vendredi 30 octobre 2020

Bientôt : ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules à la Collection Lambert, Avignon


Du 24 octobre 2020 au 10 janvier 2021, la Collection Lambert accueille pour la deuxième année le festival des résidences d’artistes ¡Viva Villa!. Cette cinquième édition de ¡Viva Villa! 2020 est titrée «  Les vies minuscules » en écho au roman de Pierre Michon où le narrateur raconte son parcours autour duquel se tisse le réseau de huit vies minuscules…

Dans sa note d’intention, Cécile Debray, conservatrice générale du patrimoine et directrice du Musée de l’Orangerie et commissaire du festival depuis sa création, affirme vouloir placer cette édition 2020 du festival « à hauteur d’homme, sous l’égide de l’humain et de l’animal, de l’individu et des foules anonymes, de l’espèce et du biographique, des flux migratoires et de l’intime… »

Cécile Debray - Commissaire de l'exposition La fin des Forêts - Imaginaires écologiques Herbiers - Viva Villa 2019 - Collection Lambert
Cécile Debray – Commissaire de l’exposition La fin des Forêts – Imaginaires écologiques Herbiers – Viva Villa 2019 – Collection Lambert

Un peu plus loin, elle ajoute :

« L’image de vies minuscules semble bien pouvoir désigner les préoccupations actuelles autour de l’homme social, culturel et anthropologique, le monde qu’il s’est constitué, fait d’objets dérisoires, de paysages construits, modelés, de corps fabriqués, de mouvements auxquels il est soumis par l’histoire, sa fragilité voire son insignifiance face à la nature, aux forces géopolitiques, aux épidémies… »

On reviendra naturellement sur « ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » après avoir découvert comment « les artistes et résidents, au sein de leurs ateliers, confinés, ont parfois infléchi leurs travaux, réagi à la situation exceptionnelle, à l’inquiétante étrangeté de ce temps suspendu par des œuvres, des journaux de confinement, des recherches historiques sur d’autres épisodes d’épidémie – la peste, le choléra… »

La fin des Forêts - Viva Villa 2019 - Collection Lambert - vue de l'exposition - Photo En revenant de l'expo !
La fin des Forêts – Viva Villa 2019 – Collection Lambert – vue de l’exposition – Photo En revenant de l’expo !

On attend avec intérêt de voir l’accrochage imaginé par Cécile Debray pour ce festival « marqué, modelé par cette période éprouvante, où le doute, la suspension, la réserve et la réflexion sont sous-jacents, souvent exprimés ». Souhaitons qu’il soir aussi passionnant que celui de La fin des forêts pour ¡Viva Villa! 2019

Le parcours annoncé de « ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » devrait s’articuler en trois temps :

  • Des Mondes – modélisations et situations;
  • Du Réel – histoires et espèces d’espace;
  • Des Personnes – corps, vies et quotidien.

Un cycle de films, de concerts et de performances ainsi qu’un catalogue accompagnent l’exposition.

L’ouverture de « ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » s’inscrit dans le cadre de la Semaine d’Art programmée par le Festival d’Avignon. Une importante programmation est annoncée pour le week-end inaugural (voir ci-dessous).

Une journée professionnelle se déroulera le lundi 26 octobre au Conservatoire du Grand Avignon. Organisée en collaboration avec l’Institut français, la Région Sud et la Collection Lambert, cette journée d’entretiens et de débats permettra d’aborder plusieurs notions : la mobilité internationale, les questions environnementales, l’engagement sociétal des artistes, la question de l’Europe mais aussi l’intégration à l’échelle du local, et les nouveaux enjeux révélés par la crise que nous traversons. Artistes et professionnels du secteur culturel échangeront autour de ces problématique durant cette journée, conçue comme un véritable observatoire des pratiques de la résidence et des dispositifs de soutien à la création artistique.

L’ensemble de ces évènements sont bien sûr dépendants des conditions sanitaires en vigueur, et nécessitent une inscription préalable (ici pour les journées professionnelles et ici pour les performances et l’accès à la Collection Lambert

