Sophie Baduel au Festival du Dessin d’Arles 2024

Dessinatrices d’aujourd’hui à l’Espace van Gogh


À l’Espace Van Gogh, Sophie Baduel présente sans aucun doute l’accrochage le plus abouti et le plus soigné de l’exposition « Dessinatrices d’aujourd’hui» proposée par Alexandra Roussopoulos.
Il est construit autour d’une importante sélection de dessins à la pierre noire issus du projet « Un état incertain – Le chantier de la Scala Paris, dessiné » à laquelle s’ajoutent des œuvres des séries « Portraits d’arbres », « Rencontres au pied de l’arbre », « Murailles », « Les pierres tranquilles » et « Le figuier de Sabine ».

Il faut souligner l’attention apportée par Sophie Baduel à la présentation de ses dessins. Tous sont encadrés avec du verre antireflet de qualité musée et parfois même exposés sans aucune protection. Ce choix montre un profond respect pour le regardeur en lui offrant une relation exceptionnelle aux œuvres. On aimerait pouvoir apprécier plus souvent une telle préoccupation !

Sophie Baduel - Portrait d’arbres 3, 2020 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Portrait d’arbres 3, 2020 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

Cette remarquable exposition est introduite par un premier dessin à la pierre noire (Portrait d’arbres 3, 2020). Il accompagne un court texte qui, après de brefs repères biographiques, reproduit ce propos de l’artiste : « Ma page blanche, souvent, est une vision d’un paysage chaotique, qui réveille en moi l’envie d’y chercher ce qui peut être beau. Les couches de dessins s’y superposent les unes sur les autres, s’annulent parfois, finissent par s’additionner. Le geste peut être impatient ou pondéré, je sais qu’il devient juste quand j’ai fini d’y penser. Dans les ombres et dans les vides, les contours se dessinent, la lumière apparaît, l’harmonie se fait. »

Dix dessins de taille identique, tous exécutés à la pierre noire sont ensuite exposés sur deux registres. Ils ont été sélectionnés parmi les 24 de la série « Un état incertain – Le chantier de la Scala Paris, dessiné ».

Sophie Baduel - Un état incertain - Le chantier de la Scala Paris, dessiné, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Un état incertain – Le chantier de la Scala Paris, dessiné, 2018-2019 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

À propos de ce projet réalisé lors d’une résidence artistique au Théâtre de la Scala à Paris en 2018 et 2019, Sophie Baduel écrit :
« Pour “ Un état incertain”, j’ai choisi de faire du chantier de la Scala Paris une scène. Sur fond d’échafaudage, de terre retournée, de gravats, s’amorcent des histoires en prise avec un monde en mutation.
Les transformations architecturales du théâtre m’ont amenée à créer des images mouvantes, parfois doubles et fantastiques. Je mets en scène des paysages sablonneux à gravir, des passerelles vertigineuses à franchir, des eaux montantes, des gouffres et des mystères à percer…
Ici rien n’est figé, tout est animé par de possibles représentations du monde. Mon choix de brouiller les pistes de la figuration par le jeu des perspectives, des leurres et du hors-champ est une invitation faite au spectateur à poursuivre l’histoire 
».

Sophie Baduel - La Scala Paris, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – La Scala Paris, 2018-2019 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

L’ensemble est absolument fascinant. Il n’est pas sans évoquer l’univers des Prisons de Giovanni Battista Piranesi.
Dans un texte titré « L’arpenteuse », Emmanuelle Raynaut souligne « Comme Piranesi, Sophie Baduel emprunte aux jeux architecturaux la sensation du vertige, miroir des réalités contemporaines comme lui, aussi, elle dénoue dans l’imaginaire les cordes de la machinerie théâtrale ». Puis elle ajoute : « Mais, à l’inverse des “carceri d’invenzione”, l’artiste met en scène ici la démesure de l’enfermement sans complaisance, et, dans un subtil jeu de leurres, elle en éprouve ses capacités de transformations.
Dans ce labyrinthe borgésien, les pièges sont des révélations. Les murs se dérobent, il n’y a pas de prison, mais des libérations successives. La lumière sourd des jointements. Des fenêtres s’illuminent. Les horizons se devinent, ailleurs… 
»

