Jean-Louis Delbès – Une autre histoire à la Friche de la Belle de Mai – Marseille

Jusqu’au 7 mai 2017, la Friche de la Belle de Mai présente une des quatre expositions « Jean-Louis Delbès – Une autre histoire », une proposition de la famille et des amis de Jean-Louis Delbès, produit par l’association Images Actes Liés, sous la direction de Laetitia Pesenti

Jean-Louis Delbès - Une autre histoire à la Friche de la Belle de Mai, 2017 - Vue de l'exposition
Jean-Louis Delbès – Une autre histoire à la Friche de la Belle de Mai, 2017 – Vue de l’exposition

Au 4éme étage de la Tour-Panorama, l’exposition rassemble une importante sélection de peintures abstraites du milieu des années 1980, grands formats inspirés par les déambulations de l’artiste à Marseille et dans d’autres villes portuaires. Ces toiles sont accompagnées par un ensemble d’œuvres sur papier et par quelques documents.

La scénographie très dépouillée est avant tout au service des toiles de Deldès, accompagnées de simples cartels. Un bref texte d’introduction au niveau du palier donne quelques indications sur les objectifs de l’exposition. Un feuillet disponible à l’accueil précise les intentions de la commissaire et replace ce projet dans l’ensemble des manifestations « Jean-Louis Delbès – Une autre histoire ».

Jean-Louis Delbès - Une autre histoire à la Friche de la Belle de Mai, 2017 - Vue de l'exposition
Jean-Louis Delbès – Une autre histoire à la Friche de la Belle de Mai, 2017 – Vue de l’exposition

Les cimaises construisent d’intéressantes perspectives, sans proposer un parcours réellement organisé. Le regardeur est libre de flâner comme il le souhaite. Ce choix opportun a pour objectif affirmé d’inviter « à une déambulation poétique qui résonne avec celle de Jean-Louis Delbès, à la source de son œuvre ». Dans son texte, Laetitia Pesenti rappelle : « Lors de ses marches dans le paysage urbain, il observe et photographie les murs. Il capture des fragments de ville qui constituent une matière qu’il réemploie à l’atelier ».

Jean-Louis Delbès, Angela Lima et Ocean Motion, 1985
Jean-Louis Delbès, Angela Lima et Ocean Motion, 1985

Entre les fenêtres qui ouvrent sur les voies ferrées, on découvre dans une vitrine trois planches contact qui montrent l’utilisation de la photographie dans le processus de travail de Delbès. À proximité, une douzaine de gouaches sur papier et trois dessins à la pierre noire illustrent le travail préparatoire à ses toiles.

Le flux de lumière naturelle venant sur un côté des tableaux, renforcé par celui des tubes fluorescents au plafond, met particulièrement bien en valeur les grands formats de Delbès.
On a souvent été très critique sur l’éclairage dans ces salles… N’hésitons pas à en souligner ici la réussite !

L’accrochage et la scénographie permettent au regard de divaguer dans les toiles peintes par Jean-Louis Delbès, entre mondes poétiques et prélèvements quasi archéologiques d’espaces urbains où se mêlent graffitis, inscriptions anonymes, et la matière des murs.

Le texte remis au visiteur cite avec pertinence cet extrait de l’article « Les ready-mades transférés de Jean-Louis Delbès » par Bernard Lamarche-Vadel (Jean-Louis Delbès, Ed.CAP de Saint-Fons, 1986) :

« Tout en marchant, ce peintre qui préfère laisser à n’importe qui le soin d’élaborer n’importe quoi que l’on nommera tableaux et peintures, constate que les tableaux étaient déjà là, les peintures sont exposées. […] Delbès […] contemple l’expression spontanée d’autres promeneurs, les traces d’autres dérives, et il prélève ou plus exactement il pastiche. »

En dehors des travaux préparatoires évoqués ci-dessous, quelques œuvres sur papier sont présentées au fond de l’espace, dans un étroit « cabinet graphique », séparé des peintures sur toiles.
On y retrouve « Les mains du Gréco », un ensemble de quatre gouaches, choisi pour la communication des événements « Jean-Louis Delbès – Une autre histoire ».

Jean-Louis Delbès, Les mains du Greco, 1989
Jean-Louis Delbès, Les mains du Greco, 1989

On y découvre également une série de 10 sérigraphies éditées par Alain Buyse et surtout un étonnant travail réalisé à partir de cartes géographiques. Delbès se réapproprie ces documents scientifiques « par le collage, en les découpant, les réagençant, en leur ajoutant des fragments photographiques ou du texte : la carte devient alors un outil poétique qui évoque un voyage subjectif, personnel à travers les territoires représentés ».

Ici, on ne dira rien sur l’éclairage et les multiples reflets qui imposent quelques déhanchements et vues de biais pour éliminer sa silhouette des œuvres…

Une exposition qui mérite sans conteste un passage par La Friche, avant le 7 mai !

Une chronique précédente a été consacrée à l’exposition présentée au FRAC PACA. On peut la retrouver ici.

