Cloé Paty, Certaine absence à la galerie St-Ravy, Montpellier

Cloe Paty AfficheDu 17 au 31 janvier 2014, la galerie Saint Ravy accueille Certaine absence, une exposition de Cloé Paty.

Le travail de Cloé Paty mérite sans aucun doute intérêt et attention.  C’est avec simplicité qu’elle explique que durée et hasard sont des éléments majeurs qui déterminent son travail.
Dans plusieurs des œuvres qu’elle présente dans cette exposition, le temps s’inscrit plastiquement  dans  le tableau.
C’est particulièrement perceptible dans ses œuvres au feutre (Intuition n°2,3,4 & 5, 2012 ; Intuition n°6, 2012 ; Point gris, 2014). Le lent processus du tracé des lignes, la liberté que Cloé Paty laisse à sa main, mais aussi le « poids » du temps sur son geste et la lente diffusion du pigment dans le matériau rendent tangible la durée dans ces panneaux.
De ces pièces, il se dégage une étrange sensation de relief, de plissé, et de matière qui contribue à donner corps à cette temporalité.

Cette préoccupation du temps se matérialise probablement de la manière la plus « radicale » dans 1983, 2009, un modeste livre présenté sous une vitrine. C’est avec gentillesse que Cloé nous a ouvert l’ouvrage, l’agenda de sa vie qui relie les pages d’un calendrier qui commence en 1983, l’année de sa naissance et se termine en 2116. Chaque 1er janvier, Cloé déchire le coin an bas à droite de la page impaire qui correspond à l’année qui vient de se terminer…

Cet ouvrage « secret » voisine avec A l’instant, 2011, un livre d’artiste qu’elle a entièrement réalisée. Il renferme des cheveux collés sur les pages reliées en accordéon.  Ce livre a été récompensé au concours du livre d’artiste 601-Bisang project  de Séoul.

Le cheveu est un matériau que Cloé Paty aime assembler, coudre (Carré cousu, 2011), nouer ou rouler en boules (Pierre, 2014) et en pelotes. Elle en construit des œuvres reliques et des installations qu’elle associe parfois à des pliages de feuilles d’aluminium doré (Sans titre,2012).

Elle aime travailler les matériaux pauvres : papier, feutre, feuille d’aluminium doré (Feuille dorée, 2014 ; Fleurs dorées, 2013), cheveu, sang (Carnet, 2010), fil de soie(Points cousus, 2011). Elle reconnaît volontiers un intérêt pour l’Arte Povera. Ses panneaux au feutre ne sont pas sans évoquer certaines œuvres de Guiseppe Penone  (série Pelle di grafite, 2007).

Dans cette exposition, Cloé présente aussi des gouaches sur papier (Arc-en-ciel, 2013 ; Elephants, chien, 2013), des collages (Ciel étoilé, 2013), et une série de trois livres réalisés des malades en psychiatrie lors d’ateliers  qu’elle a animés au CHU de Montpellier.

Si elle avoue ne pas être très satisfaites des titres donnés à ses œuvres, elle semble faire une exception pour son panneau au feutre intitulé Point Gris, une référence à Paul Klee… Doit-on y comprendre qu’elle nous donne une clef de son travail ?
On sait que Klee aimait jouer sur le double sens de l’homophonie Klee/clef en français…  Il était donc intéressant de retrouver cette idée de Point Gris, chez Klee…
C’est dans une conférence à Iéna en janvier 1924, qu’il développe cette idée. Il y parle de « la création en tant que genèse sous la surface visible, sous l’enveloppe de l’œuvre »…  il explique qu’ « il faut faire appel au concept de gris, ou de point gris, point fatidique entre ce qui devient et ce qui meurt. Ce point est gris, parce qu’il n’est ni blanc, ni noir, pu parce qu’il est blanc tout autant que noir […] Gris parce qu’il n’est ni chand, ni froid. Gris parce que point non-dimensionnel, point entre les dimensions et à leur intersection, au croisement des chemins. Établir un point dans le chaos, c’est le reconnaître nécessairement gris et lui conférer le caractère d’un centre originel d’où l’ordre de l’univers va jaillir et rayonner dans toutes les dimensions » Paul Klee, Théorie de l’art moderne.

Souhaitons à Cloé Paty que son travail puisse « rayonner dans toutes les dimensions ».

En attendant, une visite à la galerie Saint Ravy ne nous  semble pas inutile. Le travail de Cloé Paty mérite d’être apprécié et c’est avec intérêt que nous en suivrons l’évolution.

Ouvert du mardi au dimanche de 13 h à 19 h.

Communiqué de presse :

Avec cette exposition, Cloé Paty installe sa première œuvre in-situ, en exposant des livres et des dessins. Tel un leitmotiv, elle cherche à traduire son intuition personnelle d’un temps qui s’étire, en se demandant parfois quels sont les vrais sujets de ses créations.

Le temps est le terrain de jeu et d’expérimentation de Cloé Paty. Elle recherche pour cela à rendre visible une durée, une temporalité, qu’elle inscrit plastiquement dans ses travaux. Elle dessine, peint, saisit, assemble… et fabrique ainsi des objets aux frontières d’un passé et d’un présent.

Le diplôme des Arts décoratifs de Strasbourg en poche, Cloé Paty s’installe à Montpellier pour débuter sa vie d’artiste. En lien avec sa démarche, elle est intervenante en arts plastiques, notamment au CHRU de Montpellier où elle fabrique des livres avec les patients.

En savoir plus :
Sur le site de la Ville de Montpellier
Sur la page Facebook de la galerie Saint Ravy
Sur le site de Cloé Paty
Sur la page Facebook de Cloé Paty

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.