lundi 28 septembre 2020

Dos Mares à Marseille
Les résidences d’artistes (épisode 2)


Après un premier article consacré au Cirva (Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques), le deuxième billet de cette série s’intéresse à Dos Mares, une structure créée à Marseille, en 2013.

Initialement centré sur un programme de résidences internationales, Dos Mares a élargit son action à de plusieurs programmes interconnectés de soutien et d’accompagnement des artistes.
L’ouverture annoncée des Ateliers Blancarde au printemps 2020 devrait marquer une nouvelle étape dans l’histoire de Dos Mares et lui offrir une place renforcée dans le paysage artistique à Marseille et dans la région.

Dos Mares en bref :

Association française basée à Marseille, Dos Mares à été fondée par Ronald Reyes-Sevilla, un artiste originaire du Costa Rica installé en France depuis 2013 après sa participation au programme international de résidence de L’ENSP (École nationale supérieure de la photographie) à Arles.

Dès 2014, Dos Mares met en place un programme de résidences de recherche qui accueille des artistes étrangers à Marseille. Très rapidement, des séjours d’artistes français à l’étranger sont organisés en particulier vers l’Amérique Latine.

Depuis 2017, ce programme s’est enrichi par un ensemble d’actions d’accompagnement parmi lesquelles on peut citer La Clinique pour Artistes, Espace Copies, The Gold Mine, Pontcanal Éditions ou encore Opportuniste Projects. Tous ces projets s’articulent dans la perspective de favoriser « le développement de nouveaux modèles économiques, hybrides, permettant aux artistes de lier leurs domaines de compétence, leur expertise à une activité économique »…

Lauréat du challenge SNCF Gare & Connexions, Dos Mares occupera pour les 7 années à venir la Gare de La Blancarde, avec pour objectif « d’y engager et d’y développer un programme liant art contemporain et économie circulaire »…

Dos Mares 01

Sur le site du réseau Arts en résidence, Dos Mares exprime ainsi ses ambitions :

« La mission que la structure s’est fixé est de repenser la pratique artistique, de développer le réseau professionnel et l’analyse critique, de produire des connaissances interdisciplinaires, de mettre en place des pratiques translocales, le commoning et les collaborations interculturelles, et de mettre en place des modèles économiques alternatifs et hybrides ».

Dos Mares : Résidences de recherche

Au centre de l’action de Dos Mares, les programmes de résidences accueillent des artistes invités à Marseille et organisent des séjours à l’étranger, notamment en Amérique Latine.

Trois objectifs principaux sont définis dans le cadre de ces résidences :

  • permettre aux artistes une plus large mobilité,
  • les accompagner dans leurs réflexions sur leur propre démarche,
  • élargir leur réseau professionnel à l’international ».

Axées sur la recherche, aucune production n’est attendue au cours de ces séjours.

Les résidences à Marseille

Chaque année, Dos Mares accueille 5 à 10 résidents étrangers à Marseille.

Un programme sur mesure est organisé avec l’équipe en fonction de la phase de recherche dans laquelle est l’artiste. Pour Ronald Reyes, les projets sont construits avec l’objectif de faire de la recherche avant tout. Il souligne l’importance « pour les artistes, de faire une pause dans la production ».

Aucune intervention publique n’est imposée aux résidents et aucune exposition n’est prévue pendant ou à la fin du séjour.

Dos Mares - Séance de travail avec l’équipe curatoriale, Septembre 2019
Dos Mares – Séance de travail avec l’équipe curatoriale, Septembre 2019

Deux à trois rendez-vous hebdomadaires d’environ 3 heures chacun avec les curateurs permanents de Dos Mares assurent des relations et un suivi individuel avec l’artiste. Plusieurs fois par semaine, des sessions de travail peuvent être mises en place sous la forme de discussions avec des intervenants extérieurs (commissaires, curateurs, critiques, doctorants, artistes).

La durée des résidences est limitée à 3 mois. Cette contrainte est liée aux visas touristiques tant qu’aucune autre solution ne sera ouverte aux artistes étrangers.

Pour la sélection des résidents, Dos Mares privilégie les invitations. Cependant, pour certains séjours, des appels à candidatures peuvent être diffusés via le site internet. Dans ce cas, un jury est composé par l’équipe curatoriale et par des collaborateurs en lien avec les partenaires ou le pays à l’origine de ce type de recrutements.

