samedi 31 octobre 2020

00s. Collection Cranford – les années 2000
au MO.CO. Montpellier


Jusqu’au 31 janvier 2021, le MO.CO. présente « 00s. Collection Cranford : les années 2000 », une proposition qui s’impose comme une évidence. Très attendue, cette quatrième exposition à l’Hôtel des Collections place le MO.CO. Montpellier Contemporain au niveau des plus grandes institutions internationales. En effet, « 00s. Collection Cranford : les années 2000 » pourrait être exposée au Centre Pompidou, à la Tate ou au MoMA… Souhaitons qu’elle bénéficiera de conditions de visite un peu moins chaotiques que les deux précédentes.

Plus de 80 œuvres de 46 artistes internationaux font partie de la sélection d’œuvres majeures de la Collection Cranford dont ce sera la première exposition d’ampleur présentée en France.

Cet ensemble de pièces exceptionnelles est au service d’un propos particulièrement cohérent et pertinent. Un accrochage subtil et limpide construit un parcours chronologique d’une remarquable fluidité dont la lecture est à la portée de tous.

00s - Collection Cranford - les années 2000 au MOCO Montpellier
00s – Collection Cranford – les années 2000 au MOCO Montpellier

Sans trahir l’esprit des collectionneurs, l’équipe du MO.CO. avait déjà démontré, avec « Mecarõ», une singulière compétence et une rare habileté à concevoir un projet d’exposition qui allait bien au-delà du mouvement assez général de présentation de collections privées en institutions.
Un choix éclairé parmi les œuvres de Catherine Petitgas permettait alors d’interpeller le public sur les questions qui traversent l’Amazonie en mettant « en lumière les relations entre les artistes et leur environnement social, économique et mental »…

Pour « 00s. Collection Cranford : les années 2000 », on retrouve cette étonnante capacité à opérer des choix extrêmement pertinents parmi les œuvres collectionnées par Muriel et Freddy Salem. Ils assurent la construction d’une exposition qui « cherche à révéler comment les années 2000 ont transformé nos cultures, la géopolitique et l’économie mondiale, ainsi que notre conscience écologique ».

Sans jamais forcer le trait, avec un profond respect pour les œuvres et pour le visiteur, le parcours chronologique réussit parfaitement à offrir « une lecture du monde par l’art et tente[r] de dégager l’image d’une décennie encore floue ».

Pour Nicolas Bourriaud, trois points forts se dégagent de ce projet :

« C’est la première rétrospective des années 2000, une décennie très peu explorer en histoire de l’art, et la particularité de cette exposition, c’est d’essayer d’en établir les caractéristiques esthétiques et les éléments factuels qui permettraient d’en tracer l’histoire.
La deuxième spécificité, c’est sa structure. Elle est organisée de manière chronologique. Le parcours s’appuie sur une frise qui accompagne le visiteur. Elle situe le cadre, le contexte d’actualité et civilisationnel dans lequel les œuvres ont vu le jour, année par année.
Troisième caractère singulier, un accrochage qui rapproche les artistes qui émergent pendant cette décennie avec ceux qui sont alors à leur pinacle. Ce que permet la richesse de la Collection Cranford ».

Dans l’introduction qu’ils signent pour le livret de visite, les commissaires résument avec une certaine retenue leurs ambitions et les enjeux de l’exposition qu’ils ont imaginée :

Le panorama chronologique de ces années s’ouvre par une installation de Wolfgang Tillmans et se clôt par une pièce magistrale de Kelley Walker, deux artistes emblématiques de la période.

00s - Collection Cranford - les années 2000 au MOCO Montpellier
00s – Collection Cranford – les années 2000 au MOCO Montpellier

Cependant 00s ne vise pas à un discours objectif sur ce qui a émergé dans les années 2000, mais à reconstituer un paysage artistique de l’époque, en insistant sur les différentes générations qui s’y croisent. Les abstractions de Gerhard Richter rencontrent ainsi les toiles figuratives de Karen Kilimnik, les ensembles impressionnants de Sigmar Polke ou d’Albert Oehlen côtoient les photographies de Jeff Wall et de Cindy Sherman ou les sculptures de Mike Kelley.

