mardi 29 septembre 2020

Manifesta 13 Marseille – Traits d’union.s en six chapitres


Le 10 juin dernier, l’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille a annoncé les thématiques et la liste des 47 participants de Traits d’union.s, l’exposition centrale de la biennale.
La lecture du communiqué de presse et la présentation des six chapitres qui composeront Traitsd’union.s laissent entrevoir un projet ambitieux construit avec un regard particulièrement aigu sur la ville.

L’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille - Katerina Chuchalina - Stefan Kalmár - Alya Sebti
L’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille – Katerina Chuchalina – Stefan Kalmár – Alya Sebti

Composée de Katerina Chuchalina, conservatrice en chef de la Fondation V-A-C à Moscou, Stefan Kalmár directeur de l’ICA à Londres et Alya Sebti, directrice de l’ifa gallery à Berlin, l’équipe artistique déclare en effet :

« Marseille est marquée par les transitions : lieu d’arrivées et de départs continus, à la fois échappatoire et sanctuaire. Mais Marseille est aussi l’incarnation de résistances car souvent le théâtre de moments uniques de tensions fécondes. Marseille est une ville exceptionnelle au sein de la matrice européenne puisqu’irrésolue – une ville en perpétuel mouvement, tournoyant autour de multiples centres, aussi bien historiques qu’informels. Ses innombrables histoires, biographies et anecdotes donnent forme à ses multiples existences. Marseille résiste à toute tentative de catégorisation, sa singularité résidant dans son identité hétérogène.

Pour nous Manifesta 13 Marseille n’a jamais été pensée comme une fin en soi mais comme un trait d’union, ou plutôt des Traits d’union.s, comme un geste qui rassemble. Et puis soudain nous nous retrouvons dans une situation où la réalité amplifie et exalte des pensées, des rêves et des cauchemars inavoués. On réalise soudain l’urgence avec laquelle seule la culture peut parler de l’incertitude de notre temps. »

© VOST_Manifesta
© VOST_Manifesta Manifesta 13 Marseille – Traits d’union.s

On attend avec curiosité et intérêt de voir comment Traits d’union.s concrétisera l’ambition « de forger de nouvelles alliances, pratiquer de nouvelles formes de vivre-ensemble en travaillant avec, au sein et au travers d’institutions déjà existantes à Marseille ».
On retrouvera plusieurs artistes que l’on a croisé ici ou là ces dernières années et Traits d’union.s sera sans aucun doute l’occasion de nombreuses découvertes…

© VOST_Manifesta
© VOST_Manifesta – Manifesta 13 Marseille – Traits d’union.s

Les six chapitres qui composent Traits d’union.s ouvriront les uns après les autres, entre le 28 août et le 9 octobre 2020. L’intégralité de l’exposition sera visible jusqu’au 29 novembre :

Chroniques à suivre après l’ouverture de Traits d’union.s

À lire, ci-dessous, une présentation des six chapitres et des participants extraite du communiqué de presse.

En savoir plus :
Sur le site de Manifesta 13 Marseille
Le concept Traits d’union.s sur le site de Manifesta 13 Marseille
Suivre l’actualité de Manifesta 13 Marseille sur Facebook, Twitter et Instagram

Traits d’union.s : chapitres et participant·e·s

* indique les artistes qui réalisent une œuvre spécifiquement conçue pour Manifesta 13 Marseille

La Maison : loyers, expériences, lieux

Musée Grobet-Labadié – Cité Radieuse – Bel Horizon
Du 28 août au 29 novembre 2020

Le logement est un défi mondial majeur. Pour beaucoup, il est devenu de plus en plus difficile de trouver un endroit où vivre en toute sécurité, et pratiquement impossible d’accéder à la propriété. À l’ère des migrations massives et des déplacements de population entraînés par le changement climatique, la guerre, les régimes totalitaires et le racisme, tout autant que par la pollution, le développement urbain et la gentrification des territoires locaux, avoir un chez-soi – un endroit sûr – est la condition préalable à la possibilité de développer de nouvelles formes de communauté, d’égalité, de dignité, de soin et d’amour.

