jeudi 2 juillet 2020

Melika Shafahi – Sortie de résidence à la Friche la Belle de Mai

Melika Shafahi présente pour sa sortie de résidence, vendredi 15 mars 2019 à 16h, un parcours photographique sur les murs extérieurs de la Friche la Belle de Mai.

Melika Shafahi - Rapproche, 2019 - Résidences Méditerranée - Friche la Belle de Mai
Melika Shafahi – Rapproche, 2019 – Résidences Méditerranée – Friche la Belle de Mai

On attend avec curiosité de découvrir les images de cette artiste iranienne qui s’est intéressée aux jeunes qui fréquentent la Friche. Dans son texte de présentation, Melika Shafahi explique :

« Ce sont eux que l’on voit en premier en entrant à la Friche ; ils sont une part importante de son identité. Dans cette série, j’ai voulu aborder le site de la Friche en tant qu’espace social, lieu de vie et de mixité. La diversité des installations draine, dans une même enceinte, des publics variés, dont certains ne se rencontrent que très rarement. Ces mondes différents n’ont pas obligatoirement d’interactions directes, toutefois, ils partagent un lieu où les uns et les autres intègrent le paysage quotidien de chacun »…

Melika Shafahi est la première artiste iranienne qui participe au dispositif Résidences Méditerranée développé par la Friche la Belle de Mai en partenariat avec Fræme (ex Art+ et Sextant et +).

Ce projet, initialement mis en place avec les instituts du Maroc puis d’Algérie, s’enrichit avec la mise en route d’un programme de résidences croisées avec l’Ambassade de France en Iran et Kooshk Residency à Téhéran.

On revient éventuellement sur cette présentation après un passage à la Friche.

À lire ci-dessous un texte de Melika Shafahi, quelques repères biographiques et une présentation par Fræme. Ces textes sont extraits du communiqué de presse.

En savoir plus :
Sur le site de Fræme
Suivre l’actualité de Fræme sur Facebook, Twitter et Instagram
Sur le site de Melika Shafahi et sur Instagram

« Mon travail tourne autour de la question du lien entre des individus et des lieux. Pour cette résidence à la Friche Belle de Mai, je me suis intéressée aux jeunes qui fréquentent la Friche. Ce sont eux que l’on voit en premier en entrant à la Friche ; ils sont une part importante de son identité. Dans cette série, j’ai voulu aborder le site de la Friche en tant qu’espace social, lieu de vie et de mixité. La diversité des installations draine, dans une même enceinte, des publics variés, dont certains ne se rencontrent que très rarement. Ces mondes différents n’ont pas obligatoirement d’interactions directes, toutefois, ils partagent un lieu où les uns et les autres intègrent le paysage quotidien de chacun.

Melika Shafahi - Rapproche, 2019 - Résidences Méditerranée - Friche la Belle de Mai
Melika Shafahi – Rapproche, 2019 – Résidences Méditerranée – Friche la Belle de Mai

Les jeunes qui ont posé pour mes clichés ont grandi avec internet. Ils sont depuis toujours exposés à une masse indistincte d’images. Ils sont eux-mêmes producteurs d’images. À travers les réseaux sociaux, ils se sont habitués à passer par le truchement d’une mise-en-scène photographique dans leurs rapports à l’autre.
Dans chacune de mes photographies, mes modèles se voient attribuer un tissu et une image comme accessoires. Les tissus sont souvent très colorés, parfois clinquants, imitant les codes du luxe. Ce sont des tissus issus de l’apparat populaire. Les images insérées aux mises en scènes sont des photographies, soit glanées sur un moteur de recherche, soit de l’artiste Torbjorn Rodland, dont le travail joue de cette ambiguïté entre googlisation des icônes et œuvres d’art.
Généralement assez indifférents à ces accessoires, les modèles ont toutefois accepté de poser avec, afin d’aboutir à une image publique.
Dans cette série, j’ai donc photographié des jeunes de la Friche, mis-en-scène à l’intérieur de la Friche. Le dispositif est centré sur ces jeunes dont le rapport aux images est aussi riche que complexe. Il ne s’agit pas, à proprement parlé, d’en faire le portrait, mais plutôt de questionner la façon dont ils se représentent eux-mêmes, et ce qu’ils acceptent de montrer aux autres.

J’ai aimé être celle qui, pendant quelques mois, a eu le rôle de chef d’orchestre de ce projet collectif, effaçant toute différence sociale et générationnelle, le moteur ici étant de les ouvrir à des concepts, de leur offrir des gestes, des espaces de réflexion, qu’ils deviennent les acteurs de projets artistiques liés à leur relation avec un espace dont ils sont aussi les habitants. »

Melika Shafahi

Melika Shafahi est née en Iran en 1984. Comme le reste de sa génération née après la révolution islamique de 1979, elle a grandi en négociant avec les paradoxes de la vie iranienne contemporaine : l’influence de la culture de consommation américaine contre la religiosité austère de l’État ; les divisions entre sphères publiques et privées. Après une formation en photographie à Téhéran, Melika Shafahi a étudié à l’École des Beaux-Arts de Lyon et elle vit maintenant entre Téhéran et Paris. Cette formation, fondée sur le contraste et l’hybridité, a été essentielle dans son travail d’artiste.

Melika Shafahi - Rapproche, 2019 - Résidences Méditerranée - Friche la Belle de Mai
Melika Shafahi – Rapproche, 2019 – Résidences Méditerranée – Friche la Belle de Mai

À partir de ces années formatrices, l’artiste travaille souvent en créant des mises en scène méticuleuses et colorées – on pourrait même dire théâtrales – à grande échelle qui reflètent sa propre hybridité, combinant la lumière et la composition typique de la peinture Renaissance avec des références visuelles orientales.

