samedi 17 avril 2021

Delphine Mogarra – Le Laboratoire Soluble à art-cade* – Marseille


Du 10 avril au 26 juin 2021, Delphine Mogarra présente « Le Laboratoire Soluble » dans les espaces de art-cade* galerie des grands bains douches de la Plaine à Marseille.
On devrait y découvrir un ensemble de recherches et de travaux qui font suite à une résidence artistique au Centre social Saint Mauront, avec un groupe d’adolescents en août dernier.

Delphine MogarraAstre de pétri, 2020 – Laboratoire soluble, Éclipse, 2020 – Laboratoire soluble, Foule, 2020 – Laboratoire soluble, Sous la surface, 2020 – Laboratoire soluble, Surface préhensible, 2019. Photo ©Delphine Mogarra

On revient dès que possible sur ce «Laboratoire Soluble » qui « prend aujourd’hui une nouvelle forme, entre espace d’exposition et d’expérimentation : l’atelier se déplace dans la galerie, les expériences sont réactivées et des dispositifs sont amplifiés pour permettre au groupe de partager le projet avec le public »…

À lire, ci-dessus, le texte communiqué par art-cade* galerie des grands bains douches de la Plaine et une brève présentation de Delphine Mogarra.

Pour le moment, « Le Laboratoire Soluble » n’est accessible que sur rendez-vous : https://form.jotform.com/210875481401351

En savoir plus :
Sur le site de art-cade*
Suivre l’actualité de art-cade* sur Facebook et Instagram
Sur le site de Delphine Mogarra

Delphine Mogarra – Le Laboratoire Soluble : Présentation

L’été dernier, l’artiste-plasticienne Delphine Mogarra et un groupe d’adolescents, entre 11 et 15 ans, engagés dans le secteur jeunesse de la Maison Pour Tous de Saint-Mauront (13 003) se sont rencontrés autour d’un projet de recherche : le Laboratoire Soluble dans le cadre de la résidence « Rouvrir le monde » soutenue par la DRAC PACA.

Delphine Mogarra - Résidence Rouvrir le monde, L'ébauche
Delphine Mogarra – Résidence Rouvrir le monde, L’ébauche. Photo ©Delphine Mogarra

Ils ont travaillé ensemble pendant deux semaines pour construire et organiser cet espace au sein du centre, pensé comme un lieu de connivence entre art et science, un outil d’observation des cycles de transformation de la matière.

S’inscrivant dans un protocole circulaire, les premières substances sont issues d’une récolte opérée dans le quartier, interrogeant ainsi la composition de notre environnement à un niveau microscopique. Les gestes se sont tournés vers des tentatives de dissolution, de fusion entre les poudres, vers des expériences alchimiques. Le phénomène de cristallisation avec le sel, comme source de rencontres, est venu alimenter le désir d’injecter du vivant dans ce qui paraît inerte.

Delphine Mogarra - Résidence Rouvrir le monde, Sel et Cyanotype
Delphine Mogarra – Résidence Rouvrir le monde, Sel et Cyanotype. Photo ©Delphine Mogarra

Le Laboratoire soluble sort du centre social et prend aujourd’hui une nouvelle forme, entre espace d’exposition et d’expérimentation : l’atelier se déplace dans la galerie, les expériences sont réactivées et des dispositifs sont amplifiés pour permettre au groupe de partager le projet avec le public.

Delphine Mogarra - Résidence Rouvrir le Monde, Cyanotype
Delphine Mogarra – Résidence Rouvrir le Monde, Cyanotype. Photo ©Delphine Mogarra

Sur les murs de la galerie s’articule un déploiement de la recherche photographique et sémantique menée par l’artiste, composante centrale du projet. La future édition Laboratoire soluble s’ouvre à la réflexion : vers une dissolution des mots, la forme du diagramme ou de la constellation, un rapprochement à outrance qui s’étire jusqu’au voyage stellaire…

À propos de Delphine Mogarra

Vit et travaille à Marseille

À l’attention de la matière dans tous ses changements d’états, des corps qui se transforment et qui se cristallisent dans leur mouvement, Delphine Mogarra tente de s’approcher du fugace.

« Delphine Mogarra est en constante expérimentation, en observation et analyse continues du monde. Les moindres petits morceaux de matière deviennent des univers, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, l’artiste fait le pas, photographie, cadre, déchire et nous entraine avec elle dans une échelle nouvelle dont elle est la maîtresse, immense et minuscule, abyssale et stratosphérique. À cela les mots s’ajoutent, s’accrochent, s’entremêlent pour raconter sa vision, sa recherche. La poésie, la mythologie, la philosophie, la science, Delphine Mogarra les lit, s’en imprègne et écrit, mettant ainsi en forme les mots comme un paysage sculpté. » – Extrait du texte d’Isabelle Pellegrini / Circa, 2019.

