Sextant et plus / group : Ouverture d’ateliers à la Friche la Belle de mai

Sextant et plus / group propose de découvrir le travail de ses résidents à l’occasion d’une visite d’atelier à la Friche Belle de mai, le jeudi 16 novembre de 17h à 21h. .

À l’occasion de la Rentrée de l’Art Contemporain à la Friche, on avait pu rapidement rencontrer Zainab Andalibe, Sanae Dannoune et Hanane El Farissi, les trois artistes invitées du projet Résidences « Résidences Méditerrannée ». Ce fut l’occasion de retrouver Zainab Andalibe dont on avait pu apprécier le travail au musée Fabre de Montpellier où elle partageait une exposition avec Nelly Monnier comme lauréates du prix Félix Sabatier 2012.

On attend avec beaucoup de curiosité de voir les productions réalisées par ces trois jeunes artistes marocaines à l’occasion de leur résidence à Marseille.

Cette ouverture d’atelier sera accompagnée par la présentation des créations d’Estel Fonseca et Ishem Rouiaï. Ces deux artistes sont en résidence depuis mai 2017 dans le cadre du programme « Ateliers de la Cité » de la Fondation Logirem dans les cités de la Bricarde (Marseille 15ème) et de Fonscolombes (Marseille 3ème), un projet coordonné par Sextant et plus.

On reviendra éventuellement sur ces visites.

À lire, ci-dessous, une brève présentation des programmes « Résidence Méditerranée – Maroc » et « Ateliers de la Cité » ainsi que celle des artistes invitées. Ces informations sont extraites des sites de Sextant et plus et de la Friche la Belle de mai.

En savoir plus :
Sur le site de Sextant et plus / group
Suivre l’actualité de Sextant et plus / group sur Facebook et Twitter
Sur le site de la Friche la Belle de mai et en particulier la page «Résidence Méditerranée – Maroc»
Suivre l’actualité de la Friche la Belle de mai sur Facebook et Twitter.
Sur les sites de Zainab Andalibe et Hanane El Farissi.
Télécharger les portfolios de Zainab Andalibe, Sanae Dannoune et Hanane El Farissi ainsi que ceux d’Estel Fonseca et Ishem Rouiaï.

À propos du programme « Résidence Méditerranée – Maroc»

Depuis 2015, la Friche la Belle de Mai et l’Institut Français du Maroc ont initié le programme « Résidence Méditerranée ». Ce dispositif de résidences a pour objectif l’accueil d’artistes émergents marocains à Marseille pour encourager leur mobilité en Méditerranée : cette résidence à la Friche leur propose un cadre de recherche et de création sur mesure qui leur permet de développer leur pratique artistique et de (re)découvrir la scène artistique française.

Des ouvertures d’ateliers au public, des rencontres avec des professionnels (commissaires, critiques d’art, journalistes…) sont mis en place tout au long des résidences afin de créer de nouvelles collaborations et d’assurer une visibilité des travaux en cours.

À ce jour plus d’une dizaine d’artistes ont été accueillis à la Friche la Belle de Mai issus des arts visuels et de la danse tels que Abdessamad El Montassir, Soukaina Joual et Youness Khoukhou.

L’année 2017 voit l’accroissement de ce programme par l’accueil de 6 artistes arts visuels que sont: Zainab Andalibe, Hanane El Farissi, Sanae Dannoune, Mohammed Amine El Makouti, Amine Oulmakki, Safaa Mazirh & M’Hammed Kilito avec des pratiques allant de la photos aux arts numériques.

Zainab Andalibe

Zainab Andalibe est membre de la coopérative de recherche à l’Ecole des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand et diplômée des Beaux-Arts de Montpellier. En 2012, elle gagne le Prix Félix Sabatier, décerné par le musée Fabre à Montpellier. Elle a participé à de nombreuses expositions collectives à travers le monde (Etats-Unis, Maroc, Suisse, Danemark) mais aussi personnelles.

