Sophie Calle – Un jeu de pistes en cinq actes dans cinq musées de Marseille

Du 26 janvier au 22 avril 2019, Sophie Calle propose « Cinq » un parcours muséal inédit dans cinq musées marseillais : Le musée Grobet-Labadié rouvert pour l’occasion, le musée des Beaux-Arts, le Muséum d’histoire naturelle, la Chapelle de la Vieille Charité, et le Château Borély.

 

On sait que les histoires de Sophie Calle sont inclassables… Comme le souligne avec pertinence le livret qui accompagne le projet : « Associant “image et narration”, ses installations, photographies, vidéos et films donnent naissance à une mythologie personnelle où la vie et l’œuvre ne font plus qu’un. Un effet de ce jeu de cache-cache est de ne jamais savoir où s’arrête la réalité et où commence la fiction ».

Avec les musées de Marseille et l’agence de production ARTER, Sophie Calle propose donc « un parcours sans début ni fin, une sorte de jeu de pistes en cinq actes, en cinq musées » que l’on pourrait aussi voir comme l’ébauche d’une rétrospective. Ces séries, installations et films vus ici ou là sont ainsi présentés par l’artiste pour ce projet marseillais :

« Rachel, Monique » à la Chapelle de la Vieille Charité :

Sophie Calle - Cinq à la Vieille Charité Marseille - Photo © Florian Kleinefenn
Sophie Calle – « Rachel, Monique » à la Chapelle de la Vieille Charité – Photo © Florian Kleinefenn

« Elle s’est appelée successivement Rachel, Monique, Szyndler, Calle, Pagliero, Gonthier, Sindler. Ma mère aimait qu’on parle d’elle. Sa vie n’apparaît pas dans mon travail. Ça l’agaçait. Quand j’ai posé ma caméra au pied du lit dans lequel elle agonisait, parce que je craignais qu’elle n’expire en mon absence, alors que je voulais être là, entendre son dernier mot, elle s’est exclamée : “Enfin ” ».

« Histoires vraies » au Musée Grobet-Labadié :

« J’ai disséminé, dans le décor de la maison Grobet-Labadié, des objets qui ont tenu une place sentimentale dans ma vie »

« Parce que » au Musée des Beaux-Arts :

Sophie Calle - Cinq au Musée Des Beaux Arts - Palais Longchamp - Photo © Florian Kleinefenn
Sophie Calle – « Parce que » au Musée Des Beaux Arts – Palais Longchamp – Photo © Florian Kleinefenn

« Des textes brodés sur les rideaux dissimulent mes photographies et disent les raisons qui président à chaque prise avant de déclencher l’acte photographique. »

Au Muséum d’Histoire Naturelle

« À l’espère »

Sophie Calle - Cinq au Muséum d'histoire naturelle de Marseille - Photo © Florian Kleinefenn 02
Sophie Calle – Cinq au Muséum d’histoire naturelle de Marseille – Photo © Florian Kleinefenn

« Textes : Messages amoureux empruntant au vocabulaire de la chasse et au monde animalier. Photographies : mobilier favorisant l’attente. »

« Liberté surveillée »

Sophie Calle - « Liberté surveillée » - Musée de la Chasse et de la Nature - Salle d’armes - photo Béatrice Hatala
Sophie Calle – « Liberté surveillée » – Musée de la Chasse et de la Nature – Salle d’armes – photo Béatrice Hatala

« Des accès ont été aménagés au-dessus et au-dessous des autoroutes pour permettre aux animaux de les franchir. Des caméras à déclenchement automatique contrôlent leurs migrations. »

« Le Chasseur Français »

Sophie Calle - Cinq au Muséum d'histoire naturelle de Marseille - Photo © Florian Kleinefenn
Sophie Calle – Cinq au Muséum d’histoire naturelle de Marseille – Photo © Florian Kleinefenn
Sophie Calle - Cinq - Le chasseur francais à l'espère et Liberte surveillee - Photo Courtesy Galerie Perrotin
Sophie Calle – Cinq – Le chasseur francais à l’espère et Liberte surveillee – Photo Courtesy Galerie Perrotin

« Catalogue des qualités principalement recherchées chez la femme par des individus de sexe masculin, à travers une sélection de petites annonces de rencontre publiées principalement dans Le Chasseur Français entre 1895 et 2010. »

« Voir la mer » au Château Borély

« À Istanbul, une ville entourée par la mer, j’ai rencontré des gens qui ne l’avaient jamais vue. J’ai filmé leur première fois. »

