques images un rouge sombre, « autant le leitmotiv visuel que j’ai observé que la lumière inactinique du laboratoire, là où les choses sont révélées ».

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Rouge sang et chair obscure - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Rouge sang et chair obscure – Rencontres Arles 2018

Plus loin, dans l’étrange alchimie des cyanotypes, apparaît le bleu pour un portrait qu’il aimait. Lee McQueen était surnommé « Blue » par sa mère, à cause de ses yeux clairs.

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Alchimie - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Alchimie – Rencontres Arles 2018

Puis quelques images semblent échappées de leurs séquences (Fireside, 1998, Oceanside, 1999 et Aimée I, II et III, 1998)… Est-ce parce que la détermination de la marche conduit vers une destinée qui s’esquissait déjà ? Est-ce parce qu’« une touche de confusion est un ingrédient souhaitable », comme Ann Ray se plaît à le souligner, en citant Saul Leiter ?

Les trois grands formats « Wind Tunnel I, II et III » de 2003 introduisent les dernières séquences du parcours « Disparition », « Des anges même pas déchus » et « Gravitas »…

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Des anges même pas déchus - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Des anges même pas déchus – Rencontres Arles 2018

Le parcours s’achève comme il avait commencer, par une alignement de portrait de Lee Mc Queen..

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Gravitas- Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Gravitas- Rencontres Arles 2018

On découvre alors ce que le titre de l’exposition emprunte à Tim Burton… et on se prend à méditer sur ce qui pourrait rapprocher Lee McQueen et Edward Scissorhands…

Dans le livre photographique, « Les Inachevés – Lee McQueen », le réalisateur Volker Schlöndorff écrit très justement à propos de cette exposition :

« Ce n’est pas un travail qui documente une création, c’est une création inspirée par le travail d’un autre. »

Après avoir souligné, la très belle réussite de ce projet qu’il ne faut pas manquer, on laissera le dernier mot à Ann Ray :

« In fine, “Les inachevés” est un aboutissement, une œuvre en tant que telle, que j’ai voulue aussi loyale, digne et poétique que le sujet ».

Exposition incontournable !

Commissaire de l’exposition : Sam Stourdzé.

L’exposition « Les Inachevés – Lee McQueen » est accompagnée par une remarquable publication aux éditions Art Cinema. Textes de Volker Schlöndorff (Travail / Ivresse), Myriam Blundell (Living Absence), Damien Bachelot (Fragments d’éternité) et Ann Ray (Insensé). Excellent travail de reproduction des photographies.

« Les Inachevés – Lee McQueen », publié par Art Cinema
« Les Inachevés – Lee McQueen », publié par Art Cinema

Exposition produite par les Rencontres d’Arles et Art Cinema, avec le soutien de 23 Capital, Barrett Barrera Projects, Patricia et Olivier Massart et la Collection Florence & Damien Bachelot.

Tirages réalisés par Hervé Caté et Central Dupon, Paris. Encadrements exécutés par Circad, Paris.

À lire, ci-dessous, un regard sur l’exposition accompagné des textes de salle signés Anne Ray et de quelques ciations ainsi que quelques éléments biographiques à propos de Ann Ray.

Les citations sont extraites de l’ouvrage « Les Inachevés – Lee McQueen », publié par Art Cinema.

En savoir plus :
Sur le site des Rencontres d’Arles
Suivre l’actualité des Rencontres d’Arles sur Facebook, Twitter et Instagram
Sur le site de Ann Ray

« Tu as ma vie en image, et c’est ce que je voulais. Parce que je te fais confiance. »

Insensé

Ann Ray, Insensé II et IV, Londres, 1998 (Lee McQueen et Shalom Harlow) - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Insensé II et IV, Londres, 1998 (Lee McQueen et Shalom Harlow) – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Le défilé s’appelait N°13, en septembre 1998, à Londres. A la fin, Shalom Harlow s’avançait, virginale, vêtue d’une robe blanche monumentale. Elle bougeait le haut du corps comme une poupée dans une boite à musique, les jambes immobiles, plantée là, posée sur un cercle de bois qui pivotait lentement, au centre de la scène. Deux machines industrielles, telles des insectes, restaient immobiles tout d’abord, aux accents du Concerto N°23 de Mozart. Puis les machines se dépliaient, se déployaient, et attaquaient la femme, pulsant de la peinture, peignant ainsi la robe tournante dans une performance artistique inoubliable. (A.R.)