À Marseille, les signes d’une crise du logement locale et mondiale sont visibles. Au cours des derniers siècles, la ville a été une terre d’accueil pour de nombreux·ses migrant·e·s et exilé·e·s du monde entier. Les dernières décennies ont vu de nombreuses associations locales militer et œuvrer pour améliorer leurs conditions de vies, mais aussi pour leur donner accès à des droits sociaux, culturels et juridiques. Ainsi, à Marseille comme dans le reste du monde, le concept de chez-soi se trouve à la croisée des chemins entre déplacement et appartenance, rêves et cauchemars.

Avec : Black Quantum Futurism* (Collective, US), Martine Derain* (1960, FR), Lukas Duwenhögger (1956, DE), Jana Euler (1982, DE), Ken Okiishi* (1968, US), Cameron Rowland (1988, US), Reena Spaulings (Collective, US), Arseny Zhilyaev* (1984, RU).

Le Refuge : dans l’attente de nouveaux départs

Musée Cantini
Du 11 septembre au 29 novembre 2020

Musée Cantini ©Musées de Marseille
Musée Cantini ©Musées de Marseille

En 1940 pendant l’Occupation allemande, certain·e·s des artistes et penseur·se·s les plus éminent·e·s du XXe siècle (Wifredo Lam, Jacqueline Lamba, Victor Serge, Anna Seghers, Hannah Arendt, André Breton, Claude Lévi-Strauss, Marcel Duchamp, entre autres) dont beaucoup étaient juif·ve·s, mais aussi communistes et membres de la résistance, se réfugient dans une bastide de la région, la Villa Air-Bel, tenue par le diplomate américain Varian Fry.

Aujourd’hui, presque rien ne subsiste de cet ancien sanctuaire de temps de guerre, ni monument ni mémorial. La Villa Air-Bel fut un havre de paix où se côtoyèrent des individus que l’incertitude unissait. Dans un temps comme suspendu, il·elle·s participèrent à des jeux et des expérimentations artistiques, trompant la morne réalité qui était la leur alors qu’il·elle·s attendaient leur départ pour les Amériques.

En retraçant la migration des formes dans les objets du quotidien, l’exposition Le Refuge examine les frontières entre l’art dans l’espace public et dans les vies privées, entre les beaux-arts et les arts décoratifs, entre la culture savante et la culture populaire. Il ouvre des possibilités de rencontres, dans l’espace public, entre l’histoire de l’art et la culture urbaine vernaculaire contemporaine. Le Refuge rappelle que la notion même d’originalité a toujours été utilisée pour dévaluer et exclure l’Autre, et que dans les moments de grande incertitude, ces récits peuvent rapidement changer de direction.

Marc Camille Chaimowicz, (Work in progress), 2020 ©Marc Camille Chaimowicz
Marc Camille Chaimowicz, (Work in progress), 2020 ©Marc Camille Chaimowicz

Avec Marc Camille Chaimowicz* (1947, FR) entre autres participant·e·s, et plusieurs prêts d’œuvres.

L’Hospice : l’étrange, le poétique et le possible

Centre de la Vieille Charité
Du 11 septembre au 29 novembre 2020

Vieille Charité ©Musées de Marseille
Vieille Charité ©Musées de Marseille

Marseille a été construite et façonnée par une complexe histoire d’immigrations et d’émigrations, de départs et d’arrivées.

L’Hospice : l’étrange, le poétique et le possible observe et, plus important encore, écoute le paysage linguistique aux multiples facettes de la ville. Y est exploré sa culture multilingue, dans toute sa complexité, et les récits souvent concurrents des différents langages qui la composent : les ruptures inattendues et les connexions parfois poétiques entre langues « étrangères » et locales, les dialectes qui construisent et façonnent la pluralité des identités marseillaises.

