Van Gogh, Alice Neel et Rebecca Warren à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Au cours du printemps et de l’été 2017, la Fondation Vincent van Gogh Arles accueille trois nouvelles expositions consacrées à Van Gogh, Alice Neel et Rebecca Warren.

« Calme et Exaltation. Van Gogh dans la Collection Bührle » rassemble huit toiles de l’artiste. Six des sept tableaux de la collection de l’industriel suisse sont présentés au côté de deux prêts en provenance l’un d’une collection particulière et l’autre du musée Van Gogh d’Amsterdam.

La rétrospective « Alice Neel : Peintre de la vie moderne » qui circule en Europe depuis 2016 s’arrête pour l’été à Arles. Plus de soixante-dix tableaux figuratifs permettront de découvrir cette artiste américaine. À contre-courant des mouvements artistiques new-yorkais de l’après-guerre, elle appréciait la peinture de Van Gogh et Cézanne…

Deux sculptures colorées de Rebecca Warren accueillent les visiteurs dans la cour de la fondation.

À lire ci-dessus, la présentation de ces trois expositions par la Fondation.
Chronique a lire ici sur « Calme et Exaltation – Van Gogh dans la Collection Bührle »
et ici sur la superbe rétrospective « Alice Neel : Peintre de la vie moderne ».

En savoir plus :
Sur le site de la Fondation Vincent van Gogh Arles
Suivre l’actualité de la Fondation Vincent van Gogh Arles sur Facebook, Twitter et Instagram
Sur le site de la Collection Bührle
Sur le site Alice Neel
Rebecca Warren sur les sites de la Maureen Paley Gallery et de la Matthew Marks Gallery

Présentation des expositions de l’été 2017 par la Fondation Vincent van Gogh Arles

L’exposition « Calme et Exaltation. Van Gogh dans la Collection Bührle » organisée par la Fondation Vincent van Gogh Arles au cours du printemps et de l’été 2017 présente un ensemble de huit peintures, représentatif de la fulgurante progression stylistique de l’artiste tout au long de sa brève carrière. Les prêts proviennent de deux institutions : sept peintures sont issues de la collection éponyme de l’industriel suisse – dont six font aujourd’hui partie de la Fondation Collection E. G. Bührle à Zurich – et la huitième toile, visible à la Fondation pendant une année, est un prêt du musée Van Gogh d’Amsterdam. L’approche du « portrait moderne » et l’expressivité de Vincent van Gogh ont inspiré de nombreux artistes, dont Alice Neel (1900-1984) l’une des plus grandes peintres figuratives américaines du xxe siècle.

Depuis juin 2016, une importante rétrospective sur cette artiste circule en Europe. L’exposition « Alice Neel : Peintre de la vie moderne » fait une longue escale à la Fondation Vincent van Gogh Arles en 2017, et réunit plus de soixante-dix tableaux en provenance de nombreuses institutions et collections privées. Cet événement d’envergure nous permet de saisir l’ampleur du travail de Neel, qui se consacra à l’art du portrait, allant ainsi à contre-courant de l’idéologie dominante dans le New York d’après-guerre, laquelle érigeait l’abstraction comme l’étendard de la modernité.

Alice Neel appréciait les peintres européens du xixe siècle tels que Van Gogh et Cézanne, qui privilégiaient, comme elle, la spontanéité et l’expression de l’état d’esprit de l’artiste. Ses toiles dégagent une grande intimité et embrassent la réalité quotidienne avec un regard particulier. Ses portraits de jeunesse, qui figurent les classes sociales défavorisées, sont marqués par une palette sombre. À l’issue de ses soixante années de carrière, l’artiste nous lègue un panorama majeur et foncièrement humain des personnages hauts en couleur qui ont traversé le siècle. Elle n’a cessé de représenter, avec authenticité, la substance profonde d’une époque, y compris les bouleversements socio-culturels qu’ont connus les femmes – elle déclara d’ailleurs : « Les femmes disposent d’une nouvelle liberté : être elles-mêmes, découvrir qui elles sont réellement. »

Ce n’est donc pas un hasard que soient exposées dans la cour d’entrée de la Fondation deux sculptures de Rebecca Warren. À travers le médium de la sculpture en bronze, recouverte de couches de peinture bariolées, Warren interroge une histoire de l’art écrite par les hommes, et transforme ces références en un amalgame onirique et troublant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here