Une œuvre de Louise Bourgeois éclaire une sculpture de Sarah Lucas. Les peintures de Christopher Wool, de Josh Smith ou encore de Wade Guyton interrogent, chacune à leur manière, le devenir image de l’art à l’ère de la surconsommation visuelle.
Dans cette exposition chaque œuvre raconte quelque chose de l’histoire de l’art – et dans leur ensemble quelque chose des années 2000.

L’exposition fait une large part à la peinture, au dessin et à la photographie avec une présence forte d’artistes britanniques et germaniques. Les fondateurs du moqueur réalisme capitaliste (Richter et Polke), les acteurs du néo-impressionnisme allemand (Kippenberger et Oehen) sont confrontés à ceux que l’on a regroupés dans les années 90 sous l’appellation YBAs – Young British Artists (Damien Hirst, Tracey Emin, Glenn Brown, Sarah Lucas).

La scénographie de « 00s. Collection Cranford : les années 2000 » a été confiée à Marie Corbin et le graphisme à Benoît Cannaferina. Les cimaises mises en place transfigurent complètement les espaces d’exposition. Chaque année de la décennie y est clairement identifiée. Les textes de la frise chronologique sont imprimés en blanc sur un fond rouge profond, entre carmin et cinabre. Rédigés avec concision et précisons, ils offrent de multiples éléments de contextualisation. Des cartels développés apportent un éclairage pertinent pour une quinzaine d’œuvres exposées.

par la présentation de leurs œuvres
00s – Collection Cranford – les années 2000 au MOCO Montpelliera

L’ensemble donne à l’exposition un caractère muséal de très grande qualité. Lors de la visite de presse, les deux collectionneurs, Muriel et Freddy Salem, ont chaleureusement remercié les équipes du MO.CO., séduits par la présentation de leurs œuvres.

00s - Collection Cranford - les années 2000 au MOCO Montpellier
00s – Collection Cranford – les années 2000 au MOCO Montpellier

Comme avait su le faire « Mecarõ », « 00s. Collection Cranford : les années 2000 » réussit parfaitement à mettre le visiteur au centre de son dispositif.

« 00s. Collection Cranford : les années 2000 » est accompagné par un catalogue aux Editions SilvanaEditoriale avec une introduction de Nicolas Bourriaud, des contributions d’Aurélien Bellanger et de Vincent Pécoil et un entretien de Vincent Honoré avec les collectionneurs Muriel et Freddy Salem.

Le livret à destination du visiteur reproduit des extraits du texte de Nicolas Bourriaud et de la conversation de Vincent Honoré avec les collectionneurs. Des repères biographiques pour chaque artiste complètent opportunément les cartels et un bref glossaire précise quelques concepts.

Sous la direction artistique de Nicolas Bourriaud, le commissariat est assuré par Vincent Honoré, directeur des expositions, Victor Secretan, senior curator, Anya Harrison, curator, Rahmouna Boutayeb, chargée de projet assistés de Justine Vic.

Il faut également souligner l’excellence du travail des équipes de montage et de régie technique, un éclairage irréprochable ainsi que l’attention discrète et efficace des médiateurs en salle.

Les artistes exposés :

Kai Althoff • Francis Alÿs • John Baldessari • Louise Bourgeois • Louise Bourgeois / Tracey Emin • Glenn Brown • Monster Chetwynd • Phil Collins • Abraham Cruzvillegas • Edith Dekyndt • Olafur Eliasson • Isa Genzken • Wade Guyton • Guyton/ Walker • Rachel Harrison • Mona Hatoum • Thomas Hirschhorn / Marcus Steinweg • Damien Hirst • Sergej Jensen • Mike Kelley • Karen Kilimnik • Michael Krebber • Glenn Ligon • Sarah Lucas • Albert Oehlen • Gabriel Orozco • Damian Ortega • Raymond Pettibon • Sigmar Polke • Ken Price • Walid Raad / The Atlas Group • Gerhard Richter • Ugo Rondinone • Ed Ruscha • Thomas Schütte • Cindy Sherman • Josh Smith • Wolfgang Tillmans • Rirkrit Tiravanija • Rosemarie Trockel • Kelley Walker • Jeff Wall • Rebecca Warren • Franz West • Christopher Wool.

« 00s. Collection Cranford : les années 2000 » est une exposition incontournable.

