Expositions d’hiver 2017-2018 à la Collection Lambert – Avignon

Du 3 décembre 2017 au 20 mai 2018, la Collection Lambert présente trois nouvelles expositions :

  • Djamel Tatah « Échos avec des dessins et peintures classiques et les monochromes de la Collection Lambert ». Pour ce projet, Djamel Tatah engage un dialogue avec un ensemble d’artistes minimalistes de la Collection Lambert et avec une sélection de 50 œuvres issues du cabinet de dessins de l’école des Beaux-Arts de Paris.
  • « I love Avignon » se présente comme un hommage à la ville par des artistes qui ont exposé à la Collection Lambert depuis son ouverture dans la cité des Papes.
  • « Rêvez #2 » est la deuxième édition de l’exposition et du prix Yvon Lambert pour la jeune création. Cette année, ce sont de jeunes diplômés des Beaux-Arts de Paris où enseigne Djamel Tatah et ceux de l’École Supérieure d’Art d’Avignon qui sont invités à présenter leur travail.

On attend avec intérêt ces propositions et particulièrement l’exposition de Djamel Tatah dont on garde le souvenir de son passage à la Collection Lambert en 2013 pour « Mirages d’Orient, grenades & figues de barbarie » ou encore celui de ses vastes toiles dans le Panorama de la Friche de la Belle de Mai pour « Ici, ailleurs » dans le cadre de Marseille-Provence 2013.

Chroniques à suivre après un passage à la Collection Lambert.

À lire, ci-dessous, les textes de présentation des trois projets.

En savoir plus :
Sur le site de la Collection Lambert
Suivre l’actualité de la Collection Lambert sur Facebook
Sur le site de Djamel Tatah
Sur le site des Beaux-Arts de Paris

Djamel Tatah - Robert Barry à la Collection Lambert. Photo Collection Lambert.
Djamel Tatah – Robert Barry à la Collection Lambert. Photo Collection Lambert.

Djamel Tatah « Échos avec des dessins et peintures classiques et les monochromes de la Collection Lambert »

« Mon expérience de la peinture tente d’être une expérience du partage. Une vision qui en rencontre une autre. C’est peut-être cela la grâce de l’art : réussir à faire quelque chose qui est accessible à quelqu’un d’autre ».
Djamel Tatah

À partir du mois de décembre, la Collection Lambert propose une exposition inédite construite sous la forme d’un dialogue sensible entre les œuvres de Djamel Tatah et celles des artistes minimalistes de la Collection Lambert.

Djamel Tatah, Untitled, 2016
Djamel Tatah, Untitled, 2016

Après des études à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne, Djamel Tatah s’engage dans la peinture et, dès la fin des années 1980, opte pour de grands formats polyptyques au fond monochrome sur lesquels apparaissent des figures humaines à taille réelle qui viennent ainsi partager l’espace du musée avec le spectateur de manière poétique et singulière.

S’inscrivant à la fois dans la tradition de la peinture classique et dans celle du monochrome moderniste et contemporain, ses œuvres seront présentées à la Collection Lambert de telle sorte qu’elles dialoguent avec les œuvres minimales de Robert Ryman, Brice Marden, Robert Mangold, Robert Barry ou Richard Serra et celles d’artistes classiques telles les peintures de Corneille de Lyon réalisées au XVIe siècle ainsi qu’une sélection de 50 œuvres issues du célèbre cabinet de dessins de l’école des Beaux-Arts de Paris. Vivant et travaillant depuis quelques années près d’Avignon, l’artiste proposera au-delà de l’exposition une série de rencontres et de workshops organisés dans son atelier avec le service éducatif du musée et à la Collection Lambert.

Un catalogue richement illustré sera publié aux éditions Actes Sud avec le soutien de Ben Brown Fine Arts. Il réunira les textes de Danièle Cohn, Eric de Chassey, Eric Mézil.

Les artistes
Djamel Tatah
Robert Barry, Vicente Carducho, Jean-Baptiste Carpeaux, Sébastien Cornu, Michel François Dandré-Bardon, Corneille de Lyon, Henri de Triqueti, Eugène Delacroix, André Dutertre, Hippolyte Flandrin, Théodore Géricault, Alexandre Hesse, Jean-Antoine Julien, Eustache Le Sueur, Nicolas Lancret, Fernand Léger, Sol LeWitt, Robert Mangold, Brice Marden, Henri Matisse, Jean-François Millet, Barnett Newman, Nicolas Poussin, Pierre Puvis de Chavannes, Robert Ryman, Richard Serra, Djamel Tatah, Cy Twombly, Abraham II Van Stry, Antoine Watteau.

Rêvez # 2

Deuxième édition de l’exposition et du prix Yvon Lambert pour la jeune création. Afin d’ancrer davantage le musée dans la jeune création et de soutenir les artistes nouvellement diplômés, la Collection Lambert propose un projet inédit qui s’inscrit désormais de manière pérenne dans la programmation artistique du musée.

