VALIE EXPORT : Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier

Jusqu’au 12 janvier 2020, le Pavillon Populaire accueille VALIE EXPORT, figure emblématique du féminisme dans l’art contemporain, artiste engagée, photographe, vidéaste et performeuse.

Au moment où, avec l’ouverture du MOCO, Montpellier affirme d’importantes ambitions dans l’art contemporain, le Pavillon populaire offre à l’artiste autrichienne sa première exposition d’envergure en France, malgré une incontestable reconnaissance internationale.

VALIE EXPORT - JUMP I, II, 2009 Tirage couleur, 2 parties - 42 x 30 cm, 28 x 30 cm encadré © VALIE EXPORT – Courtesy VALIE EXPORT
JUMP I, II, 2009 Tirage couleur, 2 parties – 42 x 30 cm, 28 x 30 cm encadré © VALIE EXPORT

Loin d’une rétrospective, « VALIE EXPORT : Expanded Arts » s’intéresse aux travaux d’analyse de l’image et des médias que l’artiste a entrepris dans les années 1960 et 1970.

VALIE EXPORT - Adjungierte Dislokationen, 1973 et Video Body Tape, 1970 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Adjungierte Dislokationen, 1973 et Video Body Tape, 1970 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

Le parcours s’organise à partir de deux ensembles :

  • Les dispositifs expérimentaux, les œuvres et les performances autour de la notion d’Expanded Cinema qui cherchaient à déplacer radicalement les frontières traditionnellement posées entre film et cinéma.
  • Une sélection de photographies conceptuelles, rarement montrées où l’on découvre ses pratiques sérielles qui interrogent le regard humain.
VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

Avec une trentaine de pièces, l’exposition rassemble des photographies, quelques vidéos, une imposante installation et de nombreux documents.

Le parcours est exigeant. Il impose un engagement et une attention soutenue de la part du visiteur. Une assez bonne connaissance du contexte dans lequel ces œuvres ont été réalisées est souhaitable. L’accrochage n’est pas toujours très limpide en particulier dans l’articulation entre les deux parties.

Certains habitués du Pavillon Populaire pourraient être surpris et quelque peu désorientés par le propos, les œuvres et la mise en espace de « VALIE EXPORT : Expanded Arts ».

Les cartels ne sont pas enrichis par quelques lignes d’explication. En conséquence, la lecture du livret d’aide à la visite est souvent indispensable. Le format de ce document offert gratuitement ne permet pas de fournir des textes très élaborés. La participation à une visite guidée pourrait sans aucun doute être éclairante. Plusieurs passages par le Pavillon Populaire dont l’accès est gratuit seront certainement très enrichissants.
Le recours au catalogue et aux deux essais que signent Brigitte Huck, commissaire de l’exposition et Monika Faber s’avère souvent très utile et profitable.

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

Malgré ces remarques, « VALIE EXPORT : Expanded Arts » s’impose comme un événement majeur de cette fin d’année à Montpellier et dans la région. L’installation Bilder einer Berührung (1994) avec ses dix-huit ampoules qui plongent dans des cylindres de verre remplis d’eau, de lait et d’huile résume avec brio le propos de l’exposition et justifie à elle seule un passage par le Pavillon Populaire.

Cette récente vidéo de la série Tracks sur le site Arte.tv : Valie Export : « #MeToo a ravivé les revendications des années 1970 » montre avec éclat combien de travail de l’artiste fait écho avec l’actualité :

VALIE EXPORT : Expanded Arts – Contexte politique et culturel

Pour celles et ceux qui ont vécu et participé aux événements politiques et culturels de ces années charnières entre les décennies 1960 et 1970, l’exposition sera immédiatement lisible. Les connexions entre le travail de VALIE EXPORT et la scène artistique de cette période seront claires et les échos avec leur propre histoire seront évidents.