© Zainab Andalibe
© Zainab Andalibe

Pour cette artiste, trouver un point d’équilibre entre une recherche esthétique et un contexte social c’est concevoir l’objet en tant qu’élément donnant ouvertement à penser. Penser une situation, une réalité. Celle d’un double rapport possible, d’un lien ou d’une collision entre l’ici et l’ailleurs, le commun et l’étrange(r), dans un mouvement constant entre ce qui serait établi et ce qui est irrégulier.
Cette recherche touche à la notion du contexte en tant que révélateur d’un paysage ontologique, celui du lien entre Nous, les Autres dans un Lieu. C’est à la fois dans ces distances et dans ces rapprochements que se créé le paysage.

Sanae Dannoune

Sanae Dannoune, « Le Poumons et ses avatars »© Sanae Dannoune
Sanae Dannoune, « Le Poumons et ses avatars »© Sanae Dannoune

Née en 1992 à Beni Mellal au Maroc, Sanae Dannoune est diplômée des Beaux-Arts de Tétouan. Elle a participé au Festival International d’Art Vidéo de Casablanca, à la Biennale de Marrakech.

Elle continue et développe son projet intitulé « Le Poumons et ses avatars » lors de sa résidence à la Friche. Elle y explore divers formats plastiques, dessins, performances, photos réalisés à partir des caractéristiques du poumon: sa forme, sa constitution, son rôle essentiel dans le vivant, à la fois biologique et sensitif… Elle se concentre sur la respiration, ses anomalies, ses problèmes et notamment l’angoisse.

Hanane El Farissi

Hanane El Farissi, Performance « Rue Guibal », Marseille © Hanane El Farissi
Hanane El Farissi, Performance « Rue Guibal », Marseille © Hanane El Farissi

Hanane El Farissi est née au Maroc à Skhirate le 02 Mai 1990, vit et travaille entre Rabat et Bruxelles. Diplômée en 2013 de l’Institut des Beaux-Arts de Tétouan et de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre à Bruxelles en 2017, cette jeune artiste pluridisciplinaire amène à questionner sur l’identité et l’histoire, incluses dans des sociétés toujours évacuatrices.

Lors de sa résidence à la Friche, son projet consiste à faire un travail plastique et visuel in-situ, inspiré par le site historique, culturel, économique et cosmopolite de la ville de Marseille. Il débutera dans un premier temps par un travail de dessin, et qui prendra par la suite d’autres formes artistiques, tels que la vidéo, la photographie, l’installation…etc.

À propos des « Ateliers de la Cité »

Les « Ateliers de la Cité » sont des résidences d’artistes initiées par la Fondation d’Entreprise Logirem dans les cités de la Bricarde (Marseille 15ème) et de Fonscolombes (Marseille 3ème).
Coordonné par Sextant et plus, le projet vise le soutien de la création contemporaine par l’accompagnement professionnel des artistes résidents, accueillis pour un ou deux ans, la production d’une œuvre trace en lien avec le contexte de création et le développement de la relation aux habitants par des actions de médiation et des ateliers de pratique artistique hebdomadaires tout au long de la période de résidence.

Estel Fonseca

Estel Fonseca, COMPOSER, étirements et torsions, 2017. Installation murale in situ qui intègre la série INFORMES et la série CHAIR
Estel Fonseca, COMPOSER, étirements et torsions, 2017. Installation murale in situ qui intègre la série
INFORMES et la série CHAIR

Née en 1987, vit et travaille à Marseille.
L’intérêt d’Estel Fonseca pour les notions de présence, de verticalité et d’usage croise des obsessions liées au corps, aux rebuts et à la marge. « Dans une ville organique qui nous nourrit de sa richesse pauvre, où le vent bouge le plastique et la matière. Ça coule. Ça s’amasse. Les détails y respirent avec amplitude et rythme. Le corps y exerce ses limites et réapprend à voir, à s’ancrer, à rester debout, porté par son souffle et sa force verticale. »

Ishem Rouiaï

Ishem Rouiaï
Ishem Rouiaï

Né en 1986, vit et travaille à Marseille.
Sculpture, installation, mais surtout peinture, le travail d’Ishem Rouiaï emprunte autant au graffiti qu’à l’impressionnisme, s’inspire autant d’un brutalisme urbain ou que d’une nature luxuriante ou primitive, il fait dans tout les cas référence à une histoire intime et personnelle au travers d’une composition graphique pure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here