Picasso – Donner à voir au Musée Fabre – Montpellier

Du 15 juin 2018 au 23 septembre 2018, le Musée Fabre propose « Picasso – Donner à voir », une des multiples expositions de l’envahissant projet « Picasso-Méditerranée », à l’initiative du Musée national Picasso-Paris.

Avec « Picasso – Donner à voir », le Musée Fabre a pour ambition de montrer « un panorama de l’œuvre de Picasso, s’articulant autour des années charnières au cours desquelles il remet en jeu son vocabulaire, invente de nouveaux procédés, codifie un style nouveau ».

Picasso - Donner à voir au Musée Fabre - Affiche
Picasso – Donner à voir au Musée Fabre – Affiche

Le parcours devrait s’articuler autour de 14 dates clés entre 1895 et 1972 considérées comme des « moments de ruptures, d’explorations stylistiques et d’intense créativité ».

À l’occasion d’une conférence de presse, l’équipe du Musée Fabre annonce le parti pris d’une scénographie ouverte qui multipliera des jeux de perspectives inédits. La muséographie devrait souligner « les résurgences de certains thèmes ou de certains procédés tout au long de la carrière de l’artiste ».

« Picasso – Donner à voir » promet « des confrontations surprenantes entre des œuvres exécutées sur un même laps de temps, mais radicalement différentes par leur style, montrant la capacité de l’artiste à explorer plusieurs hypothèses formelles à la fois ».
Des archives, carnets de dessins et dessins préparatoires, accompagnés de plusieurs dispositifs interactifs permettront « d’éclairer les moments de recherche intense et d’approcher au plus près le processus créatif [de Picasso] ».

L’exposition rassemblera plus de 120 œuvres de toutes techniques : peintures, sculptures, dessins, estampes, céramiques… Les nombreux prêts du Musée national Picasso – Paris seront complétés par ceux de multiples institutions françaises et étrangères (Musées Picasso d’Antibes et Barcelone, Métropolitain Museum of Art New York, National Gallery of Art, Washington, Kunsthaus Zürich, Musée Berggruen Berlin, National Gallery of Art, Washington, Musées des Beaux-Arts de Lyon et Grenoble, Musée d’Orsay et de l’Orangerie, Bibliothèque nationale de France…) ainsi que de plusieurs collections particulières.

La conférence de presse du 16 mai a également annoncé un « Parcours Picasso », partenariat entre cinq musées de Montpellier, Alès, Lodève et Nîmes qui offrira des tarifs réduits pour découvrir les expositions du projet « Picasso-Méditerranée » qu’ils proposent :

  • « Picasso / Dominguin : une amitié », au musée des Cultures Taurines de Nîmes. Du 17 mai au 23 septembre 2018.
  • « Picasso – Donner à voir », au musée Fabre de Montpellier. Du 15 juin au 23 septembre 2018.
  • « Faune fais-moi peur ! Images du Faune, de l’Antiquité à Picasso », au musée de Lodève. Du 7 juillet au 7 octobre 2018.
  • « Picasso et le livre d’artiste », au musée bibliothèque Pierre-Andre Benoit d’Alès. Du 13 juillet au 21 octobre 2018.
  • « Picasso, le temps des conflits », au Carré d’Art-Musée d’art contemporain de Nîmes. Du 19 octobre 2018 au 10 mars 2019.

Au fil des collections, le Musée Fabre annonce plusieurs accrochages en écho à « Picasso – Donner à voir » :

Jusqu’au 4 novembre 2018, au Cabinet Canonge, à la salle ses Modernes et à l’Hôtel Sabatier d’Espeyran, seront présentés plusieurs documents issus du fonds d’œuvres graphiques du Musée Fabre et en particulier un exemplaire exceptionnel du recueil d’estampes de la Suite Vollard réalisé par Picasso entre 1930 et 1937 et édité par le célèbre marchand d’art et éditeur Ambroise Vollard.

Pablo Picasso, Suite Vollard : Faune dévoilant une dormeuse (Jupiter et Antiope, d’après Rembrandt), 12 juin 1936, aquatinte au sucre et au vernis, grattoir et burin sur cuivre. VIème état, Montpellier, musée Fabre, photo © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole / Cliché Frédéric Jaulmes, service presse / musée Fabre, © Succession Picasso, 2018.
Pablo Picasso, Suite Vollard : Faune dévoilant une dormeuse (Jupiter et Antiope, d’après Rembrandt), 12 juin 1936, aquatinte au sucre et au vernis, grattoir et burin sur cuivre. VIème état, Montpellier, musée Fabre, photo © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole / Cliché Frédéric Jaulmes, service presse / musée Fabre, © Succession Picasso, 2018.

Le fonds Sabatier d’Espeyran comprend d’autres gravures et lithographies de Picasso, notamment un autre ensemble, également édité par Ambroise Vollard, Les Saltimbanques, ainsi que des livres illustrés, plus récents, tels Toros et Les Bleus de Barcelone, paru à l’occasion de l’ouverture du musée Picasso de Barcelone.
Une sélection de plaques de cuivre, prêtées exceptionnellement par le musée Picasso Paris, permettra d’évoquer l’atelier de l’œuvre.
Enfin, dans un hommage à leur donateur, un très bel ensemble d’ouvrages illustrés par Picasso, issus du fonds de la médiathèque Émile Zola, complètera le parcours à l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran.

Jean Hugo, l’ami de Picasso.
L’accrochage de la salle Jean Hugo sera l’occasion de rappeler ses liens avec Picasso. Le musée Fabre possède un des plus riches fonds de Jean Hugo qui gravitait dans le cercle de Picasso comme ses amis Jean Cocteau, Erik Satie ou Max Jacob.

Jean Hugo, Les Plaisirs de la plage, 1928. Gouache sur papier Japon. H. 38,2 ; L. 22,6 cm

Le musée devrait également présenter la vidéo de Bertrand Dezoteux « Picasso Land », prêtée par le FRAC Occitanie-Montpellier, dans le cabinet Valedau du 15 juin au 4 novembre.

Bien entendu, on reviendra sur « Picasso – Donner à voir » après le vernissage.
On espère que ce projet saura nous surprendre et offrir des perspectives renouvelées sur l’œuvre du maître espagnol.

En savoir plus :
Sur le site du Musée Fabre.
Suivre l’actualité du Musée Fabre sur Facebook et Twitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here