VALIE EXPORT TAPP – UND TASTKINO, 1968 Dokumentationsfotografie München 62 x 72 cm encadré © VALIE EXPORT Crédits photographiques © Werner Schulz
TAPP – UND TASTKINO, 1968 Dokumentationsfotografie München 62 x 72 cm encadré © VALIE EXPORT Crédits photographiques © Werner Schulz

Pour les autres visiteurs, l’exposition pourrait être moins limpide, sauf à bien connaître ce qui agitait ces années et qui fait aujourd’hui partie de l’histoire de l’art. Celles et ceux qui ont eu la chance de voir l’excellente exposition « A different way to move – Minimalismes. New York 1960-1980 » à Carré d’Art Nîmes, en 2017 disposeront sans aucun doute des quelques repères essentiels pour apprécier « VALIE EXPORT : Expanded Arts ».

VALIE EXPORT GENITALPANIK, 1968 Sérigraphie, 3 pièces 72 x 52 cm encadré © VALIE EXPORT – Courtesy VALIE EXPORT
GENITALPANIK, 1968 Sérigraphie, 3 pièces 72 x 52 cm encadré © VALIE EXPORT – Courtesy VALIE EXPORT

Le texte de salle et ceux du petit livret d’aide à la visite sont un peu trop laconiques à ce sujet. Le catalogue est heureusement plus généreux. On se permet donc d’en reproduire les quelques lignes qui suivent :

VALIE EXPORT FRANKREICH, 1973 Tirage sur papier – 8 tirages 209 x 40,5 cm encadré © VALIE EXPORT Courtesy VALIE EXPORT

« VALIE EXPORT débute sa carrière dans les années 1960-1970, les deux décennies expérimentales les plus tempétueuses de l’histoire de l’art récente, au cours desquelles elle partage les préoccupations des esprits les plus radicaux de la scène artistique, prêts à tout renverser et à prendre tous les risques. C’est le vent arrière de la contradiction et de la critique qui fait avancer la jeune artiste ; il souffle des mouvements avant-gardistes du milieu du XXe siècle : l’anti-art de Fluxus, qui s’oppose à l’art comme commerce, ou, plus précisément, à la séparation de l’art et de la vie. En 1966, dans Expanded Arts Diagram, l’Américain d’origine lituanienne George Maciunas dresse la liste des protagonistes du mouvement Fluxus, et en proclame l’engagement politique et l’attitude anti-autoritaire dans la conférence programmatique “Néo-dada aux États-Unis”. À Manhattan, Greenwich Village devient le biotope dans lequel la culture et la société prennent des formes nouvelles. Des sons filtrent de la scène off des arts plastiques, qui s’associent à la danse et au cinéma, au théâtre et à la musique, et désarticulent les notions de vie privée et de vie publique, de démocratie et de communauté, de corps et de rôle (des femmes). La contre-culture du Village prospère dans le loft de Yoko Ono à Chambers Street, dans les salons de la Dream House, dans l’appartement de La Monte Young et sous les Silver Clouds de la Factory d’Andy Warhol. Dans la cave d’une église baptiste, la Judson Memorial Church sur Washington Square South, Yoko Ono expose Sister in Arms de VALIE EXPORT ; Yvonne Rainer fonde la danse postmoderne ; et Carolee Schneemann présente son extravaganza féministe, Meat Jou. Un nouveau format artistique voit ainsi le jour sous le label flexible de happening. Autant de moments légendaires : la domination auparavant incontestée de la peinture et de la sculpture est révolue. La frontière entre l’art et la vie est tenue pour abolie. Cette rupture se manifeste dans les termes Expansion – Expanded Arts – Intermedia ».