Depuis sa création, Dos Mares accueille à Marseille majoritairement (60%) des artistes d’Amérique latine. Toutefois, les résidents d’autres continents sont de plus en plus nombreux avec par exemple des Italiens, Allemands, Tunisiens, Canadiens, Coréens du Sud, des Australiens, des Ukrainiens ou encore des Turques et des Éthiopiens…

Pendant son séjour, l’artiste bénéficie d’un appartement privé et d’un espace-atelier avec accès indépendant. Des machines et divers outils sont à sa disposition ainsi qu’un accompagnement pour répondre à d’éventuelles expérimentations. Dans le cas où plusieurs résidents sont accueillis en même temps, ils sont logés dans des appartements distincts et ils partagent les espaces des ateliers.

Un appartement à Paris est disponible pour quelques jours afin de poursuivre des recherches et développer un réseau professionnel.

En fonction des partenariats, l’artiste perçoit des honoraires, un défraiement partiel ou complet de ses charges quotidiennes et une bourse de recherche.

Roberta Garieri , curatrice de recherche à Dos Mares et María Cerdá en séance de travail
Roberta Garieri , curatrice de recherche à Dos Mares et María Cerdá en séance de travail

Un assistant accompagne chaque artiste pendant toute sa résidence.

Les séances de travail avec les résidents sont ouvertes au public, des conversations, des rencontres et/ou open studios sont organisés pendant le séjour.

À l’issue de sa résidence, l’artiste rencontre le public et présente l’objet de sa recherche.

Les résidences à l’étranger

Dès sa création, Dos Mares s’est interrogé sur la manière de travailler avec des artistes français et plus particulièrement avec ceux de la région Sud dans un contexte où les structures de résidences étaient déjà assez nombreuses.

Si les échanges internationaux et les rencontres étaient fréquents et assez faciles vers l’Europe, les États-Unis, l’Afrique et parfois le Canada, les programmes de résidences apparaissaient beaucoup plus rares avec l’Amérique latine. Les liens étroits avec cette région du monde ont conduit naturellement Dos Mares vers la mise en place de partenariats pour organiser des séjours d’artistes français d’abord vers ces pays.

Chaque projet est adapté aux besoins de l’artiste choisi. Il s’articule trois temps que Dos Mares définit comme la recherche, l’immersion et le déploiement.

Session de travail avec Apolline Lamoril avant la résidence à PAOS Gdl - Mexique en février 2020
Session de travail avec Apolline Lamoril avant la résidence à PAOS Gdl – Mexique en février 2020

La phase de recherche se développe à Marseille en deux à cinq séances de 2 heures avec l’équipe curatoriale. L’objectif est de poser les bases du projet et d’établir des propositions de travail et leurs potentiels d’exploration.

L’immersion se déroule à l’étranger en collaboration avec les structures partenaires et avec le plus souvent le soutien d’un coordinateur Dos Mares sur place.
Dans la plupart des cas, les résidences sont itinérantes. L’artiste séjourne dans plusieurs villes pour appréhender le contexte artistique du pays et multiplier les rencontres professionnelles.

Si certains lieux privilégient une approche individuelle, d’autres conduisent une recherche avec plusieurs résidents en même temps. Quelques fois, il s’agit de recherche appliquée et non fondamentale avec une partie création. Parfois même, il y a combinaison entre recherche, création et production. Si la restitution en fin de séjour prend occasionnellement la forme d’une exposition ou d’une micro-édition, ce n’est jamais un objectif de la résidence. La rencontre et l’immersion sont toujours privilégiées.

La phase de déploiement s’organise au retour en France. Elle revient sur les pistes de recherche ébauchées, ce qui a été mis de côté, ce qui aurait réclamé davantage de temps et tout ce qui peut préfigurer de nouvelles perspectives.

La durée des séjours est limitée à 3 mois comme celle des visas touristiques à l’exception des projets qui se développent dans l’espace Schengen.

Chaque année Dos Mares organise 2 à 3 résidences d’artistes français à l’étranger.
En 2019, des séjours ont été mis en place au Pérou, au Chili et au Mexique. En 2020, la programmation initiale prévoyait des collaborations éventuelles avec des partenaires du Mexique, du Brésil, du Costa Rica, d’Italie et de Colombie

Les résidents français à l’étranger bénéficient d’une bourse qui inclut honoraires, indemnités per‑diems, hébergement, atelier, accompagnement et déplacements internationaux et nationaux.

