mercredi 14 avril 2021

Marie Havel et Amélie Joos – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier


Jusqu’au 24 octobre 2020, la N5 Galerie accueille Marie Havel et Amélie Joos dans le cadre du projet « Drawing Draw #4 », rendez-vous commun avec Le lieu multiple montpellier autour de la pratique du dessin.

On retrouve avec intérêt le travail de Marie Havel que l’on avait pu découvrir en 2017 à l’Espace Saint-Ravy, puis au Frac Occitanie Montpellier l’hiver dernier dans « Le Bal des survivances » pour Post Production 2019. On peut aussi voir trois de ses seaux de plage sous les combles à la Villa Datris à L’Isle-sur-la-Sorgue dans le cadre de « Recyclage / Surcyclage ».

Marie Havel - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Marie Havel – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Marie Havel - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Marie Havel – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Marie Havel - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Marie Havel – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier

Pour « Drawing Draw #4 », la N5 Galerie présente une intéressante sélection de ses œuvres dans la première partie de son espace d’exposition.

Le travail d’Amélie Joos a déjà été montré par la N5 Galerie dans « No Prohibida » cet été et dans « Narration(s) » au printemps 2017. Son exposition occupe tout l’espace de la salle voûtée, où elle a mis en scène une reconstitution de son atelier…

Amélie Joos - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Amélie Joos – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Amélie Joos - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Amélie Joos – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Amélie Joos - « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier
Amélie Joos – « Drawing Draw #4 » à la N5 galerie – Montpellier

À voir avant la fin octobre…

À lire ci-dessous la présentation des deux artistes par la N5 Galerie

En savoir plus :
Sur le site de N5 Galerie
Suivre l’actualité de la N5 Galerie sur Facebook et Instagram
Sur le site de Marie Havel et sur celui de Amélie Joos

L’œuvre de Marie Havel trouve son origine dans la notion de ruine, son appréhension à travers l’enfance, ses matériaux, ses expérimentations… Ayant grandi au milieu de paysages anciennement tourmentés par les affres de la Grande Guerre, l’artiste reconstitue aujourd’hui les vestiges futurs d’une civilisation vouée au déclin. Son travail consiste en une tension entre construit et déconstruit, entre découverte et recouvrement et donc, entre jeu et ruine. L’artiste s’intéresse également aux motivations de l’action vaine, à l’apprentissage de l’échec, que l’on retrouve dans le rituel du jeu. Elle conçoit les possibles changements d’identité d’un même lieu ou paysage avec la volonté de pointer l’histoire individuelle dans une histoire plus collective, de révéler le travestissement des lieux par le souvenir, de percevoir des lieux comme des « paysages usagés ». Entre modulations infinies dans un univers défini et des scénarios illimités, Marie Havel dédramatise la notion de temps qui passe et qui use avec espoir, poésie et légèreté. Elle s’empare de cette mémoire marquante pour la mettre à distance avec les outils et les idées de sa génération. Pour cette exposition, nous mettons en avant la palette singulière et pluridisciplinaire de l’artiste qui expérimente les possibles de la pratique du dessin en explorant avec beaucoup de dextérité l’ensemble des médiums.

Amélie Joos nous invite pour sa part à pénétrer l’intimité de son atelier et à découvrir son travail avec une installation intitulée : “romanticism is not cancelled”. L’artiste installe sa table à dessin, ses outils, sa lampe, son canapé, … dans la seconde salle de la galerie. Elle nous permet, de ce fait, la découverte de son espace de créations. Les dessins d’Amélie Joos, souvent de petit format propice au récit intime, naissent généralement sous forme d’écriture automatique. D’un seul trait, souvent pulsionnel voire agressif, les images intérieures sont traduites sans croquis, d’une manière directe et immédiate sur la feuille. Dans ce processus de création, Amélie Joos tente de faire surgir des images de son inconscient. Le point de départ d’une œuvre est multiple. Un mot, une phrase, une image ou du vécu peuvent être pour l’artiste déclencheur d’un travail. Ses dessins révèlent des états d’âme, des sentiments, l’angoisse, le désir, les blessures ou encore la joie et la jouissance. Toutes ces émotions sont exprimées d’une manière énigmatique et peuvent provoquer auprès du spectateur des sentiments ambivalents. Le sens multiple et ambigu de son travail est d’une grande importance. Malgré cela, les personnages hybrides qu’elle dévoile sur le papier nous montrent leur âme, expriment leur vécu, avec chacun sa petite névrose et sa stratégie de survie face à l’absurde. Comme si l’artiste interrogeait nos propres angoisses, nos enfermements, nos rêves, pour nous donner à voir et à méditer…

Articles récents

Partagez
Tweetez
Enregistrer