VALIE EXPORT : Expanded Arts – Parcours d’exposition

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

Le parcours commence dans le hall d’entrée, avec sur la gauche avec Ping-Pong, une œuvre de 1968. Sous-titrée « un film à jouer – un film de fiction », cette installation engage le public à « jouer » avec le moniteur et à faire l’expérience que « la régie du film est une instance de contrôle à laquelle les spectateurs sont tenus de se conformer, quand ils réagissent à l’impulsion de l’image »…

VALIE EXPORT - Ping Pong, 1968 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Ping Pong, 1968 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

Une première vitrine rassemble des archives autour de cette pièce.

VALIE EXPORT - Dipsplay Case #9, Ping Pong, 2011 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Dipsplay Case #9, Ping Pong, 2011 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

Expanded Cinema

Les petites salles qui s’enchaînent sur la gauche présentent une sélection d’œuvres et de performances de l’Expanded Cinema avec successivement : Tapp und Tastkino (1968), Attack Lecture (1969), Aktionshose: Genitalpanik (1969), Cutting (1967/68), Body Sign Action (1970) et Splitscreen-Solipsismus (1968).

Deux vitrines accompagnent cette séquence. La première (Display Case #52, ExportObjekte) présente une collection d’objets qui évoque le nom VALIE EXPORT comme concept artistique et logo.

La seconde (Dispay Case #5, Homometer) expose des documents qui renvoient à des performances réalisées en 1973, 1976 et 2012 dans l’espace urbain viennois et sur la côte belge, autour de symboles archaïques tels que le pain, la maternité, ou le poids de la réalité biologique.

VALIE EXPORT - Dipsplay Case #5, 2011 Homometer - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Dipsplay Case #5, 2011 Homometer – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

La suite des œuvres de l’Expanded Cinema des années 1970 est présentée dans les premières salles au fond de la seconde galerie, de l’autre côté de la vaste salle centrale.

VALIE EXPORT - Video Body Tape, 1970 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Video Body Tape, 1970 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

On y découvre Video Body Tape de 1970 qui est accompagné d’une photographie de Adjungierte Dislokationen (1973) où l’artiste étudiait « l’espace comme continuum du corps et de son environnement » à l’aide de deux caméras fixées sur sa poitrine et son dos…

VALIE EXPORT - Adjungierte Dislokationen, 1973 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
Adjungierte Dislokationen, 1973 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

L’accrochage a malicieusement ajouté deux photographies récentes de part et d’autre de cette image emblématique utilisée pour la communication de l’exposition…

La salle suivante, le film Interrupted Line de 1971/72, la photographie conceptuelle
Be“weg“ungs“spurde 1973, et la chronophotographie Be-weg-te Bilder : Studie über Bewegungsfolgen als Kante von Zeit und Raum de 1972, introduisent les études sur le temps et l’espace qui avec les théories de la perception et les techniques optiques sont au cœur des photographies conceptuelles de VALIE EXPORT qui constitue la seconde séquence de l’exposition.

Photographies conceptuelles

Comme le souligne le texte qui accompagne l’exposition, avec ces images, « EXPORT ne s’intéresse ni au « motif particulier » ni à sa « représentation artistique » ; du point de vue de l’art conceptuel, il s’agit bien plus d’analyser les relations entre la perception humaine et l’image produite techniquement. Dans ses séries de photographies (il ne s’agit jamais d’images isolées, mais toujours d’expliciter un état de choses de manière sérielle, c’est-à-dire par plusieurs images) EXPORT étudie le phénomène du regard humain ».

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

La grande salle du Pavillon Populaire expose la majeure partie de ces séries conceptuelles dans un accrochage sobre et efficace.

Zug II (1972) s’impose au centre du mur au fond de l’espace.

VALIE EXPORT - Zug II, 1972 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
VALIE EXPORT – Zug II, 1972 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

Sur la droite, les échelles de Leiter III (1972) précèdent les fenêtres de Der Blick I,II,III (Grünangergasse), 1972.

En face, l’accrochage expose en miroir une rue ( Frankreich, 1973), des façades new‑yorkaises (New York, 21.9.1976) et un étonnant Ontologischer Sprung I,II,III de 1974.