Monographie, éditée par Arnaud Bizalion. 250 reproductions d’œuvres sont accompagnées de textes de Sally Bonn, François Bazzoli, Philippe Cyroulnik, Olivier Kaeppelin, Bernard Lamarche-Vadel, Jean-Louis Marcos,Romain Mathieu, Bernard Millet et Jean-Louis Pradel.

À lire, ci-dessous, le texte de présentation du projet « Jean-Louis Delbès – Une autre histoire » et quelques repères biographiques, extraits du dossier de presse

En savoir plus :
Sur le site du FRAC PACA
Sur le site Jean-Louis Delbès
Jean-Louis Delbès sur documentsdartistes.org

Jean-Louis Delbès – Une autre histoire

Jean-Louis Delbès fait partie de ces artistes dont il est impossible, si on ne connaît qu’une partie de leur travail, d’en imaginer la totalité.

Ses explorations autant thématiques que formelles sont multiples. Des oeuvres proches du Pop Art à la Figuration Narrative, d’un travail sur les traces laissées par le temps sur les docks aux « mats » qui évoquent une certaine lecture de l’Histoire de l’Art, de l’utilisation de l’écriture comme matière poétique à la reprise des enseignes publicitaires les plus célèbres… Il utilise la peinture comme médium principal et occasionnellement l’associe à d’autres techniques comme le dessin et le collage. Il a également réalisé des oeuvres en volume sous forme de maquettes.

Riche de ces différentes explorations, sa création artistique se développe sur vingt-cinq années entre 1978 et 2004.

Jean-Louis Delbès – Une autre histoire est un événement inédit.

À l’échelle de la Ville, dans quatre lieux : le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Art-cade, galerie des Grands Bains Douches de la Plaine, la Friche La Belle de Mai et la galerie du Tableau, en écho avec la production foisonnante de cet artiste, ce projet a su rassembler toutes les collectivités publiques ainsi que le soutien de l’école Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée et de l’artothèque Antonin Artaud. Par ailleurs, cet évènement n’aurait pu se réaliser sans l’aide de nombreuses personnalités de la scène artistique.

Conçue comme une balade à travers la ville, un voyage dans Marseille, la manifestation s’articule autour de plusieurs lieux, autant d’espaces invitant le visiteur à arpenter les rues de la ville, à se déplacer pour aller chercher ailleurs, un autre aspect du travail de l’artiste.

Cette lecture fragmentée, concept même de cet évènement, permet de mettre l’accent sur les différentes explorations de l’artiste avec comme fil conducteur, un des élément central de son travail : la géographie.

À cette occasion, une monographie et un site internet présentant l’oeuvre de Jean-Louis Delbès paraissent.

Jean-Louis Delbès – Repères biographiques

Jean-Louis Delbès (1954 – 2004) En 1975, il entre à l’école des Beaux-Arts de Marseille où il obtient le Diplôme national supérieur d’expression plastique en 1980 sous la direction de François Bret. Parmi ses enseignants, il y a eu Tony Grand, Christian Jaccard, Joël Kermarrec et Claude Viallat.

C’est lors de ses études qu’il rencontre Richard Baquié, Judith Bartolani, Pierre Chanoine, Christian Janni, Piotr Klemensiewicz, Serge Navetat, Sylvie Reno, Gilles Traquini et Brigitte Ricard avec qui il se liera d’amitié, ainsi que Bernard Boyer et Michèle Sylvander.

L’année de son diplôme, il assiste Hans Hartung à Antibes.

En 1981, il crée avec Richard Baquié, Pierre Chanoine, Pierre Corbet, Serge Navetat et Pierre Carbuccia l’association Images Actes Liés qui a son siège au 34 rue de la Joliette, dans l’atelier qu’ils occupent et partagent à Marseille.

Au cours des années, passeront dans cet atelier Frédéric Aubert, Christian Janni et Gilles Traquini qui rejoindront l’association.

Il est représenté par Jean-Pierre Alis à la galerie Athanor puis par Roger Pailhas à l’ARCA.

En 1987, il rencontre Sylvie Anselme avec qui il aura deux filles : Léa en 1989 et Andréa en 1991.

Dans les années 1990, il commence à enseigner les arts plastiques dans des écoles marseillaises telles que le lycée Chevreul, l’école de photographie l’EFET, l’école Actes Sud. Il est également chargé de cours au département d’arts plastiques à l’université d’Aix-en-Provence, puis chargé des cours périscolaires de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Marseille avant d’y être titulaire et d’intervenir en parallèle à l’école d’architecture.

Jean-Louis Delbès adore les voyages et certains pays visités influenceront son oeuvre comme le Brésil, le Burkina Faso et les États-Unis.
Des expositions, des résidences d’artistes ainsi que des missions dans le cadre de son enseignement, l’ont emmené en Italie (Naples), en Argentine (Buenos Aires), au Canada (baie Saint-Paul) ainsi que sur l’île de La Réunion.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here