Manoela Medeiros, Falling Walls à la Double V Gallery, Marseille

Jusqu’au 28 octobre 2017, la Double V Gallery présente « Falling Walls », premier solo show en France de l’artiste brésilienne Manoela Medeiros.

Manoela Medeiros, Falling Walls à la Double V Gallery, Marseille - Photo Double V Gallery
Manoela Medeiros, Falling Walls à la Double V Gallery, Marseille – Photo Courtesy Double V Gallery

Cette proposition imaginée par Emmanuelle Oddo est assurément une des expositions les plus abouties de la Rentrée de l’Art Contemporain à Marseille.

Les cimaises de la galerie Double V accueillent deux séries d’œuvres sur toile et une installation autour d’une « poétique de la ruine » sur laquelle l’artiste fonde sa pratique qui oscille entre déconstruction et reconstruction. Toutes les pièces ont été réalisées pour l’exposition, peu avant le vernissage.
L’accrochage et l’éclairage particulièrement soignés valorisent parfaitement le travail délicat de Manoela Medeiros.

Ruine I, II et IV

Pour cette série, Manoela Medeiros commence par appliquer plusieurs couches d’enduit coloré sur sa toile, avant de les écailler pour construire par soustraction une composition imprévisible « les décombres précipités au sol portent la trace d’un temps révolu ».

Le grand format de Ruine I (146 x 291 cm) illustre de façon spectaculaire ce travail de déconstruction…

Manoela Medeiros, Ruine I, 2017 - Falling Walls - Double V Gallery
Manoela Medeiros, Ruine I, 2017 – Falling Walls – Double V Gallery

Continent I à V

Dans ces œuvres de taille plus réduite (30 x 40 cm), Manoela Medeiros procède à l’inverse. À partir de fragments de murs et de plâtre aux couleurs délavées, collectés sur des chantiers de démolition, l’artiste compose une cartographie abstraite, évocation des « différentes périodes et occupants qui ont marqué les lieux, dessinant une véritable archéologie de nos habitats ».

Nature morte

Cette installation, réalisée à partir de quelques briques et d’un peu de plâtre pigmenté, rappelle l’ossature de certaines architectures brutalistes, plus ou moins ruinées, qui renvoient immanquablement à l’Unité d’habitation de la Cité Radieuse du Corbusier.

Exposé cette année au 62e Salon de Montrouge et à la 67e édition de Jeune Création à la galerie Thaddeus Ropac, le travail de Manoela Medeiros impose un passage par la Double V Gallery.

À lire ci-dessous le texte de présentation d’Emmanuelle Oddo, extrait du dossier de presse, et quelques éléments biographiques issus du site de Manoela Medeiros.

À noter qu’Emmanuelle Oddo et la Double V Gallery proposent jusqu’au 30 septembre « Villa Santo Sospir », une exposition hors les murs au premier étage de Jogging, au 103 de la rue Paradis. Ce projet qui se définit comme « hommage à l’empreinte de Jean Cocteau sur la Côte d’Azur », rassemble des peintures, dessins, céramiques, sérigraphies et fresques de Clara Champsaur, Coraline de Chiara, Pauline Sarrus et Alexandre Benjamin Navet.

En savoir plus :
Sur le site de la Double V Gallery
Suivre l’actualité de la Double V Gallery sur Facebook et Instagram
Sur le site de Manoela Medeiros

Manoela Medeiros, Falling Walls

« C’est au cœur de la poétique de la ruine que l’artiste brésilienne Manoela Medeiros a ancré sa pratique. Telle une ode à l’architecture résiduelle, son oeuvre multiple – sculpture, peinture, installation, performance – entretient un rapport étroit à l’espace visible et invisible. Dialoguant avec la matière, l’artiste pénètre l’histoire des lieux, met en scène le vide, l’absence, l’abandon. Sa méthode repose sur un système de déconstruction, d’excavation et d’altération de la matière : des couches d’enduits pigmentés sont accumulées, jour après jour, avant que l’artiste ne vienne écailler la toile, révélant des compositions accidentelles dont les décombres précipitées au sol portent la trace d’un temps révolu.

D’autres fois, il s’agit au contraire de reconstruire à partir de vestiges, dans une volonté de sauver le passé. Chaque découverte d’un lieu abandonné devient alors prétexte à la collection de fragments de murs, dont les couleurs fanées puis rassemblées sur le chassis de l’artiste évoquent les différentes périodes et occupants qui ont marqué les lieux, dessinant une véritable archéologie de nos habitats. Une éloge du temps, une poésie de l’espace par laquelle Manoela Medeiros renvoie la ruine à son état le plus vivant, lorsque, mise à nue, elle dialogue avec le jour ou la pluie. C’est ce ballet entre les angles, les recoins et les ouvertures, dont l’artiste rend compte à travers ses installations in-situ, sculptant à même les murs les lignes suggérées par la lumière, étendues éclatantes ou hiatus imperceptibles qu’il s’agissait de déceler.