L’Hospice : l’étrange, le poétique et le possible rappelle l’histoire des institutions psychiatriques à l’aune de la modernité, son rapport aux aliénations sociales, politiques et mentales ainsi que le droit à la folie. A l’instar du langage, la Vieille Charité a occupé des fonctions de confinement différentes au cours des siècles. Elle a notamment été un hospice, un asile, un hôpital et un cloître. Désormais, elle abrite plusieurs musées.

Aoziz, Shakespeare sur Mesure, 2019 at Théâtre Daki Ling © Collectif Arthalie and Atelier de Mars
Aoziz, Shakespeare sur Mesure, 2019 at Théâtre Daki Ling © Collectif Arthalie and Atelier de Mars

Avec : Hannah Black* (1981, GB), Anna Boghiguian* (1946, EG), Aoziz* (Béatrice Pedraza, Ludovic Mohamed Zahed, Andrew Graham) (Collective, GB / FR), Judith Scott (1943-2005, US), Dennis Cooper and Gisèle Vienne (1953, US / 1976 FR, AT), Pauline Curnier Jardin (1980, FR), Lionel Soukaz (1953, FR), Reena Spaulings (Collective, US).

Et des œuvres historiques de : André Acquart (1922-2016, FR), Antonin Artaud (1896-1948, FR), Roland Barthes (1915-1980, FR), Georges Bataille (1897-1962, FR), Pierre Guyotat (1940-2020, FR), Arthur Rimbaud (1854-1891, FR), Hélène Smith (1861-1929, CH).

Le Port : à la croisée des Histoires

Musée d’Histoire de Marseille et Centre Bourse
Du 11 septembre au 29 novembre 2020

Musée d'Histoire de Marseille ©Musées de Marseille
Musée d’Histoire de Marseille ©Musées de Marseille

Ce musée est un espace singulier, niché entre un centre commercial et le jardin des vestiges, un espace intermédiaire, ni ici ni là-bas, entre le Vieux-Port et le quartier de Belsunce, entre l’Antiquité et une boutique Nike, entre conservation et consommation. 2600 ans d’Histoire s’y déroulent et s’y racontent, au grès des rencontres entre politiques culturelles et urbaines. Les villes apparaissent clairement comme des espaces de conflits, de négociations, d’accords ou de contraintes. Ainsi, la mémoire collective est devenue, à juste titre, un enjeu de plus en plus important et questionné permettant de retrouver la trace d’histoires tues.

Avec : Yassine Balbzioui* (1972, MA), Samia Henni* (1980, DZ), Sara Ouhaddou* (1986, FR/MA).

Le Parc : devenir un corps liquide

Musée des Beaux-Arts, Muséum d’histoire naturelle et Consignes Sanitaires
Du 25 septembre au 29 novembre 2020

Citernes du Moulin
Du 9 octobre au 29 novembre 2020

Le Parc : devenir un corps liquide fait des fontaines qu’encadrent deux musées marseillais aux trajectoires liées – le musée des Beaux-Arts et le muséum d’histoire naturelle –, les symboles du changement et de l’interconnexion.

En écho aux épistémologies du Sud qui s’imprègnent de formes d’actions collectives, Le Parc explore les systèmes idéologiques binaires entre nature et culture présents dans les deux musées. Il y propose un nouveau type de relations humaines et un rapport renouvelé aux autres êtres vivants, mettant ainsi à l’honneur la fluidité des identités et la force de leurs alliances.

Avec : Minia Biabiany (1988, FR), Center for Creative Ecologies* (Isabelle Carbonell, Hannah Meszaros Martin, T. J. Demos) (Collective, US), Ali Cherri* (1976, LB), Peter Fend* (1950, US), Mathieu Kleyebe Abonnenc (1977, GF), Amy Lien & Enzo Camacho* (1987, US / 1985, PH) (aux Citernes du Moulin), Reena Spaulings (Collective, US).