  • Sophie Baduel - La Scala Paris, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Sophie Baduel - La Scala Paris, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Sophie Baduel - La Scala Paris, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Sophie Baduel - La Scala Paris, 2018-2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024


L’accrochage se poursuit avec un ensemble de quatre feuilles. Deux d’entre elles (Dissimulation, 2019 et Arches 77, 2017) paraissent prolonger l’univers de La Scala. En effet, la seconde fait partie d’une série inspirée du chantier du Cinéma Gaumont Alésia à Paris. Les deux autres (Racine 1 et Racine 3, 2020) semblent annoncer un monde moins minéral…

Sophie Baduel - Dissimulation, 2019 - Arches 77 - Racine 1 et Racine 3, 2020 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Dissimulation, 2019 – Arches 77 – Racine 1 et Racine 3, 2020 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

Les quatre dessins suivants, toujours à la pierre noire, sont extraits de la série « Murailles » de 2019 qui est sous titrée « Une muraille par jour à franchir pendant 7 jours »…

Sophie Baduel - série Murailles, 2019 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – série Murailles, 2019 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

Plus loin, un magnifique montage de deux feuilles exposées sans protection est simplement fixé par des aimants dans une caisse américaine. Il évoque le Figuier de Sabine (2021) qui appartient à un ensemble qui se compose également de six sphères en céramique.

Sophie Baduel - Le Figuier, 2021 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Le Figuier, 2021 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

À propos de cette série, Sophie Baduel raconte « Le jardin de Sabine m’est apparu, généreux, débridé, occupé entre autres par un oiseau en bronze, une grande échelle en bois, un chapiteau en pierre, une toile dessinée… qui se découvrent et se cachent au fil des saisons. Le figuier au centre du jardin s’est imposé comme le fil conducteur des récits dessinés sur les sphères en céramiques et sur papier. »

Sur la gauche, Dans la grotte (2019) appartient à un ensemble qui, lui aussi, associe dessins sur papier et sur des modules sphériques en céramique.

Sophie Baduel - Dans la grotte, 2019 et Rencontre au pied de l’arbre 5, 2022 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Dans la grotte, 2019 et Rencontre au pied de l’arbre 5, 2022 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

Il surmonte Rencontre au pied de l’arbre 5 (2022), un dessin issu d’une installation immersive, visuelle et sonore, créée en 2022 après une résidence au Théâtre de Macouria en Guyane, à partir de paroles d’habitants du territoire. Sophie Baduel en résume ainsi le projet : « L’arbre à l’air de savoir, qu’aurait-il à nous dire s’il pouvait parler ? “Rencontres au pied de l’arbre” parle de la relation sensible de chacun pour un arbre. Les récits audios collectés à différents endroits du territoire de la Guyane et leurs interprétations dessinées forment un ensemble sonore et visuel dans lequel chacun est invité à se promener en compagnie de ces étranges amis que sont les arbres. »

  • Sophie Baduel - Rencontre au pied de l’arbre 3, 2022 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Sophie Baduel - Rencontre au pied de l’arbre 2 , 2022 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024

En face, on découvre deux autres superbes dessins de ce projet (Rencontre au pied de l’arbre 3 et 2) et Les pierres tranquilles 1, 2023 qui sont exposés comme le Figuier, sans protection.