A l’occasion de sa première exposition personnelle en France, qui se tient à Marseille, l’artiste a imaginé une scénographie en écho à la Méditerranée : l’installation de briques aux cellules colorées rappelle la composition de La Cité Radieuse bâtie par Le Corbusier, tandis que les aplats de couleurs sur les murs renvoient à La Muralla Roja (Espagne), chef d’oeuvre architectural de Ricardo Bofill, inspiré des casbah. Partie intégrante de cette composition immersive, une série d’oeuvres réalisées à partir de fragments de différentes villes, font allusion à la migration, semblant tantôt en accuser les plaies, tantôt en dessiner les nouveaux territoires possibles. »

Emmanuelle Oddo

À propos de Manoela Medeiros (extrait de son site) :

Née à Rio de Janeiro (1991)
Vit et travaille à Rio de Janeiro et à Paris.

Manoela Medeiros à la Double V Gallery
Manoela Medeiros à la Double V Gallery

« Avec la présence et l’utilisation du corps comme principal instrument de mon travail, je cherche à toucher les abstractions au travers de questionnements autour du temps et de l’espace, du vide et de l’invisible. À la croisée de différents médias mon travail utilise essentiellement la sculpture, la peinture, la performance et les installations ».

Formation
2015 — Escola de Artes Visuais Parque Lage, Programme PAC II, Rio de Janeiro, BR
2013 — Institute of Art, Design and Enterprise IADE, Lisboa, PT
2012 — École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, FR
2009 — Pontifícia Universidade Católica, BA Graphic Design, Rio de Janeiro, BR
2009 — Escola de Artes Visuais Parque Lage, Programme Fundamentação, Rio de Janeiro, BR

Expositions individuelles
2017 — Poeira Varrida, Galerie Fortes D’Aloia & Gabriel, São Paulo, BR
2017 — Falling Walls, Double V Gallery, Marseille, FR
2015 — Instruções para construção de uma ruína, Galerie Casamata, Rio de Janeiro, BR
2015 — é. é. é,curadoria de Maria Catarina Duncan, Galerie Zipper (projet zip’up), São Paulo, BR
2014 — O próprio universo dobrado a um canto, Galerie Casamata, Rio de Janeiro, BR

Expositions collectives (sélection)

2017 — Prix Jeune Création, Galerie Thaddeus Ropac, Paris, FR
2017 — 62 Salon de Montrouge, Le Beffroi, Montrouge, FR
2017 — Micro Salon #7, Galerie L’insable, Paris, FR
2017 — Displacement, comissariat Gabriela Davies, Jacarandá, Rio de janeiros, BR
2016 — Hallstatt, comissariat Maria do Carmo Pontes e Kiki Mazzucchelli, Fortes D’aloia & Gabriel, SP, BR
2016 — Arte Pará, comissariat Paulo Herkenhoff e Marcelo Campos em FMR, Belém,BR
2016 — In Between, comissariat Luisa Duarte, Galerie Bergamin & Gomide, São Paulo, BR
2016 — Caso o Acaso, Galerie Central, São Paulo, BR
2016 — 41º SARP Salão de Arte de Ribeirão Preto, São Paulo, BR
2016 — Salon Novissimos, Galeria Ibeu, Rio de Janeiro, BR
2016 — Pavilhão, Casa França-Brasil, Rio de Janeiro, BR
2016 — Unânime Noite comissariat Bernardo de Souza à Galerie Bolsa de Arte São Paulo, BR
2015 — Quarta-feira de cinzas, comissariat Luisa Duarte, Parque Lage, Rio de Janeiro, BR
2015 — Verbo, Galerie Vermelho, São Paulo, BR
2015 — A mão negativa, comissariat Bernardo José de Souza, Parque Lage, Rio de Janeiro, BR
2015 — 11º Abre Alas, Galerie A Gentil Carioca, Rio de Janeiro, BR
2015 — O tempo da duração / Le temps de la durée, LapaSoho, Rio de Janeiro, BR
2015 — Morro, comissariat Ulisses Carrilho, Mesa, Rio de Janeiro, BR
2014 — Finalistas IADE, Palácio Quintela, Lisboa, PT
2012 — In The Box, Bastille Design Center, Paris, FR
2012 — Simona, Atelier Vilmouth École des Beaux Arts, Paris, FR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here