L’École : le sonore, l’audible, le réduit au silence

Conservatoire National à Rayonnement Régional
Du 9 octobre au 29 novembre 2020

Conservatoire ©Musées de Marseille
Conservatoire ©Musées de Marseille

Depuis deux siècles, le Palais des Arts a abrité bon nombre des institutions éducatives et culturelles de la ville : musées, bibliothèques, archives, ballets et, à présent, une école de musique.

D’une pièce à l’autre du bâtiment résonnent, de manière claire ou feutrée, le son des répétitions qui s’y tiennent.

L’École : le sonore, l’audible, le réduit au silence se déploie au sein de l’architecture néoclassique du lieu convoquant ses fonctions passées tout autant que ses potentialités présentes. Dans cet espace acoustique aux couches multiples, les travaux en cours côtoient une virtuosité ostensible et performée. Ces dissonances soulignent les tensions historiques et idéologiques entre le·a soliste, l’orchestre et le·a chef·fe d’orchestre.

Avec : Yalda Afsah* (1983, DE), Mounir Ayache* (1991, FR), Mohamed Bourouissa* (1978, DZ/FR), Julien Creuzet* (1986, FR), Benjamin de Burca & Barbara Wagner* (1975, DE / 1980, BR), Ymane Fakhir* (1969, MA), Tuan Andrew Nguyen* (1976, VN), Selma & Sofiane Ouissi * (1975 / 1972, TN), Reena Spaulings (Collective, US).

À partir du 11 septembre : Calla Henkel & Max Pitegoff* (1988, US / 1987, US), Philippe Pujol* (1975, FR), Sara Sadik* (1994, FR).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

gethan&myles & guests à la Double V Gallery – MarseilleThe space between – How things are and how we want them to be

Du 26 septembre au 28 novembre 2020, la Double V Gallery invite gethan&myles pour « The space between - How things are...

Adrien Vescovi – Slow Down Abstractions au Studio Fotokino – Marseille

Jusqu’au 27 septembre 2020, Adrien Vescovi présente au Studio Fotokino plusieurs pièces récentes sous le titre « Slow Down Abstractions ».

Paul Valéry et les peintres – Musée Paul Valéry à Sète

Dans le cadre de la célébration de son 50e anniversaire, le Musée Paul Valéry présente « Paul Valéry et les peintres ». Du...

Requiem pour un centaure – Exposition des diplômés de MO.CO. Esba

Du 26 septembre au 1er octobre 2020, le MO.CO. Esba présente « Requiem pour un centaure », une exposition des diplômés de l’École...

Agnès Fornells – Cielo & Suelo à Pierresvives

Jusqu’au 3 octobre 2020, le balcon de Pierresvives accueille « Cielo & Suelo » une proposition d’Agnès Fornells. Pour...

Bientôt : The New York School Show au Pavillon Populaire – Montpellier

Du 7 octobre 2020 au 10 janvier 2021, le Pavillon populaire à Montpellier présente « The New York School Show, les photographes...

Possédé·e·s au MO.CO. Panacée

Du 26 septembre 2020 au 3 janvier 2021, le MO.CO. Panacée présente « Possédé·e·s », une exposition qui rassemble plus de 25 artistes....

Flore Saunois – « Meridional Contrast » à La Friche et « Liminal » à art-cade

Flore Saunois est sans doute une des artistes qui se sont affirmés avec force à l'occasion du 12e Printemps de l'art...

Wilfrid Almendra – So Much Depends Upon a Red Wheel Barrow – Atlantis à Marseille

Jusqu’au 28 novembre 2020, Wilfrid Almendra présente « So Much Depends Upon a Red Wheel Barrow », dernière exposition proposée par Atlantis au...

Amandine Simonnet & Gilles Pourtier – Does the angle between two walls have a happy ending? à La Cartine

Jusqu’au 27 septembre 2020, Amandine Simonnet et Gilles Pourtier présentent avec « Does the angle between two walls have a happy ending? »...
Partagez
Tweetez
Enregistrer