mercredi 5 août 2020

Mathilde Séramour et Sophie Rouet , « Des yeux courent dans la nuit » à l’Espace St Ravy

L’Espace Saint-Ravy présente du 19 décembre au 4 janvier 2015, Des yeux courent dans la nuit, de Mathilde Séramour et Sophie Rouet, une exposition « entre photographie et peinture influencées par les arts de la rue ». Chronique éventuelle après un passage à l’Espace St Ravy.

Des yeux courent dans la nuit

Présentation de l’exposition (communiqué de presse : « La ville, c’est le sujet central des recherches artistiques de Mathilde Séramour et Sophie Rouet, deux jeunes montpelliéraines issues des arts appliqués et des Beaux-Arts. L’une est photographe, l’autre est peintre. Les peintures de Mathilde Séramour répondent à une esthétique du recouvrement que l’on retrouve à travers les dessins et les photographies de manifestations de Sophie Rouet ».

En savoir plus :
Sur la page de l’Espace Saint-Ravy sur le site de la Ville de Montpellier
Sur la page Facebook de l’Espace Saint-Ravy
Sur le site de Mathilde Séramour
Sur le site de Sophie Rouet

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis passé hier soir au vernissage… un peu sous-dimensionné : en dépit d’une heure peu tardive, il ne restait que quelques gobelets sales et miettes de chips. 🙁
    Les deux artistes font visiblement leurs premiers pas (c’est un des buts de l’Espace Saint-Ravy), et présentent une production un peu hétéroclite.
    Je m’intéresse surtout à la photographie, je n’ai pas votre compétence pour parler de la peinture et vous laisse ce soin. Je me limite donc à commenter le travail de la photographe Sophie Rouet.
    Le point fort de son exposition est une série de grands tirages couleurs, des photos réalisées au cours de manifestations au Chili lors desquelles les manifestant ont lancé des contenants remplis de peinture. Les images montrent les éclaboussures multicolores laissées au sol sur le champ de bataille, et surtout sur les carrosseries des austères véhicules blindés de la police anti-émeute, ainsi transformés en oeuvres d’art abstraites. Ces photographies ont une grande puissance graphique et artistique. Au delà de leur aspect esthétique évident, on est saisi par l’affrontement entre la géométrie monochrome des instruments du pouvoir répressif et la liberté des formes colorées qui les recouvrent pour les contester.
    L’accrochage des oeuvres gâche hélas un peu le plaisir. Entre ces grands tirages couleurs sont dispersés des tirages noir et blanc en format réduit montrant les mêmes camions, dont les mêmes photos exactement que les grandes en couleurs. Ces doublons n’apportent rien, et le noir et blanc supprime évidemment une grande part de l’attrait de ce sujet éminemment coloré.
    Interrogée sur cette bizarrerie, la photographe répond que c’était « pour faire masse » et évoquer l’omniprésence des véhicules dans les manifestations. Dans ce cas, il aurait mieux valu les regrouper en damier sur un autre pan de mur plutôt que de les égrener ainsi en parasitant les grands formats.
    À l’opposé de ses impressionnants camions, la photographe propose une série de sténopés en noir-et blanc de carrefours urbains, des agrandissements exposés avec leur négatif-papier. On retrouve certes un certain charme généré par ce procédé ancien et par les poses longues qu’il nécessite, mais les vues banales ne se distinguent pas vraiment de l’ordinaire de ce genre d’expérimentation, où le point de vue à ras de terre est fréquemment adopté faute de trépied approprié aux boîtes en fer blanc.
    Dana l’autre salle, on retrouve quelques photos couleurs, alternées avec les peintures de sa « co-locataire ». Pour certaines la juxtaposition est pertinente, pour d’autres moins évidente. Là encore on est un peu gêné par des doublons qui semblent là pour remplir les murs plutôt que pour faire sens.
    Au bilan, malgré les quelques maladresses signalées, cette exposition mérite vraiment une visite pour ses grands formats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

L’Orient sonore – Musiques oubliées, Musiques vivantes au Mucem

Jusqu’au 4 janvier 2021, le Mucem accueille « L’Orient sonore - Musiques oubliées, Musiques vivantes » sur les 800 m² du second plateau au...

Mon nom est personne – Une installation d’Alexandre Perigot au Mucem

Jusqu’au 17 août 2020, le Mucem présente « Mon nom est personne », une installation imaginée par l’artiste Alexandre Perigot.

Eva Jospin – Cénotaphe à l’abbaye de Montmajour à Arles

Jusqu’au 3 janvier 2021, le Centre des monuments nationaux présente « Cénotaphe », une proposition d’Eva Jospin à l’abbaye de Montmajour à Arles.Cette...

Le Grand Dépotoir de Julien Blaine à la Friche… Après la razzia

En 1 h de temps, le 17 juin entre 14 h et 15 h, plus de 350 pièces ont été emportées…En...

4 à 4 : Isabelle Leduc et Cécile Borne en compagnie de Bashar Alhroub et Pierre-Luc Poujol au Musée Paul Valéry – Sète

Depuis 2014, le Musée Paul Valéry présente tous les deux ans « 4 à 4 » une proposition originale qui réunit 4 expositions...

Je refléterai ce que tu es… De Nan Goldin à Roni Horn : l’intime dans la Collection Lambert

Deuxième exposition du projet « Avoir 20 ans », « Je refléterai ce que tu es… » occupe les espaces de l’Hôtel de Montfaucon...

Art-O-Rama 2020 : Le Salon Immatériel – JukeBox – La voix du collectionneur – Tout le Monde – Meridional Contrast et Avec le...

En mai dernier, nous annoncions avec tristesse l’annulation d’Art-O-Rama 2020 .Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui (13 juillet 2020), Véronique Collard...

Des Visages – Le temps de l’Autre – Carré d’Art à Nîmes

Jusqu’au 27 septembre 2020, Carré d’Art présente « Des Visages - Le temps de l’Autre ». Dans la curieuse période que l’on vit...

« It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, Luma Arles

Du 27 juin à fin septembre 2020, Luma Arles présente « It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, une proposition imaginée par...

Prix Occitanie Médicis 2020 : Noëlle Pujol lauréate et Boris Geoffroy « coup de cœur » de la 3ème édition

Après délibérations les 27 et 28 mai, le jury a désigné Noëlle Pujol comme lauréate du prix Occitanie Médicis 2020. Elle...
Partagez
Tweetez
Enregistrer