51 artistes et résidents des trois grandes institutions engagées dans le Festival, la Casa de Velázquez, la Villa Kujoyama et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis seront représentés pour « ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » :
Nathalie Azoulai (Villa Kujoyama – Littérature) • Sammy Baloji (Villa Médicis – Arts plastiques) • Thomas Andrea Barbey (Casa de Velázquez – Dessin) • Frédérique Barchelard & Flavien Menu (Villa Médicis – Architecture) • Jonathan Bell (Casa de Velázquez – Composition musicale) • Pierre Bellot (Casa de Velázquez – Peinture) • Benjamin Karim Bertrand (Villa Kujoyama – Danse) • Hugo Capron (Villa Kujoyama – Arts plastiques) • Marine de Contes (Casa de Velázquez – Cinéma) • Benjamin Crotty (Villa Médicis – Cinéma) • Pauline Curnier Jardin (Villa Médicis – Arts plastiques / Cinéma) • Bastien David (Villa Médicis – Composition musicale) • Hugo Deverchère (Casa de Velázquez – Arts visuels) • Mimosa Echard (Villa Kujoyama – Arts plastiques) • Flore Falcinelli (Villa Kujoyama – Métiers d’art) • Clément Fourment (Casa de Velázquez – Arts visuels) • Samuel Gratacap (Villa Médicis – Photographie) • Étienne Haan (Casa de Velázquez – Composition musicale) • Valentina Hristova (Villa Médicis – Histoire de l’art) • Sara Kamalvand (Casa de Velázquez – Architecture) • Mathieu Larnaudie (Villa Médicis – Littérature) • Isabelle Le Minh (Villa Kujoyama – Photographie) • Anne Le Troter (Villa Kujoyama – Arts plastiques) • Native Maqari & Simon Rouby (Villa Kujoyama – Arts plastiques / Cinéma) • Leticia Martínez Pérez(Casa de Velázquez – Arts plastiques) • Luz Moreno & Anaïs Silvestro (Villa Kujoyama – Art culinaire) • Benjamin Mouly (Casa de Velázquez – Arts visuels) • François Olislaeger (Villa Médicis – Bande dessinée) • Laurel Parker & Paul Chamard (Villa Kujoyama – Métiers d’art) • Blaise Perrin (Villa Kujoyama – Cinéma) • Daniel Pescio (Villa Kujoyama – Parfum) • Aurélie Pétrel & Vincent Roumagnac (Villa Kujoyama – Photographie / Théâtre) • Émilie Rigaud (Villa Kujoyama – Typographie) • Francisco Rodríguez Teare (Casa de Velázquez – Vidéo) • Baptiste Rossi (Villa Médicis – Littérature) • Louise Sartor (Villa Médicis – Arts plastiques) • Fanny Taillandier (Villa Médicis – Littérature) • Sébastien Thiéry (Villa Médicis – Littérature) • Mikel Urquiza (Villa Médicis – Composition musicale) • Guillaume Valenti (Casa de Velázquez – Peinture) • Jeanne Vicerial (Villa Médicis – Design textile / mode) • Keke Vilabelda (Casa de Velázquez – Arts plastiques) • Sara Vitacca (Villa Médicis – Histoire de l’art) • Justin Weiler (Casa de Velázquez – Peinture) • Alexandre Westphal (Villa Médicis – Auteur de documentaire) • Katarzyna Wiesiolek (Casa de Velázquez – Dessin)

Commissariat : Cécile Debray assistée d’Assia Quesnel
Scénographie : Joris Lipsch – Studio Matters

À lire, ci-dessous, le texte d’intention de Cecile Debray et le programme du week-end inaugural du Festival.

En savoir plus :
Sur le site du Festival ¡Viva Villa!
Suivre l’actualité du Festival ¡Viva Villa! sur Facebook, Twitter et Instagram

« ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » par Cécile Debray

L’édition 2020 du festival des résidences artistiques ¡ Viva Villa ! est placée cette année à hauteur d’homme, sous l’égide de l’humain et de l’animal, de l’individu et des foules anonymes, de l’espèce et du biographique, des flux migratoires et de l’intime…

Inspiré entre autres par le roman de Pierre Michon, huit biographies de ruraux sortis de l’anonymat, le festival aura pour titre Les vies minuscules*, autorisant plusieurs focales et différentes approches. L’image de vies minuscules semble bien pouvoir désigner les préoccupations actuelles autour de l’homme social, culturel et anthropologique, le monde qu’il s’est constitué, fait d’objets dérisoires, de paysages construits, modelés, de corps fabriqués, de mouvements auxquels il est soumis par l’histoire, sa fragilité voire son insignifiance face à la nature, aux forces géopolitiques, aux épidémies…

À travers les notions de figure, de personne, se posent les questions de représentation, du réel, des réalismes, du politique à travers les formes du portrait, du travestissement ou du carnaval, du documentaire ou de la fiction, de la polyphonie ou du monologue. Autour de l’idée de vies minuscules, s’agrègent une série de thèmes : le quotidien, l’anthropologie, figures, destins, multitudes, foules, anonymat, microcosmes, recréation, réseaux, cartographie, animaux, unicité, individus, document, archives, ville, objets, solitude, le corps, anatomie, artifice, prothèse, androïde, couture, collage, montage, fragments, migrations, nomadisme, histoires, TV réalité, affects, ami imaginaire, filiation…

Le genre littéraire de « Vie » – depuis Suétone ou Vasari – est hagiographique. Pierre Michon, à l’instar de Pierre Sansot dans Les Gens de peu, de Michel Foucault dans L’histoire de la folie à l’âge classique ou de Beckett, choisit un rapport horizontal, frontal. Nous nous déplacerons autour de cet horizon, depuis un surplomb du regard qui introduit la profondeur historique, la cartographie analytique de flux migratoires, la multitude grouillante de personnages comme sortis d’un tableau de Jérôme Bosch, ou une position frontale, celle d’un réalisme franc comme l’écriture documentaire d’un Jonas Mekas, la stylisation formelle d’un Michael Snow ou le mouvement des objets par Fischli & Weiss ou leur présence dans le roman Mr Palomar d’Italo Calvino – ou encore une vision rapprochée, intime et subjective, comme les travestissements de Cindy Sherman ou Les Espèces d’espace de Pérec. Toutes ces références sont celles des artistes en résidence.