Ugo Schiavi – Résidence Dos Mares en Colombie 2016

Dos Mares développe et consolide les relations France-Amérique latine avec plusieurs partenariats : Idartes (Colombie), Institut français du Chili, Festival de photo de Valparaiso, Tsonami (Chili), Institut français du Mexique, IFAL (Institut français d’Amérique latine), Résidence PAOS GDL à Guadalajara, Matadero de Madrid, Alliance française de Lima, Ambassade de France au Pérou, Alliance française du Costa Rica

Matthieu Bertea - Résidence Dos Mares en Argentine 2017
Matthieu Bertea – Résidence Dos Mares en Argentine 2017

Historique et archives des résidences

Si, l’exposition est l’outil qui permet habituellement de restituer ce qui a été produit, aucune manifestation de ce type n’est organisée pendant ou à la fin des séjours à Marseille. Si elle existe parfois à l’étranger, ce n’est jamais un objectif du projet.

Depuis le début, Dos Mares constitue un fonds documentaire sur le travail réalisé lors des résidences à Marseille et à l’étranger. La publication de ces archives a plusieurs fois été envisagée, mais cela s’avère compliqué à mettre en œuvre et assez lourd sur le plan budgétaire.

Dos Mares a choisi d’utiliser la plateforme Are.na, un outil d’organisation coopératif pour l’acquisition et le partage de connaissances, successeur de projets hypertextes comme Xanadu. Il a été conçu par des artistes new-yorkais comme une alternative sans publicité à des outils tels que Facebook, en renonçant aux « j’aime », « favoris » ou « partage ».

Chaque résident dispose d’un « channel » où il peut compiler des « blocks » qui archivent la chronologie de son travail de recherche sous la forme d’une collection de textes, d’images, de vidéos, de tout autre fichier numérique et de liens.
L’ensemble contribue à l’histoire des résidences Dos Mares et il offre un outil d’étude pour les artistes, mais aussi pour les curateurs et les chercheurs en sciences sociales…

On reproduit, ci-dessous, la liste des résidents depuis 2014

Dos Mares : Programmes d’accompagnement

Les résidences mises en place par Dos Mares sont complétées par plusieurs programmes interconnectés de soutien et d’accompagnement des artistes. Parmi ceux-ci on peut citer :

The Gold Mine, une base de ressources internationale dédiée aux artistes et professionnels de l’art ; Pontcanal, la division éditoriale de Dos Mares ou encore Opportuniste Projects, une plateforme curatoriale de diffusion des pratiques multidisciplinaires. On renvoie au site internet de Dos Mares pour de plus amples informations sur ces programmes et sur d’autres interventions plus ponctuelles.

Bien qu’elles soient un peu en dehors du champ de cet article, deux de ces actions méritent quelques lignes : La Clinique pour Artistes et La Limousine.

La Clinique pour Artistes

La Clinique pour Artistes est sans doute un des programmes les plus novateurs et pertinents mis en place par Dos Mares. Format original à mi-chemin entre la résidence, la master class et la formation, le projet est né du constat que plusieurs blocages de différentes natures freinaient l’entrée dans un réel travail de recherche chez plusieurs artistes en résidence.

Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes
Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes

Expérimenté dès 2016, ce programme fait référence aux Cliniques de l’œuvre développées dans plusieurs pays d’Amérique latine et notamment en Argentine. Avec Pablo Méndez, un artiste argentin installé à Marseille et collaborateur de Dos Mares, Laurent le Bourhis et Rónald Reyes adaptent les pratiques collectives des Cliniques de l’œuvre à une approche individuelle et personnalisée. Avec une certaine autodérision, le titre « revendique et désamorce la tâche complexe d’un travail bienveillant sur les positions de l’artiste ».

Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes
Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes

La Clinique s’organise comme un programme intensif de 10 jours où l’artiste rencontre des intervenants qui analysent avec lui une ou plusieurs problématiques spécifiques qui entravent sa professionnalisation.
Pour Dos Mares, il s’agit selon des cas d’interroger « la position de l’artiste, de clarifier le statement, de communiquer sur son travail, de préciser sa place face aux contraintes du marché de l’art ou encore d’analyser comment concilier pratique artistique et revenus suffisants ».

