Retour sur Art-o-rama 2019 « Endless Summer » à la Friche la Belle de Mai

Après un exceptionnel « By The Sea » au J1, Art-o-rama 2019 a retrouvé les espaces de la Cartonnerie à la Friche la Belle de Mai pour une édition intitulée cette année « Endless Summer ».
Cet incontournable salon international d’art contemporain qui marque la Rentrée à Marseille s’est déroulé du 30 août au 1er septembre. L’exposition se prolonge jusqu’au 15 septembre avec des médiateurs à la place des galeristes.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Les locaux rénovés de la Cartonnerie présentent des conditions remarquables d’exposition. L’équipe de Fræme, productrice d’Art-o-rama, offre une nouvelle fois une organisation et un accueil très professionnels aux exposants, aux artistes, aux collectionneurs et aux visiteurs. Cette édition confirme que ce salon s’est imposé comme un événement majeur au niveau national et international tout en conservant son caractère particulier et sa convivialité.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

L’organisation séparait clairement les 31 galeries qui occupaient la Cartonnerie et les 7 éditeurs puis les quatre jeunes artistes du Show Room et les projets partenaires qui étaient installés dans des salles annexes du Grand Plateau. Les talks et les projections de films disposaient d’un espace à l’écart dans le Studio.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Il est impossible de faire ici une revue détaillée des propositions artistiques de cette édition 2019. Les impressions de visite se limitent aux projets curatoriaux mis en place par les galeries et à l’exposition de l’artiste invité.
Un deuxième article rendra compte de la section « Édition » et des expositions présentées par le Show Room, les partenaires d’Art-O-Rama.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Un des caractères singuliers de ce salon est d’offrir aux galeries sélectionnées la possibilité de concevoir un espace original en fonction des artistes et des œuvres qu’ils ont choisi d’exposer. Pour cela, chacun dispose du même nombre de mètres linéaires de cimaises. Dans un entretien avec la revue Mousse, Jérôme Pantalacci, directeur d’Art-O-Rama, rappelle que « les frais de participation restent très bas, afin de diminuer la pression financière pour les exposants et les encourager à prendre des risques artistiques ».

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Ces choix ont souvent permis de voir à Art-o-rama des scénographies et des accrochages audacieux et singuliers, parfois provocateurs qui illustraient avec force la ligne artistique des galeristes et qui valorisaient les œuvres exposées.

Pour cette 13e édition, on note un certain retour au classique stand avec trois cimaises, ouvert sur son allée. Cette disposition semble avoir été majoritairement choisie avec les implantations en équerre et les déploiements tout en longueur. Seuls, Sabot, Jérôme Poggi, Bosse & Baum, VEDA et dans une certaine mesure Sophie Tappeiner, VHN et Lucas Hirch ont fait preuve d’audace avec des scénographies moins conventionnelles.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Un net retour de la peinture et du dessin et même parfois de la figuration expliquent peut-être ce salon plus raisonnable. La vidéo est quasiment absente de cette édition à exception de l’installation présentée par LambdaLambdaLambda.

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett 19
© Jeanchristophe Lett 19

Toutefois, l’organisation spatiale du salon, les perspectives et les regards qu’elles autorisent, les respirations et les confrontations que suggère le parcours sont toujours remarquables et complètement maîtrisés. Si elle nous a semblé plus sage, cette édition d’Art-o-rama reste excellente et offre une nouvelle fois beaucoup de plaisir aux galeristes, aux artistes, aux collectionneurs et au public.

Jonathan Vidal, artiste invité 2019

Jonathan Vidal - artiste invité - Art-o-rama 2019
Jonathan Vidal – artiste invité

Lauréat du Show room en 2018, Jonathan Vidal disposait d’un stand à l’entrée du salon. Il y présentait un ensemble de six œuvres réunies sous le titre « Spells are Cast and Whispered Like Plastic Bags in the Wind ».

Elles ont été réalisées lors d’une résidence de deux mois à Moly Sabata qui faisait partie de la dotation de son prix, comme la publication du catalogue « to try to speak no lies », aux éditions Fræme. Au regard des pièces exposées, il n’est pas surprenant qu’un des textes de cet ouvrage soit signé par Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani…

Parmi les galeristes…

Dans les impressions de visite qui suivent, il ne saurait être question de regards critiques sur le travail des artistes. Ces commentaires s’intéressent avant tout à la manière dont les œuvres sont exposées, à la qualité et à la pertinence de leur accrochage, à l’originalité de la scénographie et à la cohérence de la présentation avec le discours des galeristes ou des commissaires. Les projets qui ne sont pas évoqués ci-dessous peuvent montrer des pièces remarquables sans que leur mise en espace ait attiré mon attention, peut-être simplement par distraction…

Sophie Tappeiner (Vienne)

Sophie Tappeiner (Vienne) - Art-o-rama 2019 01
Sophie Tappeiner (Vienne) – Art-o-rama 2019 01

On avait particulièrement apprécié la proposition de cette galeriste autrichienne en 2018 et son accrochage rigoureux et audacieux des des photogrammes de Sophie Thun.

Sophie Tappeiner (Vienne) - Anna Schachinger - Art-o-rama 2019
Sophie Tappeiner (Vienne) – Anna Schachinger – Art-o-rama 2019

Pour cette édition, Sophie Tappeiner expose avec beaucoup d’élégance des peintures de Sophie Reinhold et des sculptures en céramique de Anna Schachinger. La mise en espace de ces œuvres évoque le décor d’un intérieur domestique…

C + N Canepaneri (Milan)

C + N Canepaneri (Milan) - Gillian Brett - Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett
C + N Canepaneri (Milan) – Gillian Brett – Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett

Dans un stand très classique, la galerie C + N Canepaneri présentait une exposition personnelle de l’artiste française Gillian Brett, diplômée de la Villa Arson en 2014, et sélectionnée pour le Show room 2018.

