mercredi 8 juillet 2020

Roy Dib – Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

Jusqu’au 23 novembre 2019, l’artiste libanais Roy Dib présente « Revisiting Hesitation », une installation vidéo qui impose un passage par l’espace Sessions, rue du Chevalier Roze à Marseille

Revisiting Hesitation - Photo © Roy Dib
Revisiting Hesitation – Photo © Roy Dib

Pierre-Nicolas Bounakoff, commissaire de cette exposition en résume ainsi le propos :

« Dans une ville inexistante et constamment en guerre – mais peut-elle vraiment être nulle part, de nos jours ? – les personnages de Roy Dib se laissent dériver sur le flot de leur propre hésitation, par-dessus celui dont ils écrivent les funérailles dans leur tête, dans leurs mains, en le préparant pour le front.

Vu d’au-dessus – mais par quels yeux à travers les nôtres ? – l’instant reste suspendu comme le pendule d’une volonté, ou d’une probabilité qui ne se posera pas ».

Roy Dib - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

Lorsqu’il s’engage dans la galerie, deux éléments surprennent le visiteur et le désorientent. On passera rapidement sur la pénombre de la salle qui contraste brutalement avec la lumière extérieure. Plus déconcertante est la projection de la vidéo au sol, à cinquante centimètres de la porte. Certes, ce n’est pas une nouveauté en soi, mais ici il n’y a pas d’échappatoire, il faut se décider à marcher sur les images pour laisser entrer d’autres personnes…

Roy Dib (à droite) - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Roy Dib (à droite) – Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

Marcher sur l’image, au lieu de la regarder passivement, pourrait donner au spectateur le sentiment d’une liberté d’action. Mais immédiatement plusieurs interrogations surgissent et le font hésiter : Où aller ? Quel point de vue choisir pour voir ce film ? Comment se comporter ?

Marcher sur l’image est particulièrement déroutant… parce que l’image est en mouvement, mais aussi, car il y a quelque chose de sacrilège à piétiner ce que l’on voit…

L’hésitation dont il sera question dans l’installation de Roy Dib commence par être la nôtre : Quelle attitude adopter pour jouer son rôle de spectateur ?

Roy Dib - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

« Revisiting Hesitation » place immédiatement son visiteur dans une situation inconfortable… En effet, les séquences ont été filmées par une caméra placée au-dessus de la scène et des acteurs… La vue en plongée qui nous est imposée renforce cet embarras…

Les plans qui s’enchaînent sont tout aussi troublants…

Roy Dib - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

Roy Dib nous montre le corps d’un homme nu, immobile, qui flotte entre deux eaux, ballotté par le flux et le reflux…

At that moment, I start drowning Revisiting Hesitation - © Roy Dib
At that moment, I start drowning Revisiting Hesitation – © Roy Dib

L’eau se retire et laisse place à un fond noir sur lequel un homme apparaît. Il retourne ce corps puis l’éponge…

Roy Dib - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Revisiting Hesitation à l’espace Sessions – Marseille

Peu à peu, cinq femmes entrent en scène. Elles s’affairent autour de ce qui paraît bien être un cadavre…

Revisiting Hesitation - Photo © Roy Dib
Revisiting Hesitation – Photo © Roy Dib

Elles le caressent, l’enlacent, le bougent avec précaution, lui soulèvent délicatement la nuque. L’une d’elles semble vouloir attacher quelque chose à sa cheville gauche. Tour à tour elles lèvent la tête vers le haut et semblent nous interroger. Puis elles sortent leur portable et commencent à photographier cet homme…

Quelques visiteurs mal à l’aise glissent alors discrètement leur smartphone dans leur poche…

Dans l’ombre, on perçoit les contours d’une image accrochée au mur… Il s’agit d’une photo prise par Rasha, une des cinq femmes de « Revisiting Hesitation »… Mais pour la voir, il n’y a qu’une solution : sortir son téléphone mobile pour l’éclairer !

Roy Dib - Rasha 42 - Revisiting Hesitation à l’espace Session-s - Marseille
Roy Dib – Rasha 42 – Revisiting Hesitation à l’espace Session-s – Marseille

L’installation laisse évidemment le regardeur dans l’hésitation, incertain quant à son comportement physique, à sa place dans la galerie, troublé par ce qu’il voit… Quel sens donner à ces images ? S’agit-il d’un rêve, d’une hallucination ? Cet homme est-il réellement mort ? Comment interpréter ce qui ressemble à des funérailles ?

Si sur son site, la présentation de l’installation reste sibylline, Roy Dib a cependant confié quelques clés au quotidien libanais l’Orient Le Jour, à l’occasion de l’exposition de « Revisiting Hesitation » à la Galerie Tanit de Beyrouth, à l’automne 2018. Ces propos ont été largement confirmés lors de quelques échanges peu avant le vernissage à l’espace Sessions.