L’objectif est de faire apparaître, avec une approche critique toujours bienveillante, « les failles et le potentiel de l’artiste afin d’agir et de corriger sa position ».
Les sessions quotidiennes d’environ deux heures sont ouvertes au public. Un témoignage est réalisé en fin de résidence et des archives sonores sont conservées.

Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes
Session de travail avec Anne du Boistesselin. Résidence La Clinique pour Artistes

La Clinique est un programme destiné à des artistes de tout âge avec au moins 3 à 4 ans de pratique professionnelle et non des étudiants récemment diplômés.

Autofinancée à l’origine, la Clinique pour Artistes a obtenu dès 2018 le soutien de la DRAC et de la Ville de Marseille.

En 2019, 9 artistes ont bénéficié de ce programme : Olivier Rebufa, Carolle Benitah, Fanny Lavergne, Axel Brun, Micol Grazioli, Pierre Aubert, Javiera Tejerina, Matthieu Herreman, Anne du Boistesselin.
Dix artistes devraient y participer en 2020.

Si les participants sont jusqu’à présent domiciliés dans la région Sud, la Clinique pour Artistes a retenu rapidement l’attention et elle connaît un succès qui va au-delà de la région. Ainsi des demandes ont été formulées ailleurs en France et à l’étranger.

La Limousine

Éloigné du propos de cet article, ce programme mérite toutefois attention. Comme la Clinique pour Artistes, la limousine illustre la capacité de Dos Mares à mettre en œuvre des actions concrètes qui émergent au cours de sa pratique et qui répondent à des besoins évidents, mais ignorés par les institutions ou par les structures qui construisent des projets ex nihilo et parfois hors-sol.

La limousine est un dispositif d’accompagnement administratif et fiscal en direction des artistes conçu en partenariat avec Les Têtes de l’Art.

La Limousine Octobre 2019
La Limousine Octobre 2019

Chaque premier mardi du mois, 10 à 20 artistes sont accueillis sans rendez-vous pour un entretien personnalisé pour les aider dans leurs démarches administratives et fiscales.

Lorsqu’un artiste est bien informé de ces différents mécanismes, il est invité à rejoindre l’équipe pour aider à son tour.

Les Ateliers Blancarde

L’ouverture des Ateliers Blancarde au printemps 2020 s’annonçait comme un événement important qui devait marquer une nouvelle étape dans l’histoire de Dos Mares et lui offrir une place renforcée dans le paysage artistique à Marseille et dans la région.

La situation sanitaire et le confinement actuellement imposé par l’état diffèrent inévitablement l’inauguration de ce projet qui a pour ambition d’expérimenter des relations innovantes entre art contemporain et économie circulaire dans une société en mutation. On reviendra ultérieurement sur ce que Dos Mares présente comme un « laboratoire d’innovation sociale » une fois que celui-ci sera mis en œuvre.

Toutefois, les intentions qui motivent l’entreprise méritent d’être rapidement ébauchées. Si une fois de plus, on s’éloigne ici des programmes de résidence au sens strict, les objectifs des Ateliers Blancarde permettent d’apprécier l’ampleur et la cohérence des actions engagées par Dos Mares.

Avant d’évoquer le projet, quelques mots à propos de la gare de La Blancarde pour celles et ceux qui connaissent mal Marseille et sur le programme Gare Partagée de la SNCF.

Construite au début du XXe siècle, La Blancarde est la seconde gare de voyageurs de Marseille. À l’est du centre-ville, c’est un nœud communication entre la liaison ferroviaire Marseille – Aubagne – Toulon – Hyères, la ligne M1 du métro, les lignes T1 et T2 du Tramway et le réseau de bus. Environ 10 000 personnes y transitent quotidiennement. La gare n’est qu’un lieu de passage où personne ne s’attarde et dont le premier étage est inoccupé.

En mai 2019, SNCF Gares & Connexions lance, pour la première année sur l’Agence Grand Sud, Gare Partagée, un appel à projets pour sélectionner des concepts de services collaboratifs innovants à implanter dans 30 gares de la région.
Forte de l’expérience de son programme Espace Copies (atelier d’artiste gratuit), Dos Mares présente le projet Les Ateliers Blancarde qui est retenu. Le premier étage de la gare lui est attribué pour une durée de 7 ans.

