Viandes Foraines à La Friche de la Belle de Mai – Marseille

Événement majeur du Printemps de l’art contemporain (PAC) 2017, l’exposition « Viandes Foraines » a investi jusqu’au 30 juillet les plateaux 3 et 4 de la Tour Panorama à de La Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Viandes Foraines - Photo ©jcLett
Viandes Foraines – Photo ©jcLett

Delphine Reist, Laurent Faulon, Jean-Baptiste Sauvage et Thomas Teurlai y interrogent avec une étonnante lucidité les productions artistiques contemporaines au travers de leurs propres pratiques, en les confrontant avec l’histoire du lieu.
Ancienne usine de la manufacture des tabacs (Seita) où l’on produisait et emballait des cigarettes à la chaîne, La Friche est aujourd’hui une fabrique artistique qui abrite de nombreux ateliers et lieux de production. Ses plateaux où l’on perçoit toujours les structures industrielles sont devenus les salles d’exposition d’un art en train de se faire…

« Viandes Foraines » est l’aboutissement de multiples échanges entre les quatre artistes. Ce projet a commencé à prendre forme pendant leur résidence commune au sein des ateliers de la Cité des arts de la rue, en août 2016. Suggérant de réfléchir l’exposition pour La Friche, Sextant et plus / Group s’est investi de plus en plus dans l’important travail de production qu’exigeait une telle entreprise.

« Viandes Foraines » est une véritable exposition collective dont le commissariat a été assuré pleinement par les quatre artistes. Toutes les œuvres de Delphine Reist, Laurent Faulon, Jean-Baptiste Sauvage et Thomas Teurlai sont inédites et ont été produites pour l’exposition.

Si le caractère conceptuel de « Viandes Foraines » est indéniable, il y une forte matérialité dans les œuvres de quatre protagonistes. Au-delà de la distance, de l’humour et des questionnements parfois de la dérision et de l’ironie qui interpellent le visiteur, l’exposition sait aussi quelquefois proprement émouvoir si on lui accorde l’attention et le temps nécessaire…

Chaque artiste occupe sa ligne avec ses idées, ses concepts, ses matériaux, ses outils, ses protocoles, son originalité. Bien entendu, un tel dispositif moque avec ironie le caractère compétitif de nombreuses expositions collectives, foires et autres biennales.
Au-delà des dialogues incontournables, réels ou fantasmés qui sont supposés être des clefs de voûte d’une exposition, il y a dans « Viandes Foraines » d’authentiques interpénétrations, superpositions, des échanges au sens physique du terme d’objets, de matériaux ou d’idées.

Il faut prendre le temps de voir et revoir cette exposition et d’en méditer le propos. Les quatre installations sont chacune accompagnées d’un cartel au format affiche. Ils rassemblent un ensemble de textes, citations et références qui offrent quelques pistes de réflexion aux visiteurs…

La découverte du second plateau est un moment surprenant qui pose avec force et évidence les questions de l’unicité de l’œuvre d’art contemporain, des multiples et du marché.

« Viandes Foraines » est sans aucun doute une des expositions les plus puissantes qui aient été présentées de ces dernières années à La Friche. À ne pas manquer.
Saluons le remarquable travail de production de Sextant et plus / Group pour cette exposition.

À voir ci-dessous, une présentation par chaque artiste de sa « ligne de production ».

En savoir plus :
Sur le site de La Friche
Sur le site de Sextant et plus / Group
Télécharger les textes d’accompagnement depuis le site de Sextant et plus / Group
Sur le site de Jean-Baptiste Sauvage
Laurent Faulon sur le site de Tmproject, Genève
Delphine Reist sur le site de l’IAC, Villeurbanne
Thomas Teurlai sur le site de la galerie Loevenbruck

Viandes Foraines : Jean-Baptiste Sauvage

Viandes Foraines : Delphine Reist

Viandes Foraines : Laurent Faulon

Viandes Foraines : Thomas Teurlai

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here