L’installation Bilder einer Berührung (1994) avec ses dix-huit ampoules qui plongent dans des cylindres de verre remplis d’eau, de lait et d’huile est sans aucun doute le point d’orgue de l’exposition. Le rythme lent et régulier de ces Fragments des images d’un contact captive le regard.

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

On passera rapidement sur les associations érotiques et poétiques qu’évoque à juste titre la commissaire.

Le texte du livret d’aide à la visite résume parfaitement les enjeux de l’installation :

« Le contexte temps/ film – vingt-quatre images donnant une seconde [dix-huit avec une caméra Super 8] – est évident. S’il s’agissait dans l’Expanded Cinema de transposer l’appareillage cinématographique dans le temps et l’espace afin d’échapper à la bi-dimensionnalité de la surface, les Fragmente der Bilder einer Berührung peuvent alors servir d’étalon à cette démarche : une interprétation indépassable des signes du film comme basso continuo mélancolique du temps et de l’espace ».

L’installation est pénétrable sous condition. Cette possibilité renforce et multiplie son attractivité et l’hommage qu’elle représente à l’égard de l’Expanded Cinema et à ses procédés.

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

En conclusion de son essai pour le catalogue, Brigitte Huck, commissaire de l’exposition, écrit avec pertinence : « on ne fait l’expérience d’un film seulement comme projection dans un espace obscur, mais comme sculpture tridimensionnelle mouvante qu’il s’agit de lire comme une langue.

VALIE EXPORT - Turbulences of Breath, 2007 - Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier
VALIE EXPORT – Turbulences of Breath, 2007 – Expanded Arts au Pavillon Populaire Montpellier

Au fond de ces Fragmente der Bilder einer Berührung, on découvre quatre photographies (Turbulences of Breath) d’une performance radicale d’EXPORT à la Biennale de Venise en 207 où elle avale une caméra et filme ses cordes vocales pendant qu’elle parle…

Sur les côtés de l’installation, le visiteur découvre trois autres séries de photographies conceptuelles avec des balcons (Raumsprung, 1971), des études d’angles d’une boîte aux lettres (Landschaftsraum-Zeitraum, 1972) et des parties d’immeubles photographiées en contre-plongée dans un carrefour en Belgique (Strassenkreuzung Belgien, 1972/73)…

Le parcours d’exposition se termine avec des séries réalisées en Belgique où le facteur temps apparaît comme un élément déterminant : Dünenlandschaft (1972), Feuerwelle, die aus dem Meer kommt (1973). Une vitrine accompagne la série sur les dunes (Display case #32, Wellen I).

La visite se conclue avec deux papiers peints Jump I, II de 2009 qui illustrent une performance vidéo (Bewegungsimaginationen, 1974/75) où l’artiste saute en l’air jusqu’à ce que son corps entre dans le champ de la caméra et apparaisse sur le moniteur…

VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier - vue de l'exposition
VALIE EXPORT – Expanded Arts au Pavillon Populaire, Montpellier – vue de l’exposition

Catalogue sous la direction de Brigitte Huck aux Éditions Hazan avec un très intéressante contribution de Monika Faber.

À lire, ci-dessous, la note d’intention de Brigitte Huck, commissaire de l’exposition

En savoir plus :
Sur la page du Pavillon Populaire sur le site de la ville de Montpellier
Suivre l’actualité du Pavillon Populaire sur Facebook
Sur le site de VALIE EXPORT (en allemand)
Sur le site The VALIE EXPORT Center Linz
VALIE EXPORT sur le site de la galerie Thaddaeus Ropac

À voir cette interview (en allemand sous titré en anglais) de l’artiste dans le cadre des TateShots :