À lire ci-dessous, la présentation de l’exposition et de la Collection Cranford extraite du communiqué de presse.

En savoir plus :
Sur le site du MO.CO. Montpellier Contemporain 
Suivre l’actualité du MO.CO. Montpellier Contemporain sur FacebookTwitter et Instagram
Sur le site de la Cranford Collection

« 00s. Collection Cranford : les années 2000 » : Présentation extraite du communiqué de presse

Fondée par Muriel et Freddy Salem en 1999, elle est devenue l’une des collections privées les plus importantes d’Europe avec plus de 700 œuvres des années 1960 à nos jours.

L’exposition 00s. Collection Cranford : les années 2000 rassemble plus de 80 œuvres de 44 artistes internationaux. Elle se focalise sur cette décennie encore peu explorée, et pas encore identifiée en tant que telle. Les peintures, dessins, photographies, sculptures et vidéos sont présentés selon un parcours chronologique complété par une frise qui rappelle les événements marquants de cette période.

Cette entrée vers le nouveau millénaire apporte avec elle son lot de bouleversements majeurs, et l’avènement d’une ère d’ultra-mondialisation et de surcommunication : les attentats du 11 septembre 2001 et l’idée d’un « choc des civilisations » (Afghanistan, Irak), les premières grandes pandémies (le SRAS en 2002), la première greffe de visage en 2005, la crise financière de 2008, l’élection de Barack Obama la même année, l’émergence de la Chine comme puissance économique, le développement exponentiel du numérique et d’internet, ou la scission progressive des sphères publique et privée (de la téléréalité aux réseaux sociaux).

En réponse à l’accélération générale, et suivant une logique toujours plus concurrentielle, l’art contemporain se lance dans une course au gigantisme, avec des espaces dédiés à l’accueil d’œuvres monumentales (la Turbine Hall de la Tate Modern à Londres, le Palais de Tokyo ou Monumenta au Grand Palais à Paris), mais aussi à un développement spéculatif et une dramatisation de l’œuvre – qui tend à devenir une expérience en soi. Parallèlement, un décentrement des points de vue s’opère, avec des expositions importantes sur l’art contemporain africain ou asiatique et la multiplication des biennales, foires et autres manifestations d’art contemporain, de Dubaï à São Paulo, en passant par Miami ou Dar es Salaam.

À partir d’œuvres dont l’unique lien est l’époque qui les a vu naître, en misant sur le nombre, la pluralité des médiums, des âges et des nationalités des artistes, et en établissant ce dialogue entre art et actualité, 00s offre ainsi une lecture du monde par l’art et tente de dégager l’image d’une décennie encore floue. L’exposition cherche à révéler comment les années 2000 ont transformé nos cultures, la géopolitique et l’économie mondiale, ainsi que notre conscience écologique.

Si cette période paraît difficile à appréhender, c’est en raison de sa proximité historique, qui décourage l’émergence d’un récit unitaire. 00s ne confère pas aux œuvres présentées un rôle d’illustration d’événements historiques, mais entend restituer, tout au long de la chronologie qui constitue le fil de l’exposition, le dialogue engagé par les artistes avec leur temps. De ces rencontres naissent des relations inattendues, des accidents, des coïncidences, des chocs visuels ou thématiques. Les liens sont multiples et offrent de nouvelles perspectives sur la décennie.

Le panorama chronologique de ces années s’ouvre par une installation de Wolfgang Tillmans et se clôt par une pièce magistrale de Kelley Walker, deux artistes emblématiques de la période. Cependant 00s ne vise pas à un discours objectif sur ce qui a émergé dans les années 2000, mais à reconstituer un paysage artistique de l’époque, en insistant sur les différentes générations qui s’y croisent. Les abstractions de Gerhard Richter rencontrent ainsi les toiles figuratives de Karen Kilimnik, les ensembles impressionnants de Sigmar Polke ou d’Albert Oehlen côtoient les photographies de Jeff Wall et de Cindy Sherman ou les sculptures de Mike Kelley. Une œuvre de Louise Bourgeois éclaire une sculpture de Sarah Lucas. Les peintures de Christopher Wool, de Josh Smith ou encore de Wade Guyton interrogent, chacune à leur manière, le devenir image de l’art à l’ère de la surconsommation visuelle. Dans cette exposition chaque œuvre raconte quelque chose de l’histoire de l’art – et dans leur ensemble quelque chose des années 2000.