L’association présente ainsi les ambitions de ce projet :

« Laboratoire d’innovation sociale, Les Ateliers Blancarde se proposent de créer un pont entre les problématiques de l’art contemporain et celles de notre société en mutation.

Ce programme a pour mission de construire et d’enrichir le lien social et culturel entre les personnes à travers la circulation de biens et de connaissances. Cette initiative repose sur la nécessité actuelle d’inventer un mode de consommation raisonné, respectueux de l’environnement, à échelle humaine et locale autant que d’établir et affirmer le rôle de l’artiste au cœur de la ville.

Le projet Les Ateliers Blancarde favorise le développement d’un ensemble de pratiques écoresponsables à développer en commun pour une efficacité réelle et durable. Les artistes en sont les médiateurs, ils sensibilisent et accompagnent le public dans cette nouvelle compréhension du “vivre ensemble”. »

L’aménagement des locaux permettra de proposer trois services principaux au public :

Une bricothèque

Des outils gratuits disponibles pour tout type de travaux : bricolage, création artistique, réparation.
L’outil est réservé en ligne, retiré et restitué à la Gare de la Blancarde.
Une invitation à la mutualisation est mise en place à travers une modalité de fonctionnement de la bricothèque : Donnez un outil, utilisez les tous !

Une bibliothèque d’art

Des livres d’art en accès libre, pour le temps d’un aller-retour en train ou davantage. L’artiste accueille le public, échange sur ses centres d’intérêt, le conseille et lui propose plusieurs ouvrages.

Une artothèque

Des œuvres d’art de diplômés des écoles d’art du Sud et d’artistes implantés dans la région ou d’ailleurs sont proposées au public pour quelques semaines ou mois. Une collaboration avec l’artothèque de Miramas est envisagée.

Des sessions de médiation et des visites d’ateliers d’artistes pourront être organisées.

Un comité de pilotage constitué par l’équipe de Dos Mares et quatre artistes permanents ( Driss Aroussi, Edwin Fauthoux Kresser, Fabienne Guilbert Burgoa et Apolline Lamoril) décide des dispositifs à proposer aux riverains et de leurs ajustements. C’est à tour de rôle que chaque membre assure l’accueil du public venant retirer un outil, un livre, une œuvre ou participer à un atelier organisé par les artistes résidents dans le prolongement de leur pratique et de leurs préoccupations artistiques…

Le tiers-lieu Les Ateliers Blancarde est aussi connecté à deux espaces en centre-ville : l’un au Cours Julien dédié à la fabrication, l’autre à La Joliette accueillera des sessions de formation pratique.

En savoir plus :
Sur le site de Dos Mares
Suivre l’actualité de Dos Mares sur Facebook et Instagram
Documents sur les recherches des résidents sur Are.na et témoignages sur Viméo
Sur le site Les Ateliers Blancardre
Suive l’actualité des Ateliers Blancardre sur Facebook et Instagram

Dos Mares : l’association

Dos Mares est une association à but non lucratif, régie par la loi de 1901, créée en 2013 par Ronald Reyes-Sevilla.

Dos Mares est membre d’Arts en Résidence, ResArtis, Red de Arte del Centro de América RACA et Marseille Expos et de la Chambre Régional des entreprises de l’économie sociale et solidaire.

Bureau :
Présidente : Françoise Féger.
Trésorière : Marina Mollo Productrice audiovisuelle

Conseil d’administration :
Fabiola Carranza – historienne de l’art • Pablo Méndez – curateur / artiste visuel • Rocío Zamora – chercheuse

Dos Mares : l’équipe

Fondateur et co-directeur: Rónald Reyes
Co-directeur : Laurent Le Bourhis
Curatrice de recherche : Roberta Garieri
Administration / Production : Sophie Prévost

Collaborateurs et chargés des projets :
Mathilde Ayoub (France / Amérique latine) • Mezli Vega (France/Mexique) • Angeline Madaghdjian • Andrés Donadio (Colombie) • Roberta Garieri (Italie) • Matías Allende (Chili ) • Pablo Méndez (Argentine) • Yi Hong (Chine) – Mana Kikuta (Japon) • Rachel Woodson (E.U.A) • Fabiola Carranza (Canada/Costa Rica) • Alfredo Coloma (Bolivie/Suisse) • Rocío Zamora Sauma (Amérique centrale/Allemagne)