Ann Ray, Insensé II, Londres, 1998 (N°13, Shalom Harlow). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray
Ann Ray, Insensé II, Londres, 1998 (N°13, Shalom Harlow). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Les oiseaux

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Les oiseaux - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Les oiseaux – Rencontres Arles 2018

« Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. »

« L’Albatros » Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Les oiseaux - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Les oiseaux – Rencontres Arles 2018

« Les dernières photographies, je les ai choisies seule.
C’est ainsi que tu m’as laissée : Inachevée, comme toi. »

Ann Ray, Les Oiseaux, Londres, 2000 (VOSS, Jade Parfitt)
Ann Ray, Les Oiseaux, Londres, 2000 (VOSS, Jade Parfitt). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Les femmes

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Les femmes- Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Les femmes- Rencontres Arles 2018

« Je dessine des vétements car je ne veux pas que les femmes aient l’air innocentes et naïves.
Je n’aime pas qu’on prenne avantage des femmes.
Je n’aime pas les hommes qui sifflent les femmes dans la rue.
Je pense qu’elles méritent davantage de respect.
J’aime que les hommes gardent leurs distances avec les femmes, j’aime que les hommes soient stupéfaits par l’entrée d’une femme.
J’ai vu une femme se faire battre presque à mort par son mari. Je sais ce qu’est la misogynie, je veux donner du pouvoir aux femmes. »

Lee McQueen

Ann Ray, Sacred Face, Londres, 1998 (VOSS)
Ann Ray, Sacred Face, Londres, 1998 (VOSS). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Artisanat

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Artisanat - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Artisanat – Rencontres Arles 2018

Lee McQueen faisait toujours des répétitions, nécessaires puisqu’il préférait les installations, souvent complexes, aux podiums ici la performance It’s only a game (2005), figurant un jeu d’échecs à taille humaine, les femmes étant les différentes pièces… Une voix synthétisée, référence à l’ordinateur de 2001 l’Odyssée de l’espace, annonçait les mouvements des pièces sur l’échiquier. Nous sommes en début d’après-midi, Lee s’assure que chacune a enregistré ses déplacements sur le jeu d’échecs constitué de carrés de lumière et d’ombre. (A.R.)

Lee McQueen a démantelé un paravent japonais du XIXe siècle. Il a ensuite ramassé sur la plage des coquillages. Puis, il a assemblé le tout pour en faire une pièce unique. Une pièce de métal, créée par son ami joaillier Shaun Leane, posée autour du cou, hérissée de pointes et ornée de perles noires, venait parachever cette robe du défilé VOSS (2000). (A.R.)

Ann Ray, Mechanics, Londres, 1998 (VOSS)
Ann Ray, Mechanics, Londres, 1998 (VOSS). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Inspiration

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Inspiration - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Inspiration – Rencontres Arles 2018

« Ce que je fais, c’est d’exprimer les idées artistiques qui me traversent. La mode, c’est le médium »

Ann Ray, Escher, Paris, 2009 - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Escher, Paris, 2009 – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Pour cette performance The Horn of Plenty / La corne d’abondance (Paris, 2009), Lee McQueen évoquait, en pleine crise économique, la consommation effrénée, la mode devenue caricature d’elle-même, la destruction et les déchets. La photographie Baq de Hendrik Kerstens, revisitant les tableaux de Vermeer avec insolence, d’une femme coiffée d’un sac plastique blanc, l’avait inspiré pour les coiffures de ses créatures, comme pour le carton d’invitation. (A.R.)

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Inspiration - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Inspiration – Rencontres Arles 2018

Lee disait que « la nature est le plus grand designer au monde » et s’en inspirait sans cesse : animaux, végétaux ou minéraux ont influencé toutes ses collections. Dans les formes, las matières, les vêtements, les accessoires, et mêmes les concepts d’installation : The Girl who lived in the Tree / La fille qui vivait dans un arbre, avec un arbre emballé au centre de l’installation, Natural distinction, un-natural sélection avec lions, rhinocéros, girafes, oiseaux, en guise de décor, et Atlantis, sa dernière performance en octobre 2009, évoquant un monde redevenu sous-marin suite au réchauffement climatique. (A.R.)