Claude Lévêque, "Rêvez !", 2008, néon multicolore, écriture Gilberte Lévêque. courtesy: l'artiste et kamel mennour, Paris, © ADAGP Paris
Claude Lévêque, « Rêvez ! », 2008, néon multicolore, écriture Gilberte Lévêque. courtesy: l’artiste et kamel mennour, Paris, © ADAGP Paris

Pour la deuxième édition de l’exposition Rêvez ! deux écoles d’art seront mises à l’honneur : Les Beaux-Arts de Paris et l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

Djamel Tatah, à qui nous dédions une exposition dans l’Hôtel de Montfaucon et qui enseigne à Paris, s’est saisi du projet et a proposé à Jean-Marc Bustamante, Directeur des Beaux Arts de Paris et à quatre artistes enseignants — François Boisrond, Tim Eitel, Elsa Cayo, Patrick Tosani — de sélectionner des artistes récemment diplômés de l’école parisienne pour qu’ils soient exposés à la Collection Lambert. Aux côtés de jeunes diplômés de l’école avignonnaise.

Pour l’occasion les Éditions des Beaux-Arts de Paris publieront un catalogue regroupant les oeuvres des artistes et des contributions de Françoise Nyssen, Jean-Marc Bustamante, Éric Mézil et Didier Semin.

Les artistes
Hugo Avigo, César Bardoux, Pierre Bellot, Adrien Blouet, Jean-Charles Bureau, Giacomo Cerlesi, Florentine Charon, Laure Couradette, Joel Degbo, Mathilde Denize, Margaux Derhé, Fabien Ducrot, Bastien Faudon, Mathilde Geldhof, Miryam Haddad, Nathanaëlle Herbelin, Fikria Kaddouri, Mathie Laborie, Yannick Langlois, Romain LeCornu, Alexandre Lenoir, Léonard Martin, Arthur Novac, Baptiste Rabichon, Ahlam Sassi, Victor Vaysse, Hoh Woojung.

J’♥ Avignon
Les artistes et la Collection Lambert

J’♥ Avignon est un hommage à la cité papale qui oublie à l’ombre de ses bâtiments médiévaux que des artistes sont nés dans cette ville ou y ont séjourné. Olivier Messiaen y est né en 1906 et a été organiste à l’Eglise de Saint-Didier, alors qu’on sait moins que Stéphane Mallarmé y a enseigné pendant deux ans.

Francesco Vezzoli, "Les parapluies d'Avignon", 2015, broderie sur impression numérique. Collection Lambert
Francesco Vezzoli, « Les parapluies d’Avignon », 2015, broderie sur impression numérique. Collection Lambert

Depuis l’ouverture de la Collection Lambert il y a près de vingt ans, les artistes se sont succédés et ont rendu hommage à la cité papale, de Cy Twombly et son « Temps retrouvé », à Pure Consciousness (Avignon) d’On Kawara réalisé dans la petite école primaire de Jean-Henri Fabre, de Francesco Vezzoli réinterprétant la célèbre photo d’Agnès Varda avec Jean Vilar et Maria Casarès, à Claude Lévêque, Yan Pei-Ming, Miquel Barceló ou Christian Marclay qui donne avec ironie une note de variétés en retravaillant une pochette de disque de Mireille Mathieu et Joey Kötting qui reprend la fameuse comptine Sur le pont d’Avignon avec une classe d’enfants.

En 1998, au moment où l’Hôtel de Caumont se transformait en musée après avoir été une Université de Lettres, les tableaux noirs d’écoliers avaient échappé à la destruction. Lawrence Weiner, Bertrand Lavier, Niele Toroni les ont librement revisités. Pour l’exposition J’♥ Avignon de nouveaux tableaux d’écoliers vont venir enrichir cette collection atypique, avec Djamel Tatah, Yan Pei-Ming notamment…

Enfin, les combles du musée seront réinvestis pour rappeler l’exposition culte réalisée en 2015 dans la prison d’Avignon, La disparition des Lucioles. Une nouvelle oeuvre de Christian Boltanski rappellera les sombres moments de notre histoire, avec, en miroir, la projection tant demandée de l’oeuvre vidéo où la documentariste et auteure Marceline Loriden-Ivens revient dans la prison après 70 ans : elle y avait été jetée avec son père pendant la Guerre — père qu’elle ne reverra pas alors qu’elle est envoyée à Auschwitz-Birkenau où elle devient camarade de paillasse avec Simone Weil, avec qui elle sera amie jusqu’à sa mort en juillet 2017.

Les artistes
Adel Abdessemed, Pierre-Marie Agin, Miquel Barceló, Christian Boltanski, Cartier Bresson, Auguste Chabaud, Berlinde De Bruyckere, Vincent Fosse, Nan Goldin, Douglas Gordon, François Halard, Roni Horn, On Kawara, Idris Khan, Joey Kötting, Jannis Kounellis, Bertrand Lavier, Louise Lawler, Christian Marclay, Pascal Martinez, Jonas Mekas, Vik Muniz, Yan Pei-Ming, Adam Pendleton, Man Ray, Andres Serrano, Kiki Smith, Niele Toroni, Cy Twombly, Francesco Vezzoli, Lawrence Weiner.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here