Après un DNSEP, en 2016, avec les Félicitations du Jury aux Beaux-Arts de Marseille, Delphine Mogarra co-organise avec Charlotte Morabin un lieu de production, de recherche et d’exposition : l’Atelier Hyph. Tournées vers l’expérimentation et la pédagogie, elles animent à la fois des ateliers pour le public et invitent d’autres artistes à réfléchir sur des pistes proposées.

Depuis 2018, elle occupe le poste d’Assistante d’Enseignement pour les Ateliers Publics organisés par l’Institut des Beaux-Arts, ESADMM.

Expositions collectives :

La force du détail, Salle d’Exposition du Quai Antoine 1er, Monaco, commissariat Stefania Angelini, février 2021.
Rencontres perméables, Pac Aussillion (81), commissariat Aude Halbert et Rebecca Brueder, octobre 2020.
Héliotropes, Atelier Hyph, Marseille, septembre 2020.
Objets inanimés, commissariat d’Isabelle Pellegrini/Circa, Villa Henry, Nice, Mars 2020.
Ouvrir la parenthèse, Atelier Hyph, Marseille, Septembre 2019.
Biennale PACT(e), Carreau du Temple, Paris 3e, Juin 2019.
Sur la page, abandonnés volume 3, une exposition d’artistes-écrivains. AU LIEU – éditions extensibles, Mai 2019.
L’été du dessin – spring expo chez Gallandstudio, Marseille, Mai 2019.
Glissement de terrain, restitution de la résidence Travail-Travail!!, Art-cade, galerie des bains douches,
Elementa, commissariat d’Isabelle Pellegrini/Circa, Villa Adelaïda, Nice, Avril 2019.
Rêvez #3, Mémoires sauvées du vent, collection Lambert, Avignon, Février 2019.
Lexique de l’imprévu, Olympique de la Macule, SCPC, le Vecteur à Charleroi (Belgique), Janvier 2019.
Nopoto, Matériaux Mixtes chez l’Atelier Frega, Nice, Décembre 2018.
Sous-jacent, Atelier Hyph, Marseille, Septembre 2018.
L’été du dessin II, Maison Blanche Mairie du 9/10, Marseille, Septembre 2018.
Épineux, sortie de résidence, avec Double V gallery, Grand Littoral, Juillet 2018.
100titres, Matériaux mixtes chez Bel oeil Intérior Design, Nice, Juin 2018.
À force à l’Atelier Hyph, Marseille, Mai 2018.
Look&Listen chez Gallandstudio, Marseille, Novembre 2017.
L’été du dessin, Maison Blanche Mairie du 9/10, Marseille, Septembre 2017.
Corps II, La grande galerie, Savasse (26), Aout 2017.
Vente aux enchères, Maison des ventes Damien Leclere, à Marseille, Octobre 2016.
Cavités, La déviation, Marseille, Septembre 2016.
Croquer, Le goût et les couleurs #3, dans le cadre du salon du dessin contemporain «Paréidolie», Mac Arteum à Châteauneuf-le-rouge (13), Septembre 2015.
Désir(s), Thèm’Art n°3, Art contemporain et philosophie, obtention du 1er prix, à Lagarde, Octobre 2014.
Dess(e)ins Interdits, Salon d’art Luxury Lobsters, à Marseille, Mars 2014.
Cabinet de Curiosités Contemporain, Galerie Béatrice Soulié, à Marseille, Février 2014.


Expositions personnelles :

Galatée, corps ductile, commissariat d’Isabelle Pellegrini/Circa, Villa Henry, Nice, Février 2019.
Les Larmes d’Eros, «Murs d’Expression Libre», Marseille, Novembre 2016.
Hikari, Galerie G, à Lagarde, Juin 2015.

Résidences & Workshops :

Mercure hôtel, en partenariat avec Didier Webre et Mécènes du sud, Marseille, en cours.
Résidence en entreprises chez Cadentia, fabricant d’eaux de Cologne à Aubagne, 2019.
Résidence Grand Littoral, Marseille, Juin/Juillet 2018.
L’été du dessin, résidence avec l’artiste Yifat Gat à Saint-Chamas, Aout 2017.
Recherches en art & récits d’expérience en action, workshop avec Céline Domengie et Jean-Paul ibeau, Avril 2015.

Articles récents

Partagez
Tweetez
Enregistrer