Des roses et des épines

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Des roses et des épines - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Des roses et des épines – Rencontres Arles 2018

« Quand j’ai commencé ce travail, j’ai commencé par écrire.
Des pages et des pages.
À un moment donné, j’écrivais sur le chagrin.
La peine.
En relisant le texte, j’ai réalisé que j’avais écrit « épine », au lieu de « peine ».
Alors j’ai gardé le mot. Peine, épine, c’est pareil.
Quand on veut garder des roses pour toujours, on les pend.
Elles perdent vie, mais demeurent présentes.»

Ann Ray

Ann Ray, Secret II, Londres, 1998 (Joan of Arc)
Ann Ray, Secret II, Londres, 1998 (Joan of Arc). Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Ann Ray

Rouge sang et chair obscure

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Rouge sang et chair obscure - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Rouge sang et chair obscure – Rencontres Arles 2018

« Il faut qu’il y ait un aspect sinistre,
que ce soit la mélancolie ou le sadomasochisme.
Je pense que nous avons tous une part de sexualité sombre,
et parfois c’est bien d’en utiliser une part infime
– et parfois une part plus importante –
comme une mascarade. »

Lee McQueen

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Rouge sang et chair obscure - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Rouge sang et chair obscure – Rencontres Arles 2018
Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Rouge sang et chair obscure - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Rouge sang et chair obscure – Rencontres Arles 2018

Untitled, présentation McQueen post-mortem 2010 ; Il y avait beaucoup de modernité dans la façon dont ces tissus ont été produits. Lee McQueen s’est inspiré de tableaux de maîtres, comme Bosch (Hell & Heaven), les peintures ont été scannées puis tissées digitalement, utilisant ainsi une fois encore le mélange de l’ancien et du nouveau. (A.R.)

Ann Ray, Final Conversation, Paris, 9 mars 2010 - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Final Conversation, Paris, 9 mars 2010 – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Planète McQueen

« Tout ce que nous voyons ou paraissons, n’est-il qu’un rêve dans un rêve ? »

Edgar Allan Poe – Traduction de Stéphane Mallarmé

Alchimie

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Alchimie - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Alchimie – Rencontres Arles 2018

1998. Lee m’avait mise au défi : faire autant de versions possibles en « blue prints » — c’est ainsi qu’il nommait mes cyanotypes — à partir de ce portrait qu’il aimait. J’ai passé la journée et la nuit à faire ces cyanotypes, presque 30 au total. En variant tout, en essayant tout, « by the book » et différemment : les concentrations de produit, l’exposition, le contraste, le lavage, etc. Je suis arrivée le lendemain avec tout ça. Il était surpris, et amusé, et jubilait. Lee a choisi un cyanotype, qui a été imprimé en grand format sur Velin d’Arches. Je crois qu’il est resté 10 ans dans le studio McQueen. J’aime ces « portraits bleus » parce qu’ils symbolisent ces années de création, sans limites — la fin des années 90 à Londres —, où nous étions en ébullition permanente. Quand il était enfant, Lee McQueen était surnommé ainsi par sa mère : « Blue », à cause de ses yeux clairs. (A.R.)

Fragments

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Fragments - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Fragments – Rencontres Arles 2018

Sur le moment, je voulais le surprendre. Me surprendre. Je n’ai eu de cesse d’explorer toutes les possibilités du medium photographique. Les procédés du XIX° siècle des pictorialistes, notamment, — cyanotypes, aquatintes, bromoils — m’attiraient par leurs difficultés, synonyme d’infinies variations pour un alchimiste dans son laboratoire, et par l’échappée hors du temps qu’ils induisaient. J’aimais aussi l’irrévérence consistant à utiliser des techniques dévolues aux thèmes académiques — nus, paysages — pour un sujet aussi neuf, iconoclaste et unique que Lee McQueen et son œuvre. Ensuite, je fis des tirages « lith », sans doute à cause de leur mélancolie, et enfin je colorisai des tirages avec toutes les techniques possibles : crayons, peinture à l’huile, aquarelles. Je peignais pendant des heures, sachant qu’une seule erreur était fatale. La nuit de préférence, avec de la musique. Aussi étranges que soient tous ces tirages — à l’époque déjà, encore plus aujourd’hui —, beaucoup furent publiés dans The Independent ou The Times. (A.R.)