Avec une série d’œuvres spécialement réalisées pour Art-o-rama 2019Phusis, Hubris, Debris »), elle proposait une des rares installations de cette édition. Un regard décapant, ironique, mais aussi poétique qui interroge le désastre lié à la collecte et au recyclage des déchets technologiques du numérique.

SABOT (Cluj-Napoca)

Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett
Art-o-Rama 2019 © Jeanchristophe Lett

Depuis qu’elle participa a Art-o-rama, la galerie roumaine a toujours présenté des projets artistiques audacieux dans des scénographies iconoclastes qui ont à chaque fois marqué les esprits.
SABOT récidive une nouvelle fois avec un stand en Z qui s’impose comme un carrefour incontournable dans le parcours du salon.

Sabot (Cluj-Napoca) - Camilia Filipov - Art-o-rama 2019
Sabot (Cluj-Napoca) – Camilia Filipov

Avec d’un côté Camilia Filipov dont la galerie écrit : « Au lieu de «faire», sa pratique est de casser (les standards) et de défaire (l’histoire) » et Nicolás Lamas de l’autre, Sabot reste une galeries les plus originales de la sélection.

Sans titre (2016) (Paris)

Sans titre (2016) - Basile Ghosn, Katharina Schmidt, Hamish Pearch - Art-o-rama 2019
Sans titre (2016) – Basile Ghosn, Katharina Schmidt, Hamish Pearch

Une scénographie beaucoup plus sage que l’an dernier chez Sans titre (2016) qui présentait l’incontournable Basile Ghosn en compagnie de Katharina Schmidt et de Hamish Pearch autour d’un projet qui avait l’ambition de mettre « l’accent sur les liens entre l’art et l’architecture »…

Tatjana Pieters (Gand)

Tatjana Pieters (Gand) - Ria Bosman et Anneke Eussen - Art-o-rama 2019
Tatjana Pieters (Gand) – Ria Bosman et Anneke Eussen

Avec un accrochage sobre et rigoureux, Tatjana Pieters confrontait Ria Bosman et Anneke Eussen deux artistes de génération différente autour de « l’abstraction matérielle et du geste minimal avec des objets et matériaux naturels trouvés ». Une des plus belle proposition du salon !

VEDA (Florence)

VEDA (Florence) - Dominique White - Art-o-rama 2019
VEDA (Florence) – Dominique White

Pour Art-o-rama 2019, la galerie VEDA proposait « Fugitive of the State(less) », une superbe exposition solo de l’artiste londonnienne Dominique White. Une scénographie très simple et un éclairage parfait magnifiaient ces trois pièces exposées en « état de suspension ».

Cette très belle exposition a logiquement reçu le prix Roget Pailhas 2019, remis par un comité de collectionneurs présidé par Benoît Doche de Laquintane et Sébastien Peyret.

the Pill (Istanbul)

the Pill (Istanbul) - Eva Nielsen, Ugo Schiavi - Art-o-rama 2019
the Pill (Istanbul) – Eva Nielsen, Ugo Schiavi

Stand incontournable de cette 13e édition, the Pill a sans doute attiré de nombreux regards avec la confrontation des œuvres sculpturales colossales de l’artiste marseillais Ugo Schiavi et les toiles d’Eva Nielsen autour de la notion d’effondrement.

Avec simplicité, l’accrochage alternait quatre pièces d’Ugo Schiavi, issues de sa série Uprising ou des œuvres commandées pour son exposition au Musée des Beaux-Arts d’Orléans, avec trois tableaux récents d’Eva Nielsen.

Amandine Guruceaga – La Compagnie Fruitière

Amandine Guruceaga - La Compagnie Fruitière - Art-o-rama 2019
Amandine Guruceaga – La Compagnie Fruitière

La résidence internationale de la Compagnie Fruitière était le seul projet associé à être présent dans la Cartonnerie de la Friche avec les galeries. Souhaitons que cette situation privilégiée aura été favorable à Amandine Guruceaga.

Les cinq pièces du projet Lady Rosebud, réalisées en collaboration avec les mécaniciens du domaine de Tiassalé en Côte d’Ivoire, étaient remarquablement exposées.

Bosse & Baum (Londres)

Bosse & Baum (Londres) - Catherine Parsonage - Art-o-rama 2019
Bosse & Baum (Londres) – Catherine Parsonage

Un grand papier peint représentant une main servait de support à la présentation par Bosse & Baum d’une nouvelle série de dessin de Catherine Parsonage.

Bosse & Baum (Londres) - Catherine Parsonage - Art-o-rama 2019
Bosse & Baum (Londres) – Catherine Parsonage

Dans son texte de présentation, la galerie londonienne soulignait que ces dessins « réalisés en Perspex rappellent les écrans, les surfaces actives que nous touchons et glissons les doigts, le zoom érotique ou le défilement distrait par moments fugitifs »…

VNH Gallery (Paris)

VNH Gallery (Paris) - Bianca Bondi - Art-o-rama 2019
VNH Gallery (Paris) – Bianca Bondi

La galerie VNH proposait un très étrange solo show de Bianca Bondi dont on avait pu apprécier le travail dans « Crash test » que Nicolas Bourriaud avait présenté l’an dernier à La Panacée.

Les œuvres exposées ont été créées pour le salon et ont été finalisées in situ.
Bianca Bondi montrait un ensemble de nouvelles sculptures et deux installations composées de tubes de cuivre et de verre, de plantes vivantes et de réactions chimiques en cours…

En savoir plus :
Sur le site Art-o-rama
Suivre l’actualité d’Art-o-rama sur Facebook et Instagram

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.