Nicolas Aguirre – « Mind the Gap 2 » à la galerie chantiersBoîteNoire

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition


Jusqu’au 22 février 2021, Nicolas Aguirre présente le second volet de son exposition « Mind the Gap » à la galerie chantiersBoîteNoire.

La première partie de ce projet, exposée en décembre dernier, avait attiré notre attention et notamment par l’étonnante mise en espace d’un univers fascinant, envoûtant et magnétique qui ne manquait pas d’intriguer le visiteur…

On retrouve dans « Mind the Gap 2 » nombre des pièces qui étaient présentées en fin d’année 2020. Certaines sont restées en place. C’est principalement le cas des dessins accrochés dans la grande salle voûtée (Perroquet, Orchidée, Ensemble n° 1 et Pierre, 2020). Quelques-unes ont changé de lieu (Vase éclaté, 2020) ou construisent de captivants dialogues (Obole grecque, 2020 et le bloc de granite) avec d’autres objets…

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Enfin, plusieurs œuvres nouvelles apparaissent. Elles viennent nouer des conversations mystérieuses dans une installation originale, mais qui paraît habitée par le fantôme de l’exposition précédente… La « présence d’esprits » n’est pas vraiment une surprise pour celles et ceux qui connaissent un peu le travail de Nicolas Aguirre et qui ont notamment suivit les trois actes qui ont conduit à l’installation de son Champ d’échange d’âme, toujours enfermé avec les Possédé.e.s au MO.CO, Panacée

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

« Mind the Gap 2 » est un étrange mécanisme qui amorce des récits où chaque visiteur a le loisir (ou pas) d’enrichir à partir de ce qu’il voit, de ce qu’il croit voir et surtout en puisant dans des souvenirs, des angoisses, des fantasmes que les objets rassemblés par Nicolas Aguirre font resurgir de nos inconscients…

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

« … au cœur de tout il y a ce vide… une attente, une ellipse entre toute chose… » écrit très justement Vincent Honoré au début du texte inspiré qu’il signe pour l’exposition…

Parcourir « Mind the Gap » est une expérience singulière. C’est s’engager dans un voyage captivant qui navigue entre l’éventualité d’un mystère initiatique et la possible quête introspective…

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

À lire, ci-dessous, un compte rendu de visite et le texte de Vincent Honoré

En savoir plus :
Sur le site de la galerie chantiersBoîteNoire
Suivre l’actualité de la galerie chantiersBoîteNoire sur Facebook
Sur le site de Nicolas Aguirre

Nicolas Aguirre – « Mind the gap 2 » : Regards sur l’exposition

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Dès que l’on s’aventure dans la grande salle voûtée, on est surpris par la présence au sol d’un caïman. Menaçant, il ouvre largement sa gueule face à l’image d’une tige de glaïeul issue d’un traitement numérique à partir d’une photographie solarisée. Les reflets du verre de protection et la pâleur des tonalités vertes créent un espace irréel qui contraste avec les branches couvertes de petits escargots blancs qui se découpaient sur un ciel d’azur dans « Mind the Gap 1 »…

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

La peau du crocodilien d’Amérique équatoriale semble faire écho au galet percé de multiples orifices (Pierre, 2020)…

La mise en espace est construite à partir d’une sellette de grand-mère, sur laquelle trône un bouquet de mimosa et de fleurs de pavot installé dans un vase de verre vert…

Les deux poteries (Don contre don) qui servaient de pivot à « Mind the Gap 1 » ont laissé place à deux tables basses bâties à partir de l’assemblage de deux planches soigneusement cirées.

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

À droite, le plateau de la première repose d’un côté sur un tasseau et de l’autre sur le bloc de granite. Celles et ceux qui ont vu le premier volet de l’exposition, reconnaîtront ce monolithe. En décembre, il était placé verticalement et servait alors de socle pour l’édition 1833 des « taxes des parties casuelles de la boutique du pape, pour la remise, moyennant argent, de tous les crimes et péchés… ».

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Sur cette table, une deuxième composition florale accompagne un miroir à trois faces qui semble sorti d’un grenier ou d’une brocante. Un étrange circuit imprimé circulaire est utilisé comme napperon au centre duquel est posée une énigmatique sphère de marbre (?) vert…

Au dos du miroir, on remarque un morceau de bois calciné, probable témoignage d’un éventuel rituel de purification de l’espace d’exposition…

Sur la gauche, la deuxième table, un peu plus haute, repose sur piétement plus élaboré. Au centre, on retrouve un bouquet comparable aux deux précédents.