Dans son travail récent, Melika Shafahi explore la culture sociale mondialisée, une esthétique qui elle-même brouille les frontières entre artificiel et réel, faits et fictions, embrassant leur impact sur le comportement de toutes les sociétés.

Melika Shafahi est la première artiste Iranienne à s’inscrire dans le dispositif Résidences Méditerranée développé par la Friche la Belle de Mai en partenariat avec Fræme pour le tutorat en arts visuels. Le projet, initialement mis en place avec les instituts du Maroc puis d’Algérie, voit ici un développement inédit à travers la mise en route d’un programme de résidences croisées fondé sur une approche multi-partenariale avec l’Ambassade de France en Iran et Kooshk Residency à Téhéran.

Melika Shafahi - Rapproche, 2019 - Résidences Méditerranée - Friche la Belle de Mai
Melika Shafahi – Rapproche, 2019 – Résidences Méditerranée – Friche la Belle de Mai

Le travail de Melika Shafahi à la Friche la Belle de Mai s’est nourri des nombreux usagers du site que sont les adolescents. Devenus partie intégrante de l’identité du site, ces groupes hétérogènes de jeunes occupent autant les espaces qui leurs sont dédiés, playground, piste de danse etc., que les nombreux lieux borgnes lorsque les précédents deviennent trop publics pour leurs activités.
Ils sont aussi la Friche d’aujourd’hui, et leur fréquentation du lieu vaut aussi pour ce qu’il abrite. Sans avoir à être les spectateurs des projets qui se font ici, il leur suffit de savoir que c’est là, qu’ici des artistes travaillent, des concerts hurlent, des récits se disent sur scène et des œuvres s’exposent, créant une alchimie agissante qui visiblement échappe aux désirs de l’opérateur culturel. La Friche avec en arrière-plan tout un développé programmatique est devenu leur terrain de jeu et cela leur convient. Melika Shafahi, dans un lent travail d’approche et par ses mises en scène, opère ici un premier renversement de cet état des lieux, usant de sa pratique comme d’un processus d’inclusion inédit où les tribus d’adolescents deviennent aussi des acteurs culturels.

Melika Shafahi est soutenue par Kooshk Residency à Téhéran.

Depuis 2015, la Friche la Belle de Mai et l’Institut Français du Maroc ont initié le programme « Résidence Méditerranée ». Elargi en 2017 avec l’Institut Français d’Algérie et en 2018 avec l’ambassade de France en Iran, ce dispositif de résidences a pour objectif l’accueil d’artistes émergents marocains, algériens et iraniens à Marseille pour encourager leur mobilité en Méditerranée : cette résidence à la Friche leur propose un cadre de recherche et de création sur mesure qui leur permet de développer leur pratique artistique et de (re)découvrir la scène artistique française. Fræme a été sollicitée pour accompagner les artistes de ce programme afin de créer de nouvelles collaborations et d’assurer une visibilité des travaux en cours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Des Visages – Le temps de l’Autre – Carré d’Art à Nîmes

Jusqu’au 27 septembre 2020, Carré d’Art présente « Des Visages - Le temps de l’Autre ». Dans la curieuse période que l’on vit...

« It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, Luma Arles

Du 27 juin à fin septembre 2020, Luma Arles présente « It’s Urgent ! » au Parc des Ateliers, une proposition imaginée par...

Prix Occitanie Médicis 2020 : Noëlle Pujol lauréate et Boris Geoffroy « coup de cœur » de la 3ème édition

Après délibérations les 27 et 28 mai, le jury a désigné Noëlle Pujol comme lauréate du prix Occitanie Médicis 2020. Elle...

Manifesta 13 Marseille – Traits d’union.s en six chapitres

Le 10 juin dernier, l’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille a annoncé les thématiques et la liste des 47 participants de Traits...

Machaou – Noureddine Benhamed, Dorra Mahjoubi et Sanaa Mejjadi à l’Espace Saint-Ravy – Montpellier

Jusqu’au 28 juin 2020, l’Espace Saint-Ravy accueille Noureddine Benhamed, Dorra Mahjoubi et Sanaa Mejjadi pour « Machaou » une exposition de groupe dont...

Pascale Hugonet – Épigraphies à la Galerie Bartoli – Marseille

Jusqu’au 27 juin 2020, la Galerie Bartoli accueille Pascale Hugonet avec « Épigraphies », une exposition personnelle qui rassemble une riche et captivante...

Réouverture de Carré d’Art et accrochage 2020 de la collection

Pour sa réouverture le 2 juin 2020, Carré d’Art annonce un aménagement de sa programmation estivale autour de l’accrochage 2020 de...

Regards sur l’accrochage des collections 2019/2020 au Mrac

La réouverture mi juin du MRAC offre l’occasion de revenir sur l’accrochage des collections en place depuis le 25 mai 2019...

Nina Roussière – Les traces du futur Galerie chantiersBoîteNoire – Montpellier

La galerie chantiersBoîteNoire a rouvert ses portes le 25 mai avec la prolongation de l’exposition de l’exposition de Nina Roussière, « Les...

Toma Dutter – Espaces chimériques à Iconoscope – Montpellier

Pour sa réouverture à partir du 20 mai et jusqu’au 18 juillet 2020, Iconoscope accueille Toma Dutter avec « Espaces chimériques », sa deuxième...
Partagez
Tweetez
Enregistrer
%d blogueurs aiment cette page :