Les quatre éléments ont été utilisés par Lee McQueen dans ses installations : La terre dans Eshu en 2000 ; le feu dans Joan of Arc en 1998, tout en s’inspirant de la série de Richard Avedon, Mr & Mrs Comfort ; l’air dans The Overlook en 1998 et le tunnel de vent de Scanners en 2003 ; et surtout l’eau, marécage dans la Poupée en 1996, pluie faisant pleurer des larmes noires dans Untitled en 1997, plan d’eau hérissé de pics acérés dans Eye en 2000, et enfin AtIantis, l’abysse final en 2009. Lee était un plongeur confirmé, trouvant autant l’apaisement que l’inspiration en plongée. L’eau était son élément, comme sa mère était sa pierre de touche. (A.R.)

Ann Ray, Au coin du feu et Devant l'océan, 1998-1999 - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Au coin du feu et Devant l’océan, 1998-1999 – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Aimée Mullins a été amputée des deux jambes à l’age de 1 an, pour cause de malformation à la naissance. Lee McQueen a rencontré Aimée en 1998. Touché par son histoire personnelle, et sa force intérieure, il lui proposa d’ouvrir son défilé. Il fit fabriquer une paire de jambes en bois sculpté pour l’occasion, et le secret fut soigneusement gardé. Aimée Mullins marcha la première, au début de la performance N°13 à Londres en Septembre 1998, fière, altière, sublime. Le public ne vit aucune différence avec les autres femmes. Aimée Mullins est aujourd’hui mannequin, actrice, médaillée aux Jeux paralympiques, maître de conférence et égérie pour la marque l’Oréal. (A.R.)

 

Ann Ray, Aimée III, Aimée, Aimée II, 1998 - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Aimée III, Aimée, Aimée II, 1998 – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018
Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Disparition - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Disparition – Rencontres Arles 2018

Disparition

Ann Ray, Wind Tunnel I, II et III , Paris, 2003 - Adina Fohlin - Les Inachevés- Lee McQueen - Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Wind Tunnel I, II et III , Paris, 2003 – Adina Fohlin – Les Inachevés- Lee McQueen – Rencontres Arles 2018

Présentation post-mortem des 16 dernières créations de Lee McQueen, créées de ses mains. J’ai d’abord refusé de faire ces images le 9 mars 2010, pas même un mois après son suicide. Puis j’ai pensé qu’il aimerait que j’aille jusqu’au bout du voyage. Mais comment photographier l’absence ? De dos, en fixant les ailes d’ange. Ce fut ma réponse. (A.R.)

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Disparition - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Disparition – Rencontres Arles 2018

Des anges même pas déchus

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Des anges même pas déchus - Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Des anges même pas déchus – Rencontres Arles 2018
Ann Ray, Unfallen Angels I, Paris, 2009 (The Horn of Plenty, Sigrid Agren & Magdalena Frackowiak). Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
Ann Ray, Unfallen Angels I, Paris, 2009 (The Horn of Plenty, Sigrid Agren & Magdalena Frackowiak). Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Gravitas

Ann Ray - Les Inachevés- Lee McQueen - Gravitas- Rencontres Arles 2018
Ann Ray – Les Inachevés- Lee McQueen – Gravitas- Rencontres Arles 2018

« Qu’est ce qui vous est arrivé ?
Je suis inachevé. »

Tim Burton, Edward aux mains d’argent (Edward Scissorhands), 1990

Ann Ray, I Give You My Soul (Lee McQueen, gomme bichromatée par l’auteur)

Née Anne Rayssiger à Brest, France.
Elle vit et travaille à Paris, France.
Elle était précédemment connue comme « Anne Deniau ».

Ann Ray est photographe, réalisatrice et écrivain.

Autoportrait d’ Ann Ray. © Ann Ray.
Autoportrait d’ Ann Ray. © Ann Ray.

Depuis ses débuts en 1995, elle a travaillé avec plusieurs institutions (Opéra de Paris, Metropolitan Opera de New York) et des artistes : Lee McQueen, Nicolas Le Riche, Sylvie Guillem, Michael Nyman, Aurélie Dupont, Volker Schöndorff, William Forsythe, Benjamin Millepied…

Elle a participé à 14 expositions depuis 2000 et publié 6 livres photographiques depuis 2008.
Depuis 2003, elle a réalisé quelques films et travaille sur des projets multidisciplinaires.

Ses photographies figurent dans plusieurs collections publiques et privées (Victoria & Albert Museum, Londres, la Fondation Carmignac, Paris, Collection Florence et Damien Bachelot et Art Pradier, Luxembourg).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.