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

D’un côté, un mystérieux bloc de pierre aux tons brun ocre montre des traces d’oxydation vertes et l’affleurement de cristaux opalescents, bleus et mauves.

À l’opposé, sur un circuit imprimé circulaire semblable à celui placé sur la première table, Nicolas Aguirre a installé la molaire de cheval qui lui a servi de modèle pour le dessin exposé dans le premier volet de « Mind the Gap ».

Au fond, le kilim (Vase éclaté, 2020) a migré dans la deuxième salle. Il laisse sa place à un dessin à la pierre noire, exécuté directement sur le mur.

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Représente-t-il la poterie fissurée du kilim qui vole en morceaux ? Ou au contraire, le vase brisé est-il en train de se reconstituer ?

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

La seconde salle carrée, qui ouvre sur la cour de l’Hôtel Baudon de Mauny, baigne toujours dans une pénombre éclairée par Obole grecque (2020). Au mur, on retrouve le kilim Vase éclaté (2020).

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Au centre du néon rouge, Nicolas Aguirre a posé un vase en céramique au décor floral de style oriental. Il fait naturellement écho au sujet du tapis turc. Les reflets du tube fluorescent sur la glaçure donnent la sensation que la panse et le col du vase ont été brisés. Leur incandescence évoque une réparation au moyen de laque saupoudrée de poudre d’or, selon la méthode japonaise du kintsugi…

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

À gauche, accroché par deux pinces, on distingue dans l’ombre une impression sur fond bleu du motif choisi comme visuel pour « Mind the Gap 2 ».

Nicolas Aguirre - Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire - vue de l'exposition
Nicolas Aguirre – Mind the gap 2 à la galerie chantiersBoîteNoire – vue de l’exposition

Nicolas Aguirre – « Mind the Gap » : Présentation par Vincent Honoré

… au cœur de tout il y a ce vide… une attente, une ellipse entre toute chose…

C’est ce qu’il faut saisir de ce travail : les dessins ou les sculptures séduisent immédiatement et sans a priori (brio de l’exécution et de l’agencement : Nicolas Aguirre revient au faire, à la main, au labeur) mais ce qui les constitue en sourdine c’est un flux d’énergie entre formes et symboles, entre matière et silhouette : c’est une nuit… Les objets — trouvés, arrangés, usinés — forment une grammaire dont la syntaxe se renouvelle en stations —un néon, un dessin, un motif réapparaissent d’installation en installation, déviés, réinformés par l’ensemble qui souvent et sans doute toujours embrasse l’impalpable : l’âme, son commerce, une histoire spirituelle et religieuse, une anecdote personnelle, ses inconscients.

Les objets rayonnent dans une chaîne métonymique propre au rêve et à l’association d’idée. Un cadavre exquis, déroulé seul. Si l’œuvre invente un conceptuel sensible — toujours à leur source il y a une recherche historique, un désir, un acte performatif, une purification, des étapes qui les précèdent dans leur incarnation temporaire : les œuvres vont muter plus tard, dans d’autres expositions, dans d’autres agencements, elles ne sont arrêtées qu’un instant : les projets de Nicolas Aguirre peuvent prendre des années — c’est par un équilibre entre matière et vide. Les contenants (vases, boîtes, tiroirs…) sont omniprésents. Des dessins il faut aussi apprécier les marges. Le néon est un creux. Le vase a brulé.

Révéler : comme en alchimie, un sens caché ou renouvelé de l’objet et de son association en espace et dans un contexte. L’échange : pas uniquement d’âmes mais dans l’installation entre spectateur (acteur) de l’œuvre, y creuser les vides, les fractures. Le vase éclaté se fait cœur, fleur, pétales pour que se lève une métaphysique de la forme et une archéologie du sensible. Le tout dans une forme de purgatoire, en attente d’états futurs, mémoriels surtout.

L’œuvre est en flux, il ne s’agit plus d’aboutir mais de creuser toujours. L’œuvre est impermanence, elle est en coexistence avec ce qui la précède, ce qui l’entoure, ce qui lui succède. Les images sont fantômes, elles hantent mais ne réapparaissent pas, elles s’échappent de la répétition. Elles s’esquivent… Les œuvres de Nicolas Aguirre au final se travaillent comme des émotions.

Vincent Honoré, octobre 2020

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer