Jean-Baptiste Caron – Ce qui est peut ne pas être à la galerie HO – Marseille

Jusqu’au 22 juin 2019, la galerie HO présente « Ce qui est peut ne pas être », première exposition personnelle de Jean-Baptiste Caron à Marseille et dans la région.

On se souvient de la découverte de son travail avec une très précieuse et énigmatique installation que Michèle Moutashar avait sélectionné pour son merveilleux « Nuage » en 2013. « Le petit attracteur » se présentait comme une structure sur pieds en béton au-dessus de laquelle semblait léviter un amas de poussière grâce à un procédé d’illusion d’optique. Ce « nuage flottant » était en fait un agrégat de fibres de tissu récupéré dans le nombril de l’artiste…
Beaucoup du travail de Jean-Baptiste Caron était déjà inscrit dans cette pièce. À grands traits, on pourrait dire qu’il aime jouer avec le réel et avec ce que croit voir le regardeur…

Jean-Baptiste Caron -  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron –  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron

Le titre choisi pour cette exposition le dit d’une autre manière : « Ce qui est peut ne pas être »

Pour cette exposition à la galerie HO, il a choisi de montrer six œuvres caractéristiques de son travail avec l’intention de mettre « en place un univers aux multiples rebondissements, en jouant autant avec nos représentations qu’avec notre imaginaire ».
Les quelques lignes de présentation du projet soulignent : « Débarrassée du rationnel, cette proposition nous transporte vers un au-delà qui pourra être aussi bien virtuel que réel, en élargissant également le territoire de l’exposition ».

L’accrochage s’organise autour de l’œuvre la plus discrète, mais aussi la plus volumineuse. En effet, « X m3 d’air, 2018 » occupe un espace important au sol.

Jean-Baptiste Caron -  X m3 d’air, 2018 -  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron –  X m3 d’air, 2018 –  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron

Au-delà de la galerie, elle s’installe dans une partie de la cour. Sa hauteur est celle que le regardeur voudra bien lui donner… une fois qu’il se sera rendu compte qu’il est rentré dedans et qu’il la piétine !

Si la fiche de salle suggère que ces quatre pierres définissent un cube d’air, rien n’interdit d’imaginer qu’il s’agit d’un parallélépipède…

Sur la gauche, deux pièces en marbre encadrent un mystérieux miroir.

Jean-Baptiste Caron -  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron –  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron

« Les secondes devenant des millénaires, 2016 » représente l’empreinte du souffle de l’artiste… D’abord « imprimé » dans du plâtre, il a ensuite été creusé dans un bloc de marbre de Carrare par une fraiseuse numérique…

Jean Baptiste Caron - Les secondes devenant des millénaires, 2016 - Galerie HO à Marseille - Photo En revenant de l'expo !
Jean Baptiste Caron – Les secondes devenant des millénaires, 2016 – Galerie HO à Marseille – Photo En revenant de l’expo !

La matérialisation du souffle, de l’air ou du vent est on l’aura compris une question récurrente chez Jean-Baptiste Caron. On se souvient de ses deux tentatives (n° 3 et 4) de la série « Dans la mesure du saisissable, 2015 » montrée par la galerie AL/MA à Montpellier. Il s’efforçait alors de faire l’empreinte de courants d’air dans de la cire…

« Une part d’éternité, 2019 » est un simple miroir circulaire dans lequel rien n’interdit de s’admirer ou de rectifier sa coiffure ou son nœud de cravate. Régulièrement, celui-ci se couvre de buée et fait apparaître pendant quelques instants une étrange formule :
5,4 x 10-44 s

Jean Baptiste Caron - Une part d’éternité, 2019 - Galerie HO à Marseille - Photo galerie HO
Jean Baptiste Caron – Une part d’éternité, 2019 – Galerie HO à Marseille – Photo galerie HO

Les physiciens y reconnaîtront immédiatement la durée de Planck. Les béotiens s’empareront de leur portable pour interroger Wikipédia. Les plus malins chercheront la fiche de salle. Mais tous pourront méditer sur ce temps de Planck qui « est la plus petite mesure temporelle ayant une signification physique dans le cadre des théories actuellement admises »…

« Fragment, 2019 » nous montre l’inscription « IBID » tracée à l’aide de poussières sur un morceau de marbre brisé.

Jean Baptiste Caron - Fragment, 2019 - Galerie HO à Marseille - Photo En revenant de l'expo !
Jean Baptiste Caron – Fragment, 2019 – Galerie HO à Marseille – Photo En revenant de l’expo !

Les lecteurs de mémoires, thèses et articles scientifiques auront naturellement reconnu l’abréviation de la locution latine « Ibidem ». Wikipédia nous rappelle qu’elle est « utilisée dans les références d’un document stable, pour éviter la répétition lorsque la même source a été citée dans la référence précédente ».
L’œuvre étant accrochée juste après celle qui nous montrait par intermittence la durée de Planck, il semble logique de chercher ce qu’il y a de commun entre les deux pièces…
La fiche de salle nous met sur la piste en précisant : « Cette œuvre nous invite également à redéfinir notre propre notion du temps, le regard et la valeur qui lui sont accordés ».

De chaque côté du passage entre la librairie et la galerie, Jean-Baptiste Caron a choisi d’installer deux œuvres technologiques à base de raspberry-pi qui engagent le visiteur.

Jean-Baptiste Caron -  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron –  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron

Pour ne pas gâcher la surprise, on ne dira rien sur « Le bruit des mondes, 2018 ».