VALIE EXPORT : Expanded Arts par Brigitte Huck, commissaire de l’exposition

S’il est une oeuvre passionnante et fondatrice, c’est bien celle de l’artiste autrichienne Valie Export, figure tutélaire du mouvement féministe, photographe, vidéaste, réalisatrice et performeuse, et unanimement considérée comme un des grands noms de l’art contemporain.
L’exposition VALIE EXPORT : Expanded Arts, que présente le Pavillon Populaire de Montpellier, rend hommage aux travaux sur les images photographiques, les médias et le film, entrepris par l’artiste à partir des années 1960/70. Ils constituent le thème central de cette exposition, exploré à travers ses oeuvres de photographie conceptuelle, rarement montrées, et ses fameux dispositifs expérimentaux (vidéos, films, installations) rassemblés ici sous l’appellation « Expanded Cinema ».

Les courants internationaux tels que Fluxus et le mouvement des Expanded Arts sont les références et l’arrière-plan historique de son travail, qui se caractérise par l’attention aux matériaux et objets, l’élimination des catégories contraignantes et des frontières formelles entre les médias, tout comme de celles entre l’art et la réalité. Fermement opposée à l’actionnisme viennois, son attention se porte sur des artistes états-uniens tels que Robert Rauschenberg, Yoko Ono ou Robert Heineken. Valie Export élargit les pratiques artistiques aux supports techniques comme le film ou la vidéo, ou encore la performance et le Body Art. Et ceci, dans les directions radicales vers lesquelles l’entraîne son puissant engagement féministe, mais également dans un rapport critique à la perception, à la construction des réalités qu’opèrent les images, omniprésentes dans notre société. S’y ajoute une réflexion politique sous-jacente quant aux concepts matériels ou idéologiques du film et du cinéma, ou de la photographie.

Cette exposition pointe les riches et denses connexions qu’agite VALIE EXPORT à travers films ou art corporel. Ses pratiques sérielles de photographies conceptuelles interrogent le regard humain. Des motifs aussi variés que les trains, les fenêtres, les rues ou les façades provoquent, à travers le glissement continu du regard qu’ils génèrent, un effet filmique inattendu. La photographie se construit ainsi au-delà de l’image individuelle traditionnelle. Espace/temps (Dünenlandschaft, 1972), intrication de réalités hétérogènes (Ontologischer Sprung, 1974), rapports entre perception de la réalité et sa reproduction par l’image sont autant de problèmes abordés par les photographies conceptuelles de VALIE EXPORT.

Le travail sur l’« Expanded Cinema » rompt les barrières traditionnellement posées entre film et cinéma. VALIE EXPORT rompt la réception passive du public dans l’oeuvre culte Tapp und tast kino (1968), ou encore Ping Pong (1968) et Aktionshose Genitalpanik (1969). Elle remplace l’écran de projection par le corps, insérant des écrans partagés, des effets de dédoublement, ou provoque des expériences avec son propre corps et la caméra, lorsqu’elle ingère un appareil pour filmer ses cordes vocales (Turbulences of Breath, 2007).

La grande salle centrale du Pavillon Populaire accueille la très poétique installation Fragmente der Bilder einer Berührung, 1994 : des ampoules (24, initialement) plongent dans des cylindres de verre remplis d’eau, de lait et d’huile. Outre des allusions mécaniques et érotiques, la référence au film – 24 images donnant une seconde – est explicite. Enfin, l’artiste revisite son oeuvre éclectique et complexe en présentant un ensemble de textes, photographies, brouillons et documents d’archives, à travers des exemples issus d’une série d’oeuvres de 57 pièces (Display cases, 2011). Sont ainsi mises à jour, en un geste fructueux, la genèse du travail artistique et son analyse.

C’est donc finalement une véritable immersion dans l’oeuvre de VALIE EXPORT que présente cette sélection de travaux aussi diversifiés que détonants. Peu d’artistes vivants nous convient de la sorte à une réflexion critique, iconoclaste, sur l’image et ses trajectoires médiatiques.

Brigitte Huck
Commissaire de l’exposition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.