Sophie Baduel - Les pierres tranquilles 1, 2023 - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Sophie Baduel – Les pierres tranquilles 1, 2023 – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

L’accrochage de Sophie Baduel impose à lui seul un passage par l’Espace Van Gogh. Toutefois, l’ensemble du projet curaté par Alexandra Roussopoulos mérite attention. « Dessinatrices d’aujourd’hui» réunit les univers singuliers de quatre femmes. Les quelques lignes qui introduisent l’exposition ne laissent pas présager de liens forts entre ces artistes et elles se limitent à les qualifier collectivement d’« audacieuses et virtuoses, opiniâtres et inspirées, profondes et facétieuses »…

Le parcours enchaine donc les expositions de Chantalpetit, Sophie Baduel puis celles de Frédérique Loutz et Anne Gorouben sur les deux murs de la longue galerie au premier étage de l’ancien Hôtel-Dieu où Vincent Van Gogh a fait de courts séjours notamment après s’être coupé l’oreille et qu’il a représenté dans Le Dortoir de l’hôpital d’Arles et le Jardin de l’hôpital d’Arles, en avril 1889.

Chantalpetit - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
Chantalpetit – Dessinatrices d’aujourd’hui – Festival du Dessin d’Arles 2024

On regrette les terribles reflets qui gênent considérablement l’appréciation du travail de Chantalpetit. Faut-il absolument laisser la porte ouverte sur la galerie extérieure et faire entrer à flots la lumière du jardin ?

En face, le travail d’Anne Gorouben est nettement mieux loti. Il attire l’attention de nombreux visiteurs. Accrochés à touche-touche, les dessins qu’elle expose sont extraits de la série titrée « EN COURS, 150 dessins au crayon ». Sur son site, elle en fait la présentation suivante : « En 2013 j’ai compris qu’il fallait que je continue à dessiner l’enfance évoquée dans 100, boulevard du Montparnasse. J’ai repris un carnet, il compte à ce jour environ 150 dessins au crayon sur papier, 21/15 cm ».

  • Anne Gorouben - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Anne Gorouben - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024
  • Anne Gorouben - Dessinatrices d’aujourd’hui - Festival du Dessin d'Arles 2024

Le dossier de presse précise : « Depuis 2011, elle a entamé une lente et patiente reconstitution écrite et dessinée de son histoire familiale, marquée par la déportation et le sceau du secret ». Sa série « 100, boulevard du Montparnasse » rassemble 55 dessins au crayon qui ont été publiés aux éditions Les Cahiers Dessinés.
La quatrième de couverture en fait le résumé suivant : « “Le 100”, c’est l’adresse d’un petit appartement parisien dans lequel deux enfances se sont succédées. Celle d’un père, dont il dit qu’elle fut “sans grand drame” alors que la guerre fit de lui un enfant caché, et qu’il a tout oublié de cette époque ; celle de sa fille qui avait “tout pour être heureuse” mais était terrifiée par le noir. L’auteur est hantée par l’histoire des membres de sa famille, cachés, en fuite, déportés pendant la deuxième Guerre Mondiale. Insatiable, elle a réclamé les récits des uns et les autres, du côté du père à Montparnasse, du côté de la mère dans le quartier du Marais ; à Paris où tous ses grands-parents vinrent s’établir, venant de Pologne ou d’Ukraine au début du XXe siècle. Son père, retrouvant ses souvenirs et les transmettant à ses enfants, a provoqué un premier dessin : celui d’un petit garçon serrant fort contre lui un lapin blanc. Peu à peu les scènes se sont accumulées, ont constitué un livre, celui d’une “» histoire pas exceptionnelle” selon l’auteur, celle des siens, des juifs de l’Est. La confrontation aux silences, aux interdits, la nécessité de les franchir pour fonder sa propre existence, Anne Gorouben en donne une interprétation dessinée »…

À suivre…

En savoir plus :
Sur le site Festival du Dessin d’Arles
Suivre l’actualité du Festival du Dessin d’Arles sur Facebook et Instagram
Sur les sites de Chantalpetit, Sophie Baduel, Frédérique Loutz et Anne Gorouben

Articles récents

Partagez
Tweetez
Enregistrer