Jean Baptiste Caron - Le bruit des mondes, 2018 - Galerie HO à Marseille
Jean Baptiste Caron – Le bruit des mondes, 2018 – Galerie HO à Marseille

On se contentera d’indiquer qu’il s’agit d’un disque vinyle, posé sur une platine et accompagné de sa pochette. Après avoir mis le casque sur ses oreilles, il faut « Appuyer sur START pour démarrer l’écoute et sur STOP pour arrêter »…
Ceux qui ne pourront pas passer par la galerie HO avant la fin juin peuvent aller lire la fiche de salle que l’on reproduit ci-dessous

« Daydream, 2018 » est un écran vidéo vertical où l’on voit une bougie allumée qui se consume.


Le réel se mêlera au virtuel pour celles et ceux qui s’approcheront brusquement de la chandelle ou qui auront l’imagination et l’audace de souffler sur la flamme…

À ne pas manquer…

La fiche de salle est reproduite ci-dessous.

En savoir plus :
Sur le site de la galerie HO
Suivre l’actualité de la galerie HO sur Facebook
Sur le site de Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron sur le site de la galerie 22,48m2, à Paris

Jean Baptiste Caron - Le bruit des mondes, 2018 - Galerie HO à Marseille
Jean Baptiste Caron – Le bruit des mondes, 2018 – Galerie HO à Marseille

Le bruit des mondes, 2018

Tourne-disque, vinyle, casque, micro, raspberry-pi, carte SD, carte son, 42 x 35 x 9 cm
courtesy 22,48 m².

Entendre sa propre voix, des pas, le battement d’une porte, un trousseau de clefs qui tombe, un téléphone qui sonne. Mettre un casque. Jouer un disque. À nouveau, entendre sa propre voix, des pas, le battement d’une porte, un trousseau de clefs qui tombe, un téléphone qui sonne. Le temps présent, quelques secondes plus tard et pourtant disponible à l’avance.
Appuyer sur START pour démarrer l’écoute et sur STOP pour arrêter.

Jean Baptiste Caron - Les secondes devenant des millénaires, 2016 - Galerie HO à Marseille - Photo En revenant de l'expo !
Jean Baptiste Caron – Les secondes devenant des millénaires, 2016 – Galerie HO à Marseille – Photo En revenant de l’expo !

Les secondes devenant des millénaires, 2016

Marbre de Carrare, 24 x 24 x 4 cm, courtesy 22,48 m².

Cette œuvre témoigne d’une archéologie de l’impalpable, en matérialisant l’empreinte d’un souffle d’air dans la matière.
Elle devient le souvenir d’une rencontre entre le minéral et l’insaisissable et s’inscrit comme la trace d’un invisible mouvement figé ici à tout jamais.

 

Jean Baptiste Caron - Fragment, 2019 - Galerie HO à Marseille - Photo En revenant de l'expo !
Jean Baptiste Caron – Fragment, 2019 – Galerie HO à Marseille – Photo En revenant de l’expo !

Fragment, 2019

Marbre, poussières, 38 x 35 cm, courtesy 22,48 m².

Ce vestige de marbre et de poussière nous questionne sur nos représentations et les illusions qu’elles engendrent.
Cette oeuvre nous invite également à redéfinir notre propre notion du temps, le regard et la valeur qui lui sont accordés.

 

Jean Baptiste Caron - Une part d’éternité, 2019 - Galerie HO à Marseille - Photo galerie HO
Jean Baptiste Caron – Une part d’éternité, 2019 – Galerie HO à Marseille – Photo galerie HO

Une part d’éternité, 2019

Miroir, traitement anti-buée, métal, modules peletier, dissipateur thermique, électronique de contrôle, Ø 28 cm, courtesy 22,48 m².

Le présent serait-il quantifiable ? « Une part d’éternité » tente de donner une réponse en faisant apparaitre et disparaitre à l’infini, une formule correspondant au plus petit intervalle de temps non divisible concevable. Cet « atome » théorique du temps, formulé par Planck, correspondrait donc à la durée du temps présent.

 

 

Jean-Baptiste Caron -  X m3 d’air, 2018 -  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron
Jean-Baptiste Caron –  X m3 d’air, 2018 –  « Ce qui est peut ne pas être » à la galerie HO – Marseille – Photo Jean-Baptiste Caron

X m3 d’air, 2018

Quatre pierres, dimensions variables, courtesy 22,48 m².

Circonscrire l’insaisissable. Une quantité d’air balisée par la présence de quatre pierres. Les lignes invisibles entre chacune d’entre elles dessinent les quatre arêtes de la base d’un cube invisible. Chacun est invité à le reconstituer virtuellement par le biais de son imaginaire. Ici la disposition a été choisie pour instaurer un dialogue entre l’intérieur et l’extérieur, mais elle reste modulable, à l’échelle d’un jardin ou d’une ville par exemple.

Jean Baptiste Caron - Daydream, 2018 - Galerie HO à Marseille
Jean Baptiste Caron – Daydream, 2018 – Galerie HO à Marseille

Daydream, 2018

Vidéo, tv LED, routeur wifi, raspberry-pi, moteur, hélice, capteur revp, caméra V2, NodeMCU, 50 x 31 cm, courtesy 22,48 m².

 

Quand le virtuel se mêle du réel. La vidéo donne à voir une bougie allumée se consumant. Disposée ailleurs, cette vidéo interactive réagit au souffle ou au déplacement d’air comme si elle était physiquement présente dans la salle d’exposition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.