Pascal Pinaud – « Parasite Paradise » au Frac PACA

Il ne reste plus que quelques semaines (jusqu’au 5 novembre 2017) pour faire l’expérience de « Parasite Paradise » que propose Pascal Pinaud au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, jusqu’au 5 novembre 2017.

Que l’on admire ou pas la production de l’artiste, l’exposition mérite sans aucun doute une visite. Sans arrêt, elle bouscule le visiteur, remet en cause ses certitudes, brouille ses perspectives, l’empêche de voir, l’oblige à regarder autrement…

L’exposition « Parasite Paradise » est la conclusion d’un cycle commencé en 2015 au Frac Bretagne avec « Sur la route » et qui s’est ensuit poursuivit avec « C’est à vous de voir… » à l’Espace de l’Art Concret et « Sempervivum » à la Fondation Maeght en 2016-2017.
Chaque projet a été l’occasion pour l’artiste d’interroger l’espace comme lieu d’exposition et de transformation de ses créations. En jouant sur les caractères particuliers des lieux, sur leurs défauts comme sur leur qualité, il a cherché à créer de nouvelles conditions de dialogues entre œuvres, architectures et regardeurs.

Dans un entretien avec les chargées des publics du Frac, reproduit dans le document d’accompagnement de la visite, il définit ainsi ses intentions pour « Parasite Paradise » :

« Comment renouveler le regard ? Comment agir sur la posture du visiteur ? Ne faut-il pas réfléchir à de nouveaux dispositifs d’accrochage des œuvres ?

 

Au plateau 1, j’ai imaginé une jetée pour voir les œuvres d’une certaine hauteur et donner le sentiment qu’elles sont abandonnées au fond d’une étendue d’eau. J’ai pensé aussi aux villes-néons, à Las Vegas, à une fête foraine, lorsque tout s’arrête, tout s’éteint, se termine…

Au plateau 2, il y a un grand socle sur lequel est disposée toute ma collection de tapis. Cet ensemble forme une sorte de nappage, de patchwork… Un tableau se trouve à chaque intersection de deux tapis, il s’agit en quelque sorte d’un système d’accrochage, comme si on avait renversé une cimaise… »

Écouter Pascal Pinaud parler de son « Parasite Paradise » est à la fois fascinant et dérangeant. Tout paraît très construit, cohérent. Rien ne semble laisser au hasard. Mais le propos part dans tous les sens, s’interrompt, rebondit de provocation en connivence.

Pascal Pinaud - « Parasite Paradise » au Frac PACA - Plateau 1
Pascal Pinaud – « Parasite Paradise » au Frac PACA – Plateau 1

Pour la troisième émission de « 6ème plateau », Radio Grenouille a rencontré Pascal Pinaud. Il y raconte la manière dont l’exposition « Parasite Paradise » et revient sur de nombreuses œuvres qui y sont présentées.

L’expérience de « Parasite Paradise » est déstabilisante, parfois éreintante, on en sort un peu chancelant et dubitatif… Qu’est-ce qu’il y a de réellement neuf dans cette façon d’interroger l’exposition ? Permet-elle de voir ou de revoir d’une autre manière le travail de Pascal Pinaud ? Regardera-t-on autrement les espaces et l’architecture du Frac ?

Le cycle d’exposition au Frac Bretagne, à l’Espace de l’Art Concret, à la Fondation Maeght et au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur est accompagné par l’édition de Magnetic Abstraction, un ouvrage qui rassemble un entretien entre Fabienne Grasser-Fulchéri, Pascal Neveux, Olivier Kaeppelin et Pascal Pinaud, deux essais critiques de Julie Crenn et de Fabien Faure ainsi que des reproductions des œuvres récentes de l’artiste.

En savoir plus :
Sur le site du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur
Suivre l’actualité du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur sur Facebook et Twitter
Sur le site de Pascal Pinaud
Pascal Pinaud sur le site de la Galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here