Préparé en pleine pandémie, le festival adossé à cette thématique réaliste et humaniste a pris une tonalité plus aigüe, plus sensible. Les artistes et résidents, au sein de leurs ateliers, confinés, ont parfois infléchi leurs travaux, réagi à la situation exceptionnelle, à l’inquiétante étrangeté de ce temps suspendu par des œuvres, des journaux de confinement, des recherches historiques sur d’autres épisodes d’épidémie – la peste, le choléra…

C’est un festival marqué, modelé par cette période éprouvante, où le doute, la suspension, la réserve et la réflexion sont sous-jacents, souvent exprimés.

* Pierre Michon, Vies Minuscules © Editions Gallimard

« ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules » : Programme du week-end inaugural

vendredi 23 octobre

  • 17 h inauguration
  • 18h 30 performance pour chœur : Deliciae par Leticia Martínez Pérez & Jonathan Bell
  • 19h * projection tournage : Yasuke, le samouraï noir par Native Maqari & Simon Rouby *horaire et projection restent à confirmer

samedi 24 octobre

  • 11h05 cycle de films n°1 : Fort Buchanan de Benjamin Crotty ; Una Luna de Hierro de Francisco Rodríguez Teare ; Ciriaco ou l’étroit chemin du retour d’Alexandre Westphal
  • 15 h danse : Vestige par Benjamin Karim Bertrand
  • 18h30 concert de l’ensemble Télémaque au Théâtre du Balcon ; Instinct de Bastien David ; Ars Memoriae de Mikel Urquiza ; Pop-art de Régis Campo ; Émancipation d’Étienne Haan ; La montagne Sainte-Victoire de Jonathan Bell
  • 20h30 concert de l’ensemble Télémaque au Théâtre du Balcon (programme identique)

dimanche 25 octobre

  • 11h15 conférence Autour de Yasujirō Ozu avec Nathalie Azoulai et Serge Toubiana
  • 12h45 cycle de films n°2 : Cosmorama de Hugo Deverchère ; La Ronde de Blaise Perrin ; Les Proies de Marine de Contes
  • 14h30 performance : Apolo one par Anne Le Troter
  • 15 h danse : Vestige par Benjamin Karim Bertrand
  • 16h30 performance : Apolo one par Anne Le Troter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Jeanne Susplugas – J’ai fait ta maison dans ma boite crânienne – Ardenome à Avignon

Jusqu’au 19 décembre 2012, L’Ardenome accueille Jeanne Susplugas pour « J’ai fait ta maison dans ma boite crânienne » une exposition qui s’inscrit...

Bientôt : Tarik Kiswanson – Mirrorbody à Carré d’art – Nîmes

Du 30 octobre 2020 au 7 mars 2021, Carré d’art accueille Tarik Kiswanson pour « Mirrorbody », sa première exposition personnelle dans un...

Than Hussein Clark – A Little Night Music (And Reversals) au CRAC Occitanie à Sète

Jusqu’au 3 janvier 2012, le CRAC (Centre Régional d’Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée) accueille Than Hussein Clark pour « A Little Night...

Nicolas Aguirre – Mind the gap à la galerie chantiersBoîteNoire

Juqu’au 19 décembre 2020, la galerie chantiersBoîteNoire accueille Nicolas Aguirre pour « Mindthe Gap », première exposition personnelle en Europe de cet artiste franco-équatorien...

Abraham Poincheval – « Ruche – Hive » à la Vieille Charité – Marseille

Jusqu’au 29 novembre 2020, le Centre de la Vieille Charité accueille Abraham Poincheval pour « Ruche - Hive ». L’exposition...

Giovanni Fontana – Epigenetic poetry au Cipm – Marseille

Jusqu’au 20 décembre 2020, le Centre International de Poésie Marseille présente « Epigenetic Poetry », une exposition spécialement conçue par Giovanni Fontana pour...

Bientôt : ¡Viva Villa! 2020 – Les vies minuscules à la Collection Lambert, Avignon

Du 24 octobre 2020 au 10 janvier 2021, la Collection Lambert accueille pour la deuxième année le festival des résidences d’artistes...

00s. Collection Cranford – les années 2000 au MO.CO. Montpellier

Jusqu’au 31 janvier 2021, le MO.CO. présente « 00s. Collection Cranford : les années 2000 », une proposition qui s’impose comme une évidence. Très attendue,...

Ma Cartographie – la collection Erling Kagge à la Fondation Vincent van Gogh Arles

Jusqu’au 28 mars 2021, la Fondation Vincent van Gogh Arles propose « Ma Cartographie - la collection Erling Kagge ».

Jeanne Susplugas – Pharmacopées au Musée Fabre

Jusqu’au 10 janvier 2021, Jeanne Susplugas investit avec un accrochage très réussi les espaces au premier et second étage de l’hôtel...
Partagez
Tweetez
Enregistrer