Un catalogue richement illustré, publié pour l’occasion, regroupera notamment des contributions inédites d’Aurélien Bellanger et de Vincent Pécoil, ainsi qu’un entretien avec les collectionneurs Muriel et Freddy Salem.

Un programme d’événements (conférences et discussions) viendra compléter l’exposition, impliquant des philosophes, des écrivains ou des acteurs des arts visuels dans leur ensemble afin d’approfondir l’impact de ces années sur les domaines créatifs, sociales et politiques.

Wade Guyton – Untitled, 2006 - 00s. Collection Cranford - les années 2000 au MO.CO. Montpellier
Wade Guyton – Untitled, 2006 – 00s. Collection Cranford – les années 2000 au MO.CO. Montpellier Epson UltraChrome jet d’encre sur le lin 216 x 175 cm. © Wade Guyton

La Collection Cranford

La collection Cranford est une collection d’art contemporain fondée par Muriel et Freddy Salem en 1999 à Londres.

Depuis 2005, les œuvres de la collection sont régulièrement présentées dans une résidence située à Gloucester Gate, au sein de Regent’s Park. Cette demeure de style Régence, conçue par le célèbre architecte britannique John Nash, offre un cadre original pour présenter les œuvres de la collection dans un environnement domestique.

Au-delà des visites régulières qui y sont organisées, la collection Cranford a développé depuis 2011, sous la direction de sa curatrice Anne Pontégnie, une série d’autres activités comme la projection de films, les résidences d’artistes (en collaboration avec Camden Arts Centre), les livres d’artistes, le soutien aux institutions artistiques publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Jeanne Susplugas – J’ai fait ta maison dans ma boite crânienne – Ardenome à Avignon

Jusqu’au 19 décembre 2012, L’Ardenome accueille Jeanne Susplugas pour « J’ai fait ta maison dans ma boite crânienne » une exposition qui s’inscrit...

Bientôt : Tarik Kiswanson – Mirrorbody à Carré d’art – Nîmes

Du 30 octobre 2020 au 7 mars 2021, Carré d’art accueille Tarik Kiswanson pour « Mirrorbody », sa première exposition personnelle dans un...

Than Hussein Clark – A Little Night Music (And Reversals) au CRAC Occitanie à Sète

Jusqu’au 3 janvier 2012, le CRAC (Centre Régional d’Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée) accueille Than Hussein Clark pour « A Little Night...

Nicolas Aguirre – Mind the gap à la galerie chantiersBoîteNoire

Juqu’au 19 décembre 2020, la galerie chantiersBoîteNoire accueille Nicolas Aguirre pour « Mindthe Gap », première exposition personnelle en Europe de cet artiste franco-équatorien...

Abraham Poincheval – « Ruche – Hive » à la Vieille Charité – Marseille

Jusqu’au 29 novembre 2020, le Centre de la Vieille Charité accueille Abraham Poincheval pour « Ruche - Hive ». L’exposition...

Giovanni Fontana – Epigenetic poetry au Cipm – Marseille

Jusqu’au 20 décembre 2020, le Centre International de Poésie Marseille présente « Epigenetic Poetry », une exposition spécialement conçue par Giovanni Fontana pour...

Bientôt : ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules à la Collection Lambert, Avignon

Du 24 octobre 2020 au 10 janvier 2021, la Collection Lambert accueille pour la deuxième année le festival des résidences d’artistes...

00s. Collection Cranford – les années 2000 au MO.CO. Montpellier

Jusqu’au 31 janvier 2021, le MO.CO. présente « 00s. Collection Cranford : les années 2000 », une proposition qui s’impose comme une évidence. Très attendue,...

Ma Cartographie – la collection Erling Kagge à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Jusqu’au 28 mars 2021, la Fondation Vincent van Gogh Arles propose « Ma Cartographie - la collection Erling Kagge ».

Jeanne Susplugas – Pharmacopées au Musée Fabre

Jusqu’au 10 janvier 2021, Jeanne Susplugas investit avec un accrochage très réussi les espaces au premier et second étage de l’hôtel...
Partagez
Tweetez
Enregistrer