« Dans une ville qui vit la guerre comme une évidence incontournable, les habitants décident d’instaurer un rituel pour se préparer à l’idée que les hommes partent à la guerre pour y mourir.
(…) Alors un soir, avant les adieux, la famille décide d’organiser les funérailles pour réaliser la moitié du chemin et s’habituer à l’idée d’un éventuel deuil.
(…) C’est une ville qui assiste au départ des jeunes à la guerre. Pareil à Achille, le plus brave des guerriers, ils ont tous un point faible. Les amulettes comprennent les prières de tous les membres de la famille qui l’accompagneront et qui le protégeront. »

Quant à la séquence de l’eau, Danny Mallat, dans sa chronique « Pour Roy Dib, partir, c’est mourir deux fois », en propose l’explication suivante :

« Une voix d’homme raconte un rêve christique, celui de traverser, nu, un lac, de marcher sur les eaux sans s’y noyer, mais d’un pas sûr et décidé. Sauf que s’il venait à se retourner à la manière d’Orphée pour réaliser que la Terre avait disparu, si la perfide hésitation venait à s’immiscer ne serait-ce qu’un instant, l’homme coulerait et, par la force des choses, se réveillerait.
Ce rêve récurrent hante cet homme et le garde suspendu entre deux moments cruciaux, comme coincé quelque part dans les limbes, jusqu’au moment où il prendra sa décision et chassera le rêve ».

Roy Dib joue avec brio de l’hésitation entre le rêve et cet étrange rituel de fausses funérailles… Il joue aussi avec virtuosité entre deux mondes parallèles : celui du haut (la réalité des regardeurs) et celui du bas (la fiction des acteurs)…

Revisiting Hesitation - Photo © Roy Dib
Revisiting Hesitation – Photo © Roy Dib

Cherche-t-il à établir une communication entre ces deux univers lorsque des acteurs soulèvent tout d’un coup les yeux vers le haut ? Ou bien interroge-t-il le voyeurisme qui s’est peu à peu installé pendant la projection ?

La découverte inattendue de « Revisiting Hesitation » a été un vrai coup de cœur de cette rentrée de l’art contemporain à Marseille. L’installation vidéo de Roy Dib confirme la richesse et la créativité d’une scène libanaise passionnante.

À ne pas manquer !

Roy Dib est né en 1983. Il vit et travaille à Beyrouth (Liban)
Expositions passées : Galerie Tanit (2018), MAXXI Museum (2017), Sharjah Biennial 13 (2017), ALFILM (2017), JCC (2016), Forum Expanded – 64th and 65th Berlinale, Exposure 2015 – Beirut Art Center…
Il a été lauréat du Teddy Award pour son court métrage « Mondial 2010 » à la Berlinale 2014

L’exposition a bénéficié du soutien de l’Institut Français du Liban

En savoir plus :
Sur le site de Roy Dib
Roy Dib sur Vimeo
Roy Dib sur le site de la Galerie Tanit à Beyrouth. Le texte en anglais de « Revisiting Hesitation » est téléchargeable depuis ce site.
À lire « Pour Roy Dib, partir, c’est mourir deux fois », un article de Dany Mallat dans l’Orient Le Jour du 13 décemenbre 2018.
Dans le même quotidien, Fifi Abou Dib a publié « Génération Orient III : #1 Roy Dib, réalisateur et artiste conceptuel », un intéressant portrait de l’artiste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Des Visages – Le temps de l’Autre – Carré d’Art à Nîmes

Jusqu’au 27 septembre 2020, Carré d’Art présente « Des Visages - Le temps de l’Autre ». Dans la curieuse période que l’on vit...

« It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, Luma Arles

Du 27 juin à fin septembre 2020, Luma Arles présente « It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, une proposition imaginée par...

Prix Occitanie Médicis 2020 : Noëlle Pujol lauréate et Boris Geoffroy « coup de cœur » de la 3ème édition

Après délibérations les 27 et 28 mai, le jury a désigné Noëlle Pujol comme lauréate du prix Occitanie Médicis 2020. Elle...

Manifesta 13 Marseille – Traits d’union.s en six chapitres

Le 10 juin dernier, l’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille a annoncé les thématiques et la liste des 47 participants de Traits...

Machaou – Noureddine Benhamed, Dorra Mahjoubi et Sanaa Mejjadi à l’Espace Saint-Ravy – Montpellier

Jusqu’au 28 juin 2020, l’Espace Saint-Ravy accueille Noureddine Benhamed, Dorra Mahjoubi et Sanaa Mejjadi pour « Machaou » une exposition de groupe dont...

Pascale Hugonet – Épigraphies à la Galerie Bartoli – Marseille

Jusqu’au 27 juin 2020, la Galerie Bartoli accueille Pascale Hugonet avec « Épigraphies », une exposition personnelle qui rassemble une riche et captivante...

Réouverture de Carré d’Art et accrochage 2020 de la collection

Pour sa réouverture le 2 juin 2020, Carré d’Art annonce un aménagement de sa programmation estivale autour de l’accrochage 2020 de...

Regards sur l’accrochage des collections 2019/2020 au Mrac

La réouverture mi juin du MRAC offre l’occasion de revenir sur l’accrochage des collections en place depuis le 25 mai 2019...

Nina Roussière – Les traces du futur Galerie chantiersBoîteNoire – Montpellier

La galerie chantiersBoîteNoire a rouvert ses portes le 25 mai avec la prolongation de l’exposition de l’exposition de Nina Roussière, « Les...

Toma Dutter – Espaces chimériques à Iconoscope – Montpellier

Pour sa réouverture à partir du 20 mai et jusqu’au 18 juillet 2020, Iconoscope accueille Toma Dutter avec « Espaces chimériques », sa deuxième...
Partagez
Tweetez
Enregistrer
%d blogueurs aiment cette page :