Ce jeu de pistes en cinq actes est complété par une importante programmation des musées de la Ville de Marseille sous le titre « Raconte-moi une histoire… » dont on trouvera le détail sur le site culture.marseille.fr

Signalons toutefois le projet confié au chorégraphe David Llari avec Le Ballet de la Danse Physique Contemporaine qui proposer un parcours chorégraphique constitué de solos, duos ou trios pour les cinq lieux investis par Sophie Calle.
Le musée Grobet-Labadié accueillera de son côté une série de concerts.
Le Château Borély propose deux expositions qui accompagnent « Voir la mer » de Sophie Calle : « Bleu comme la mer », une présentation de modèles des collections Mode du musée Borély complétée de créations contemporaines du styliste Najib Alioua, spécialement réalisées pour cette occasion et « Dessiner la mer », un choix de dessins et gravures du cabinet de dessins du château Borély et du musée Grobet-Labadié.

« Cinq » est accompagné par la publication de « Que faites-vous de vos morts » de Sophie Calle aux éditions Actes Sud.

Chronique éventuelle après un passage par les cinq musées marseillais…

À lire ci-dessous, une présentation du projet et de l’artiste, extraits du livret de l’exposition.

En savoir plus :
Sur le site culture.marseille.fr
Suivre l’actualité des Musées de Marseille sur Facebook et Twitter
Télécharger le livret de l’exposition
Sophie Calle sur le site de la galerie Perrotin

Les histoires de Sophie Calle sont inclassables.
Elle suit des inconnus dans la rue, les photographie, raconte leurs trajets, ou bien elle met en scène sa propre vie, chine des objets et animaux empaillés… Associant « image et narration », ses installations, photographies, vidéos et films donnent naissance à une mythologie personnelle où la vie et l’œuvre ne font plus qu’un. Un effet de ce jeu de cache-cache est de ne jamais savoir où s’arrête la réalité et où commence la fiction.

Compagnon dangereux et délicat à la fois, le hasard semble même décider de son sort, de ses rencontres et de son parcours artistique à part entière. Pourtant Sophie Calle ne laisse rien traîner au hasard. Tout est finement écrit, savamment orchestré, suggérant à chaque fois qu’il se joue un univers intensément littéraire qui ne laisse personne indemne ou indifférent. Avec humour et franchise elle combat sans relâche nos peurs de l’ennui, de l’absence et de l’abandon en nous accompagnant vers des territoires intimes et secrets.

Par cette nouvelle forme originale d’expositions, les musées de Marseille et l’agence de production ARTER créent un parcours muséal inédit dans la ville. Le Musée Grobet-Labadié, rouvert pour l’occasion, le Musée des Beaux-Arts, le Muséum d’histoire naturelle, la chapelle du Centre de la Vieille Charité, et le château Borély sont investis par les œuvres de Sophie Calle. Elle nous propose un parcours sans début ni fin, une sorte de jeu de pistes en cinq actes, en cinq musées.

Le travail de Sophie Calle a été exposé dans de nombreux musées internationaux. Une rétrospective de son travail a eu lieu au Centre Georges Pompidou à Paris en 2003, puis au MartinGropius-Bau, Berlin, Irish Museum of Modern Art, Dublin et Ludwig Forum für Internationale Kunst, Aachen.

En 2007, Sophie Calle a représenté la France à la 52e Biennale de Venise : l’exposition « Prenez Soin de Vous » a ensuite voyagé dans une vingtaine de musées à travers le monde.

L’exposition « Rachel, Monique » a été présentée au Palais de Tokyo (2010), au Festival d’Avignon (2012), à la Episcopal Church of the Heavenly Rest de New York (2014) et au Castello di Rivoli à Turin (2015).
Plusieurs expositions personnelles ont été également consacrées à Sophie Calle au Musée d’art contemporain de Montréal, Canada (2015), au Toyota Municipal Museum of Art, Aichi (2015), au Nagasaki Prefectural Art Museum (2016), au Museo Tamayo de Mexico (2014), au Centro Cultural Néstor Kirchner de Buenos Aires (2015), à La Virreina Centre de la Imatge de Barcelone (2016), à Fort Mason San Francisco (2017), au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris (2017) ou encore au Château La Coste, France (2018).

Sophie Calle a reçu le prix Hasselblad pour la photographie en 2010 et le prix ICP Infinity en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.