Dos Mares : Résidents

2020 :
Giancarlo Valverde – Pérou • Apolline Lamoril – France • Raúl Cuevas – Mexique • Martín Kaulen – Chili • Livia Melzi – Brésil • Almendra Benavente – Chili – Mexique + artistes d’Espagne, Colombie et Ukraine

2019 :
Adrien Pezennec – France • Diego Santa María – Chile • María Cerdá Acebrón – México/Espagne • Breyner Huertas – Colombie • Alejandro León Cannock – Pérou • Benjamin Maxent – France • Soledad Ayuga – Espagne

2018 :
Laura Quiñonez – France • Alejandra Paz – El Salvador • Alejandro da Rocha – Espagne • Daniela Bojórquez – Mexique • Aurélien Mauplot – France • Laura Morales – Colombie • Leikun Lars -Ethiopie

2017 :
Henry Salazar – Colombie • Guillermo Rodríguez – Porto Rico • Eunice Adorno – Mexique • Fredy Buitrago – Colombie • Camila Rodríguez – Colombie • Hyunji Lee – Corée du Sud • Carlos Fernández – Costa Rica • Robin Touchard – France • Liz-Ann Vincent – Angleterre • Aurore Salomon -France • Matthieu Bertea – France • Carla Lamoyi – Mexique

2016 :
Diana Righini – Italie • Camilo Parra – Colombie • Cloé Beaugrand – France • Hela Lamine – Tunisie • Nica Junker – Allemagne • Néstor Siré – Cuba • Sebastián Mira – Colombie • Fabiola Carranza – Costa Rica • Edwina Cooper- Australie • Ugo Schiavi – France • Kevin Pellecer – Guatemala • Stefan Klein – Allemagne • Paul Blanc – France • Sümer Sayin – Turquie

2015 :
Pierre Valls – Mexique/France • Delphine Gatinois – France • Elkin Calderón – Colombie • Diana Righini – Italie

2014 :
Rodrigo Dada – El Salvador • Sarah Ritter – France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

gethan&myles & guests à la Double V Gallery – MarseilleThe space between – How things are and how we want them to be

Du 26 septembre au 28 novembre 2020, la Double V Gallery invite gethan&myles pour « The space between - How things are...

Adrien Vescovi – Slow Down Abstractions au Studio Fotokino – Marseille

Jusqu’au 27 septembre 2020, Adrien Vescovi présente au Studio Fotokino plusieurs pièces récentes sous le titre « Slow Down Abstractions ».

Paul Valéry et les peintres – Musée Paul Valéry à Sète

Dans le cadre de la célébration de son 50e anniversaire, le Musée Paul Valéry présente « Paul Valéry et les peintres ». Du...

Requiem pour un centaure – Exposition des diplômés de MO.CO. Esba

Du 26 septembre au 1er octobre 2020, le MO.CO. Esba présente « Requiem pour un centaure », une exposition des diplômés de l’École...

Agnès Fornells – Cielo & Suelo à Pierresvives

Jusqu’au 3 octobre 2020, le balcon de Pierresvives accueille « Cielo & Suelo » une proposition d’Agnès Fornells. Pour...

Bientôt : The New York School Show au Pavillon Populaire – Montpellier

Du 7 octobre 2020 au 10 janvier 2021, le Pavillon populaire à Montpellier présente « The New York School Show, les photographes...

Possédé·e·s au MO.CO. Panacée

Du 26 septembre 2020 au 3 janvier 2021, le MO.CO. Panacée présente « Possédé·e·s », une exposition qui rassemble plus de 25 artistes....

Flore Saunois – « Meridional Contrast » à La Friche et « Liminal » à art-cade

Flore Saunois est sans doute une des artistes qui se sont affirmés avec force à l'occasion du 12e Printemps de l'art...

Wilfrid Almendra – So Much Depends Upon a Red Wheel Barrow – Atlantis à Marseille

Jusqu’au 28 novembre 2020, Wilfrid Almendra présente « So Much Depends Upon a Red Wheel Barrow », dernière exposition proposée par Atlantis au...

Amandine Simonnet & Gilles Pourtier – Does the angle between two walls have a happy ending? à La Cartine

Jusqu’au 27 septembre 2020, Amandine Simonnet et Gilles Pourtier présentent avec « Does the angle between two walls have a happy ending? »...
Partagez
Tweetez
Enregistrer